Victoire confirmée

1 430 renards en danger de mort

Cette pétition a abouti avec 94 073 signatures !


L'abattage des 1 430 renards en Seine-Maritime, d'ici à décembre 2020, en plus de ceux tués par les chasseurs tout au long de l’année. Cet arrêté va à l’encontre de la majorité des avis exprimés au cours de la consultation publique, et les motifs invoqués pour justifier de sa publication n’ont pas de base solide. La préfecture oublie l’essentiel : faire disparaître les renards est non seulement un drame pour eux-mêmes, mais aussi une catastrophe écologique et sanitaire.

Les chasseurs justifient l’utilité de leur loisir par l’absence de prédateurs pour réguler naturellement des populations animales, ici des perdrix. Mais quand la nature fait son œuvre, ils tiennent absolument à tout dérégler pour le plaisir de tuer, les uns (les renards) et les autres (les perdrix).

Pour l’anecdote, on notera que le préfet ne produit d’ailleurs aucune évaluation de l'effet de la prédation vulpine sur la population des perdrix, qui ont aussi d’autres prédateurs naturels...On se trouve donc face à un cas de concurrence si insupportable pour les chasseurs qu’ils s’octroient le droit d’éradiquer les renards, en position de boucs émissaires. Pour la logique, on repassera. C’est le serpent qui se mord la queue.

Plus les renards sont chassés, plus ils tombent malades !

Le préfet soutient qu'il est nécessaire de tuer des renards pour réduire le risque de transmission des maladies dont ils peuvent être porteurs. Or, une étude de l'Office Français de la Biodiversité de 2016 conclut que les campagnes de « destruction » ne diminuent pas les risques de transmission à l’humain ; celles-ci sont même susceptibles d'augmenter la prévalence de la maladie parmi les renards, en éliminant des animaux sains et en accentuant les phénomènes de migration.

Le code de l'environnement demande une « prise en considération des observations et propositions déposées par le public » et d'indiquer dans le document de synthèse « celles dont il a été tenu compte »...  



Noémie compte sur vous aujourd'hui

Noémie REYEM a besoin de votre aide pour sa pétition “La préfecture de Seine-Maritime: 1 430 renards en danger de mort”. Rejoignez Noémie et 94 072 signataires.