Halte à la banalisation des attaques publiques contre la foi chrétienne au Liban!

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Contre-appel

Face à l’appel lancé par la rédaction de l’Orient-Le Jour le 3 août 2019 sous l’intitulé « Liberté d’expression : ne cédons pas face à la violence ! », nous lançons le contre-appel suivant :

Les signataires du présent appel ont la conviction que la seule « violence » qui ait été exercée à ce jour dans l'affaire du groupe Projet Laylā est celle, morale, que les membres de ce groupe infligent à la dignité de la foi chrétienne. Cette « licence » d’expression – il ne s’agit plus, ici, de liberté d’expression – n’a pas droit à l’espace public, car le Liban, par le biais de sa constitution, « observe les obligations de vénération envers Dieu le Très-Haut » (art. 9). L’espace public a donc droit à l’immunité contre toute violation de ces obligations, et une telle violation – nous en sommes convaincus – aurait eu lieu si le concert du groupe précité avait été autorisé. Certes, nous n’avons pas toutes les informations nécessaires pour trancher – seules les autorités judiciaires pourraient le faire après mûr examen du dossier –, mais ce qui a abondamment filtré comme vidéis et photos indignes, paroles infamantes et prises de position indécentes permet amplement de catégoriser l’idéologie de ce groupe comme violation de l’obligation de vénération envers Dieu. C’est tout. Il n’y a ni « déraison collective », ni « repli identitaire », ni « obscurantisme », et encore moins « atteinte à l’Etat de droit », à constater et à combattre ce fait patent. La résistance tout à fait légitime, et honorable, manifestée par les citoyens chrétiens, mais aussi musulmans, ainsi que par les forces vives, religieuses et laïques, de notre société envers le concert programmé du groupe montre heureusement que le Liban est à même de contrer de telles poussées pathologiques si nuisibles à la morale, et surtout à la vérité symbolisée par la foi chrétienne. Nous refuserons toujours que cette foi soit soumise à la profanation publique, que ce soit dans le cadre d’un festival ou dans toute autre arène collective. Le Liban a choisi ses propres normes sociétales. Nous ne sommes pas un pays qui, sous couvert de liberté d’expression, autorise un « droit de blasphème » contre christianisme, Islam ou toute autre religion inspirée, au nom d’un laïcisme érigé en religion d’Etat.

A vrai dire, les signataires du présent appel ne parviennent pas à comprendre le cheminement intellectuel qui a conduit les auteurs de l’appel du 3 août, avec tout le respect qui leur est dû, à victimiser les agresseurs et à diaboliser les agressés. Ils sont d’autant plus surpris que maints signataires de cet appel, clergé et laïcs, se réclament de la foi chrétienne comme chemin de vie, en privé comme en public. Il y a vraiment problème si, en repensant à tête reposée ce qu’ils ont voulu signer, ils persistent à ne pas y découvrir qu’en matière de dignité, de liberté, de violence, de droit et de justice, ils se sont tout simplement trompés de cible. Les indignations à répétition et les superlatifs tous azimuts employés dans leur appel ne peuvent masquer que, pour l’essentiel, ils ont complètement occulté la seule et grave violation qui ait été commise.

Contre le Christ et son Eglise, les portes de l’enfer ne prévaudront point. Cette affirmation aura toujours valeur de certitude. En tant que chrétiens, mais aussi en tant que Libanais croyants non-chrétiens, nous avons l’honneur et le devoir de témoigner publiquement pour la vérité de Dieu, lumière de nos vérités et de nos droits, et décidément contre les ténèbres de tous bords. « Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas saisie. »

