L'Appel de la Forêt

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


#NousSommesForêt, un collectif non-violent et participatif de citoyens et d’associations de protection de la nature et de la santé, appelle à l’émergence d’une force d’interposition pour protéger les arbres de leurs abattages abusifs et soutenir les mobilisations locales.

Dans la pléthore d’offensives faîtes au vivant, les arbres et la forêt sont particulièrement visés. A l’heure où l’on découvre le rôle irremplaçable du végétal, son intelligence, sa sensibilité ; où l’on regarde enfin les forêts pour ce qu’elles sont, haut lieu du partage et de la mutualisation des ressources entre arbres, champignons et toutes les autres espèces ; la conscience collective clame son indignation et s’affirme comme gardienne des arbres et des forêts.

Abattre un arbre abusivement, c’est perdre une centrale à air pur, contribuant à dépolluer l’air ambiant gracieusement. C’est se priver pour notre guerre climatique d’un outil naturel et efficace de capture du CO2. C’est condamner à l’oubli une conscience, une sagesse et une mémoire bien plus longues et expérimentées que celles de notre jeune espèce. C’est enfin se couper d’une source d’équilibre et de bien-être humain bien établie.

Contre la destruction aveugle, la marche des bulldozers et le passage en force, face aux poussées de décideurs insensibles au vivant, il est temps d’additionner nos puissances et de nous mettre en mouvement.

Forêts Debout !

A Marseille, Rennes, Strasbourg, Jargeau, Gardanne, Aix, Romainville, Montpellier, Beynac, Gien et jusqu’en Guyane… la fraternité aux feuillages s’exprime par des boucliers humains.

Le site de pétition Change.org recense des centaines de cas d’abattage abusif d’arbres et de forêts menacées sur le territoire français. Les frères et sœurs des bois se lèvent et marchent. Sur les pas des forestiers écœurés par le manque de conscience du temps long. Sur la voie des femmes indiennes qui ont protégé de leur corps, il n’y a si longtemps encore, la destruction programmée de leurs forêts ancestrales. Partout les avant-postes de la conscience collective soulèvent nos précieuses racines et osent dévoiler nos cœurs d’arbres-humains. Ce n’est pas seulement pour porter haut et fort l’intérêt général, pour défendre la biodiversité et l’équilibre des biotopes : un puissant mouvement humain retrouve son origine et cesse de se prendre pour le centre d’un monde autour duquel doit se plier « un environnement » soumis à l’argent-roi et à la dévastation avide.

Cette conscience nous dit que nous sommes la nature et elle nous appelle urgemment à prendre soin du monde. Ce mouvement, entendez-le bien, ne s’arrêtera pas car c’est la nature elle-même qui se soulève ! La nature a des droits : le droit d’exister et d’être en bonne santé, le droit de se régénérer et de s’épanouir. Chacun des ses éléments a le droit de pouvoir jouer son rôle dans la communauté de vie et nous devons permettre à chaque espèce et système vivant de défendre sa valeur intrinsèque en justice, s’il le faut. Oui, les arbres peuvent plaider, nous serons leur voix !

Ceci est un appel à rejoindre toutes les initiatives locales, régionales et sur tous les territoires. Nous Sommes Arbres, Radicelles, Humus et Mycellium. Nous sommes Forêt ! Un soulèvement, une force d’interposition non-violente et résolue, en synergie avec tous les terrains et la grande vague qui doit déferler maintenant pour que l’humanité retrouve ses esprits. Nous Sommes Forêt et nous resterons debout.

Premiers signataires :
Charles-Maxence Layet, directeur de la revue Orbs, l'autre Planète ; Pascale d'Erm, journaliste, auteure et réalisatrice de Natura ; Patrick Fischmann, conteur, musicien, écrivain ; Pascale Rossler, coach, Osons Demain Les Jours Heureux ; Edouard Gaudot, co-fondateur de Citoyens! ; Pablo Servigne, Gauthier Chapelle, biologistes, agronomes, collapsologues, asbl Terr'éveille ; Olivier Dubuquoy, géographe et militant écologiste ; Valérie Cabanes, juriste internationale, Global Alliance for the Rights of Nature ; Laurent Winsback, sylvothérapeute ; Jacqueline Kelen, écrivain ; Naziha Mestaoui, artiste ; Pierre Athanaze, associations Action Nature Rewilding France et Alliance des Opposants à la Chasse ; Delphine Batho, députée, présidente Génération Ecologie ; Bernard Boisson, auteur, photographe, association Forêts citoyennes ; Marine Calmet, juriste, association Nature Rights ; Cyril Dion, auteur, réalisateur ; Michel Maxime Egger, sociologue et ecothéologien ; Jean-Laurent Félizia, paysagiste-naturaliste, conseiller municipal EELV ; Blanche Magarinos-Rey, avocat, cabinet Artemisia ; Claire Nouvian, association Bloom, Goldman Prize 2018, co-fondatrice de Place Publique ; Edouard V. Piely, journaliste, membre de la rédaction de Sciences Critiques ; Michèle Rivasi, députée européenne EELV ; Franck Vogel, photographe et réalisateur ; Ernst Zürcher, ingénieur forestier, professeur en sciences du bois. Association les Amis de la Forêt de Romainville ; Association Mardieval.