Calls to Action Against Racism in Canada / Appels à l'action contre le racisme au Canada

0 have signed. Let’s get to 5,000!


(French follows... )

The intention of this letter is to invite conversation regarding the fundamental changes that need to occur within all levels of government, and public institutions. 

Further, the recommendations put forth in this letter may be applicable to various sectors and industries, and may be a useful starting point for companies, organizations, community networks, and others working towards change. We hope to build upon these recommendations and continue to engage in open dialogue.

This letter was written by some members of the Prime Minister’s Youth Council, and was sent to Prime Minister Justin Trudeau and Members of Canadian Parliament on June 8, 2020:

Dear Prime Minister Justin Trudeau and Federal Members of Parliament, Provincial and Territorial Premiers, Municipal Councillors, all other elected officials, and public institutions:

Racism towards Black Canadians, Indigenous communities, and other racialized groups is not acceptable in Canadian society. Further, racism intersects with gender identity, sexual orientation, class, age, and (dis)ability to further marginalize individuals and communities. We, the citizens, call for fundamental change. As the mindsets of citizens change, this requires our institutions to change too.

It is important that we recognize that racist inequities in Canada are baked into the fabric of our society, public policies, and structures. We need new policy and legislation, education, mobilization, and action taken by our elected officials and all publicly funded institutions in Canada that serve our citizens and residents. We understand that we cannot train our way through racism. This is a life-long process that requires both the ability to identify racism in our communities and structures, and a life-long commitment to dismantling systemic racism. This journey will require goodwill, empathy, compassion, and working together in solidarity. 

We call upon our officials and leaders to adopt these calls to action and recommendations within Anti-Racism Strategies and in Anti-Racism Policies:

Mandatory Anti-Racism Competency and Capacity Building

  • Implement mandatory anti-racism, anti-discrimination, anti-oppression, equity lens education, and training for all elected officials and employees of publicly funded institutions in Canada; including education, healthcare, law enforcement, and other community services, as well as organizations that receive government funding through grants and contracts. 
  • Introduce pro-equality and pro-diversity education and training curriculum in early childhood, primary school, and secondary education.
  • Invest in developing the capacity of community members with lived experiences to be the developers, educators, trainers and facilitators of anti-racism, anti-discrimination, anti-oppression, equity lens training.
  • Provide public updates on targets and progress within the current government strategy for eliminating racial biases in our criminal justice system.

Ensure Accountability and Evidence for Anti-Racism Competency and Capacity Building

  • Identify public, measurable targets and indicators on Anti-Racism Competency and Capacity Building initiatives to ensure the accountability of elected officials and public institutions.
  • Introduce evaluation strategies to assess insights from participants. 
    Develop public annual progress reporting on national Anti-Racism Competency and Capacity Building activities. 

Improve Leadership Diversification

  • Increase the number of underrepresented people, including Indigenous, Black, and racialized people, among others, in leadership positions within our government and other publicly funded institutions annually to ensure that government officials reflect their constituents. 
  • Governments and publicly funded organizations must address both a lack of accountability and commitment to diversity and inclusion, and a lack of diversity in our pipelines and pathways to leadership positions. Governments and publicly funded institutions must develop pathways that allow for equal opportunity and advancement.
  • Establish public annual targets on leadership diversification including but not limited to race, age, gender, sexual orientation, and ability, and ensure targets for the meaningful representation of individuals with intersecting identities.
  • Introduce evaluation strategies and mechanisms to assess insights and progress. Ensure these strategies are continuously adapted through periodic review on a yearly basis by an external, independent body. 
  • Develop annual progress reporting on Leadership Diversification.

Create Data, Impact Measurement, and Financing

  • Develop reliable disaggregated race-based data on Quality of Life and Wellbeing Indicators. It’s time we measure what matters and to respond appropriately.
  • Introduce a Wellbeing budget to ensure positive investment in social determinants of health and areas of society where racialized and vulnerable populations need it most. 
  • Develop partnerships with affected communities and ensure that organizations led by racialized groups have allocated funding. 

Address Policing 

Re-allocation of funds

We must acknowledge that criminalization is not the solution to societal inequities. Instead, we must invest in societal development initiatives that better our communities:

  • Divert/re-allocate a considerable amount of funds from police budgets to programs and external services that are better situated to address community care and mental health, government and community-led development initiatives and programs, safe de-escalation, and independent civilian-led police oversight. 
  • Explore the redistribution and design of emergency responders to include mental health officers, sexual assault specialists, social workers, and medical officers, among others.

Reform

Should any kind of police force continue to exist currently, or in the post re-allocation period, we advise the following reforms:

  • Implement mandatory body cameras for officers. Consider that expenditures be incurred by external sources to avoid further monetary infusion into police budgets.
  • Create a mechanism for citizens to rate and review their interactions with identified police officers (monitored and administered by civilian-led police oversight entities). 
  • Enforce penalties for officers who have poor interactions with civilians; and ensure that settlements do not come from citizen tax dollars.
  • Ensure that police undertake a minimum of 40 hours of mandatory community volunteering during their education, as well as 40 hours of community volunteering during service years, and cultural awareness, anti-racism, and de-escalation training every 2 years.
  • Ensure that training is funded by an external source and does not require a further monetary infusion into police budgets.