Beyrouth, le 6 août 2019, Fête de la Transfiguration du Christ,

1. Youssef Kamal El-Hage (professeur universitaire)
2. Nidaa Abou Mrad (professeur universitaire)
3. Viviane Naimy (professeure universitaire)
4. P. Ibrahim Saad (prêtre, curé de la Cathédrale Saint Nicolas, Ballouneh)
5. P. Joseph Abdel Sater (Prêtre Antonin Maronite)
6. Hikmat Dib (membre du parlement libanais)
7. Lina Riachy Haddad (psychologue)
8. Mikhael Hourani (chantre ecclésiastique)
9. Adel Abou Mrad (chirurgien)
10. Carlos Khoury (chirurgien dentiste)
11. Zakieh Naimy (directrice de programme académique)
12. Antoine Safi (ingénieur entrepreneur)
13. Joumana Elia Beaïni (Présidente de la Municipalité de Mijdlaya-Zgharta)
14. Amale Tomb Abi Ghanem (chanteuse)
15. Rabih Frem (homme d'affaires)
16. Hoda Nehmé (professeur titulaire de la Chaire Kamal Youssef El-Hage pour la Philosophie libanaise à l’USEK)
17. Edouard Borgi (architecte)
18. Rita Ziadé (directrice du Dispensaire de Bienfaisance-Lehfed)
19. Sami Sfeir (citoyen libanais)
20. Michel Abou Ghantous
(professeur)
21. Pierre Baaklini (avocat)
22. Sr. Noura Khoury-Hanna (religieuse)
23. Hoda Massaad (institutrice)
24. Maria Hilal (professeure universitaire)
25. Antoine Njeim
(professeur universitaire)
26. P. Georges Hobeika (professeur, ancien recteur de l’USEK)
27. Najwa Nasr (professeure universitaire)
28. Youssef Hobeiche (directeur général, Montesito)
29. Antoine Zaylah (profession libérale)
30. Elias Abboud (préfet de cycle secondaire)
31. Josiane Abi Khattar (doyenne, faculté de pédagogie)
32. Claire Mouannes (employée au CRDP)
33. Samir Sarkis (ingénieur)
34. Walid Mechleb (professeur d'arabe, cycle secondaire)
35. P. Raymond Abdo (religieux carme)
36. Marita Frem (directrice générale, Paradis d'Enfants)
37. P. Edgard El-Haiby (professeur universitaire)
38. Mireille Frem (pharmacienne)
39. Laurence Ajaka (enseignante universitaire)
40. Gilbert Zouein (consultant bancaire)
41. Thérèse Chidiac Ahmar (architecte)
42. Maan Bou Saber
43. Wadiaa Khoury (enseignante universitaire)
44. Aline Kadri (enseignante universitaire)
45. Nimr Freiha (professeur universitaire, UL & USJ)
46. Adel Ahmar (chirurgien appareil digestif)
47. Hiyam Akkawi (coordinatrice, langue arabe)
48. Samia Bakhos
49. Richard Nader (enseignant universitaire)
50. Violette Khoury (directrice assistante du Centre d'Etudes et de Recherches Orientales)
51. Fadi El'Chaer (chirurgien dentiste)
52. Roula Khoury (pharmacienne)
53. Antoine Sayyah
(professeur d'université retraité)
54. Leila Boutros Dahdah
55. Antoine Wakim (ingénieur)
56. Antoine Farhat Moukarzel (enseignant, chercheur en philosophie)
57. Gen.B.E.M Mounir Assaf Bejjani (R)
58. Youssef Tannous
(professeur universitaire)
59. Antoine Tohmé
(ancien doyen de la Faculté de Pédagogie à l'Université Libanaise)
60. Ghassan Abdel Khalek (employé, Mutuelle des Employés de l'Etat, Békaa)
61. Thérèse El Hachem (doyenne de la Faculté de Pédagogie, Université Libanaise)
62. Dalida Bitar (professeure universitaire, Droit Public)
63. Oubad Zwein (résistant)
64. Elias Azzam (banquier et enseignant à l'USJ)
65. Rizk Gerges Rizk (PDG)
66. Eduard Boueri (count manager, Casino du Liban)
67. P. Georges Khoury (missionnaire libanais)
68. Norma Bouchi Akoury (directrice, Ecole publique, Wadi Zahle)
69. Claire El-Hélou Korkmaz
(professeure universitaire, psychothérapeute, ancienne directrice de la Faculté de Pédagogie, UL)
70. Sr. Lina El-Asmar (religieuse antonine, doctorants en études bibliques)
71. Chadi El-Nar (professeur universitaire)
72. Miled Abou Assi (architecte)
73. Nour Yassine (employée, Mutuelle des Employés de l'Etat, Békaa)
74. Lucie Ibrahim (professeur)
75. Mirna Dib (professeure assistante à l'Université Libanaise)
76. Nabil Abou Assi (architecte)
77. P. Louis Bouéry
78. Katia Yammine (CEO, Myka property management)
79. Hoda El-Khazen (directrice administrative et financière)
80. Lina Ghanem (journaliste)
81. P. Philippe El-Khazen (missionnaire libanais)
82. Yussef Zgheib (professeur universitaire)
83. Sayed Geïtani (directeur, Ilnstitut Technique)
84. Najla Barhouche (inspectrice pédagogique; retraitée)
85. Fadel Tayyar
86. Walid Saïd (Directeur Général)
87. P. Moussa Hélou (prêtre)
88. Paul Hakim (ingénieur civil)
89. Michel Bassile (médecin)
90. Chafic Skayem (ingénieur,
directeur d’usine)
91. Berthe Boustany
92. Assad Eid (professeur universitaire)
93. Simone Moubarak (institutrice)
94. Hani Choueiri (ingénieur civil)
95. Abir Hosri (ingénieur)
96. Chadi Tabar (avocat, master en philosophie)
97. Alain Finan (directeur commercial)
98. Mitri Doumet (CEO, BMB)
99. Ezzat Haddad (général d'armée; retraité)
100. Randa Abi Aad (professeur universitaire)
101. Leila Emile Honein
102. Lina Varoujan (administration scolaire)
l103. Maya Khaled (professeure à l’Université Libanaise)
104. Alexandre Abou Hanna (médecin)
105. Antoine Noujaïm (général d'armée;; retraité)
106. Ramy Semaan (analyste financier, BMB)
107. Emile Ezzat Haddad
108. Sandra Haddad Saadé
109. Hamita Abou Hanna (psychologue)
110. Mirna Haddad Beayni
111. Anthony Abou Hanna (ingénieur)
112. Lama Abou Hanna (publicité et vente)
113. Sr. Lara Khoury (religieuse)
114. Noha Abou Hanna (cinématographe)
115. Nicole Ghostine (pédagogue)
116. Youssef Eid (directeur de la Faculté des Lettres, Université Libanaise)
117. Michel Murr (médecin)
118. Carole Asmar (institutrice)
119. Rita Bechaalani (pharmacienne)
120. André Barakat (VP, Commercial Consultancy Services)
121. Talal Jaber
(professeur, avocat à la cour, Jaber Law Firm)
122. Rania El-Murr (biochimiste, nutritionniste)
123. Assaf El Murr (CEO @Mnets)
124. Grace Ajour
125. Eugénie Choucair (médecin)
126. Rita Melki
127. Elie Mokbel (commerçant)
128. Joceline Semaan
129. Samir Doumet (commerçant)
130. Betty Mokbel (comptable)
131. Tracy Mokbel
132. Micheline Naïm Habib (financial auditor)
133. Lina Semaan
134. Madeleine German
135. Rita Boulos (infirmière)
136. Hoda Kabbani
137. Mirvate Salam
138. Sonia Kabbani
139. Sybille Semaan
140. Anis Moussallem (ancien doyen et journaliste)
141. Samar Samarani (avocate)
142. Randa Samarani (jardinière)
143. Rose-Mary Moujaess (secrétaire de direction)
144. Georges Samarani (global manager; Dubai Construction Company)
145. Ayda Barbour (commerçante)
146. Georges Assouad (expert comptable)
147. Regina Azzam
148. Arlette Hélou (enseignante)
149. Jean Mourad (pépiniériste, paysagiste)
150. Georges Tabet (Ingénieur-CEO, Tabet Engineering & Lighting Co.)