Police brutality is symptomatic of our collective complacency to expeditiously and accurately address racism.

It is the responsibility of government leaders to set the standard of actively addressing racism and adopting meaningful strategies for change. When we all decide to take these recommendations to heart, a meaningful journey to end systemic and institutionalized racism will advance in our country, and we will begin to heal from generations of trauma that have plagued us all for centuries. We implore you to establish a national standard, and we encourage you to work with the provinces, territories, and municipalities, to explore this change together. It is also important that individuals of different races, gender identities, sexual orientations, classes, ages, and abilities are included in the implementation of such strategies and policies.


Canada’s leadership and status will be measured by how it supports and enables racialized groups to live a full and abundant life. It will also be judged by when it reconciles the history of colonialism and racism.


We are keen to support and assist you as you take the steps necessary to ensure that all people in Canada are included, respected, and valued in our democracy, regardless of race, gender identity, sexual orientation, class, age, and (dis)ability.

Where do we go from here?

Sincerely,

Alfred Burgesson, Nancy Mitchell, Ashley Cummings, and Jack Campbell (Members of the Prime Minister’s Youth Council).

--

L’objectif de cette lettre est d’inviter la conversation sur les changements fondamentaux qui doivent arriver à travers tous les niveaux de gouvernement et des institutions publiques, afin de mettre fin au racisme systémique qui s’y trouve.

De plus, les recommandations incluent dans cette lettre peuvent être applicables aux divers secteurs et industries et peut être un point de départ utile pour les compagnies, organisations, réseaux communautaires et tous travaillant vers le changement. Nous espérons continuer de bâtir sur ces recommandations et continuer un dialogue ouvert.

Cette lettre a été écrite par certains membres du Conseil Jeunesse du Premier Ministre, et a été envoyé au premier ministre Justin Trudeau et certains députés canadiens le 8 juin 2020:

Cher Premier ministre Justin Trudeau et députés fédéraux, premiers ministres provinciaux et territoriaux, conseillers municipaux, tous les autres élus et institutions publiques,

Le racisme envers les Canadiens noirs, les communautés autochtones et autres groupes racialisés n'est pas acceptable dans la société canadienne. De plus, le racisme intersecte avec l'identité de genre, l'orientation sexuelle, la situation socio-economique, l'âge et les handicaps afin de marginaliser davantage ces individus et ces communautés. Nous, les citoyens, appelons à un changement fondamental. Alors que les mentalités des citoyens changent, nos institutions doivent également changer.

Il est important que nous reconnaissons que les inégalités raciales au Canada ont été tissés dans le tissu de notre société, de nos politiques publiques et de nos structures sociales. Nous avons besoin de nouvelles politiques et législations, davantage d’éducation, de mobilisation et de mesures prises par nos élus et toutes les institutions financées par les fonds publics au Canada qui servent nos citoyens et nos résidents. Nous comprenons que la lutte contre le racisme n’est pas un objectif simple. Il s'agit d'un processus qui dure toute la vie et qui nous demande à la fois la capacité d'identifier le racisme dans nos communautés et nos structures et un engagement à vie à démanteler le racisme systémique. Ce voyage va exiger de la bonne volonté, de l'empathie, de la compassion et de travailler ensemble de façon solidaire.

Le gouvernement fédéral doit travailler avec les provinces, les territoires et les municipalités pour adopter ces appels à l'action et ces recommandations dans les stratégies et politiques de lutte contre le racisme:

 

Renforcement obligatoire des compétences et des capacités contre le racisme

  • Mettre en œuvre de l’éducation et des formations obligatoires sur l’anti-racisme, l’anti-discrimination, l’anti-oppression, et la perspective d’équité pour tous les élus et employés des institutions financées par les fonds publics au Canada; y compris les secteurs de l'éducation, les soins de santé, le maintien de l’ordre public et autres services communautaires, ainsi que les organisations qui reçoivent un financement gouvernemental par le biais de subventions et de contrats.
  • Introduire un programme d'éducation et de formation qui encourage l'égalité et la diversité dans l’éducation à la petite enfance, l'école primaire et l'enseignement secondaire.
  • Investir dans le développement des capacités des membres de la communauté ayant des expériences vécues pour qu’ils puissent être les développeurs, les éducateurs, les formateurs et les facilitateurs de la formation de lutte contre le racisme, la lutte contre la discrimination, de la lutte contre l'oppression et l'équité.
  • Fournir des mises à jour publiques sur les objectifs et le progrès dans le cadre de la stratégie actuelle du gouvernement pour éliminer les préjugés raciaux dans notre système de justice pénale.