151. Samia Khadij (physiothérapeute)
152. Jacques Georges Yaacoub (chimiste)
153. P. Michel Rouhana, o.a.m.
154. Georges Emile Nawfal
(CEO, Nawfal Medical Center)
155. Sandra Eid (journaliste, chercheuse en philosophie)
156. Louis Kerbage (Dr. ingénieur agronome)
157. Roland Khalil Adwan (Membre de la Ligue Maronite)
158. P. Marwan Khoury o.m.m. (supérieur du couvent de l'Assomption-Dbayeh)
159. P. Jean Akiki o.l.m. (professeur universitaire)
160. Georges Noujaim (retraité)
161. Marc Torbey (ingénieur)
162. Melhem Cherfane (chirurgien)
163. Hilda Abou Assi
164. Sr. Gabrielle Bou Moussa (religieuse)
165. Mikhael Raphael (cardiologue)
166. P. Jean Ramy (vicaire à la paroisse maronite de Broumana)
167. Nawal Khalifeh Hachem
168. Michel Daccache (auditeur financier)
169. Sr Hélène Richa (religieuse)
170. Hussein Zaarouri (brigadier général d'armée, retraité)
171. Chady Abou Jaoudeh (ingénieur, professeur universitaire)
172. Daniel Younes (éducateur)
173. Labib Waked (éducateur)
174. Maroun Waked (ingénieur)
175. Rita Waked (ingénieur)
176. Reine Atallah (ressources humaines)
177. Robert Farhat (magistrat)
178. Marie-Dominique Farhat
179. Sami Sakr (conseiller pédagogique, Collège des Saints Coeurs, Sioufi)
180. Nadia Saïkali
181. Georges Aad (dentiste)
182. Aïda Tomb (professeur de musique, chanteuse)
183. Paul Mouawad (chanteur)
184. Antoine Ammoun (droit)
185. Joelle Kamel (traductrice)
186. Thérèse Mezher (chrétienne libanaise)
187. Mary Abi Ghanem (architecte d'intérieur)
188. Rany Ghsayn (professeur universitaire)
189. Jean Abi Ghanem
(directeur d’université)
190. Amal Chayya (psychologue)
191. Fares Melhem Gemayel
(journaliste)
192. Hady Abi Ghanem (ingénieur informaticien)
193. Olga Abi Ghanem
(graphic designer)
194. Chady Abi Ghanem (ingénieur informaticien)
195. Marie Claire Abi Ghanem
(économie et finance)
196. Marlene Wehbe (journaliste)
197. Antoine Boulos Wehbe (ex-professeur secondaire et universitaire)
198. May Nohra (journaliste, Agence Nationale de l’Information)
199. Anna Younes (journaliste)
200. Fadia Tomb El-Hage (artiste)
201. Antoinette Chaoui (enseignante)
202. Younes Jabbour Younes (chercheur)
203. Salim Baaklini (expert compable)
204. Fadia Abou Dib (Association Jours d'Espérance-Zahlé)
205. .Mounir Assaf Bejjani (général d'armée; retraité)
206. P. Jean Sfeir (missionnaire)

Ce contre-ppel répond à l'appel lancé le 3 août par la rédaction du quotidien de l'Orient-Le-Jour:
https://www.lorientlejour.com/article/1181476/liberte-dexpression-ne-cedons-pas-face-a-la-violence-.html

Il convient de noter que la rédaction de l'OLJ a refusé de publier ce contre-appel dans les colonnes dudit quotidien, en recourant à une argumentation formelle, curieusement éloignée des exigences inhérentes à la "liberté d'expression".

La vidéo liée à ce contre-appel récapitule des prises de position publiques (antécédentes à la programmation dudit concert) du groupe Projet Laylâ qui sont ostensiblement blasphématoires à l'égard de la foi chrétienne, avec des propos et des images sataniques qui visent à profaner les symboles de la très Sainte Trinité, de la crucifixion du Christ Jésus, des sacrements du Baptème et de l'Eucharastie et de la très Sainte Vierge.