Assurer la garantie de remise de comptes et d'évidence sur le développement de compétences et de capacités contre le racisme

  • Identifier des cibles et des indicateurs mesurables et publics sur les initiatives de renforcement des compétences et des capacités de lutte contre le racisme pour garantir la responsabilisation des élus et des institutions publiques.
  • Présentez des stratégies d'évaluation pour évaluer les commentaires des participants.
  • Élaborer des rapports de progrès annuels publics sur les activités nationales de renforcement des compétences et des capacités de lutte contre le racisme.
     

Améliorer la diversification du leadership

  • Augmenter annuellement le nombre de personnes sous-représentées, y compris les Autochtones, les Noirs et les personnes racialisées, entre autres, à des postes de direction au sein de notre gouvernement et d'autres institutions financées par les fonds publics pour garantir que les représentants du gouvernement reflètent leurs électeurs.
  • Les gouvernements et les organisations financées par les fonds publics doivent s'attaquer à la fois au manque de responsabilisation  et d'engagement envers la diversité et l'inclusion, et au manque de diversité dans nos canaux et voies d'accès aux postes de direction. Les gouvernements et les institutions financées par l'État doivent développer des voies qui permettent l'égalité des chances et d'avancement.
  • Établir des objectifs annuels publics sur la diversification du leadership, y compris, mais sans s'y limiter, de race, d'âge, de sexe, d'orientation sexuelle et d’handicaps, et garantir des objectifs pour une représentation significative des individus ayant des identités avec des intersectionalités.
  • Introduire des stratégies et des mécanismes d'évaluation pour évaluer les commentaires et le progrès. Veiller à ce que ces stratégies soient continuellement adaptées par le biais d'un examen périodique annuel d’un organisme externe indépendant.
  • Élaborer des rapports de progrès annuels sur la diversification du leadership.

Créer des données, mesurer l'impact et le financement

  • Développer des données fiables ventilées par race sur les indicateurs de qualité de vie et de bien-être. Il est temps de mesurer ce qui compte et d’y réagir de manière appropriée.
  • Introduire un budget de bien-être pour assurer un investissement positif dans les déterminants sociaux de la santé et les domaines de la société où les populations racialisées et vulnérables en ont le plus besoin.
  • Développer des partenariats avec les communautés affectées et s'assurer que les organisations dirigées par des groupes racialisés reçoivent des fonds.

La police

Réaffectation des fonds

Nous devons reconnaître que la criminalisation n'est pas la solution aux inégalités sociales. Nous devons plutôt investir dans des initiatives de développement sociétal qui améliorent nos collectivités:

  • Détourner /réaffecter une quantité considérable de fonds des budgets de la police vers des programmes et des services externes qui sont mieux placés pour répondre aux besoins communautaires et à la santé mentale, aux initiatives et programmes de développement menés par le gouvernement et la communauté, à la désescalade en toute sécurité et à des surveillances policières menés par des civils indépendants.
  • Explorez la redistribution et la conception d’intervenants d'urgence pour inclure des agents de santé mentale, des spécialistes des agressions sexuelles, des travailleurs sociaux et des médecins, entre autres.
     

Réforme

Si des forces policières quelconque continuent d'exister actuellement ou pendant la période suivant la réaffectation, nous recommandons les réformes suivantes:

  • Mettre en place des caméras corporelles obligatoires pour les officiers de police. Considérez que les dépenses doivent être engagées par des sources externes pour éviter une nouvelle injection monétaire dans les budgets de la police.
  • Créer un mécanisme permettant aux citoyens de noter et d'évaluer leurs interactions avec les policiers identifiés (surveillés et administrés par des entités de surveillance policière dirigées par des civils).
  • Appliquer des sanctions aux officiers qui ont de mauvaises interactions avec les civils; et s'assurer que les règlements ne proviennent pas de l'argent des citoyens.
  • Veiller à ce que chaque agent de police entreprend au moins 40 heures de bénévolat communautaire obligatoire au cours de ses études, ainsi que 40 heures de bénévolat communautaire pendant ses années de service, et une formation sur la relativité culturelle, à la lutte contre le racisme et à la désescalade tous les 2 ans. Veiller à ce que la formation soit financée par une source externe et ne nécessite pas une nouvelle injection monétaire dans les budgets de la police.

La brutalité policière est symptomatique de notre complaisance collective à lutter rapidement et efficacement contre le racisme.

Il incombe aux chefs de gouvernement d'établir la norme pour lutter activement contre le racisme et adopter des stratégies de changement significatives. Lorsque nous déciderons tous de prendre ces recommandations à cœur, un voyage significatif pour mettre fin au racisme systémique et institutionnalisé progressera dans notre pays et nous commencerons à guérir de générations de traumatismes qui nous ont tous rongés pendant des siècles. Nous vous implorons d'établir une norme nationale et nous vous encourageons à travailler avec les provinces, les territoires et les municipalités pour explorer ensemble ce changement. Il est également important que des individus de races, d'identités de genre, d'orientations sexuelles, de classes, d'âges et de capacités différentes soient inclus dans la mise en œuvre de ces stratégies et politiques.

Le leadership et le statut du Canada seront mesurés par la façon dont il soutient et permet aux groupes racialisés de vivre une vie pleine et abondante. Ils seront également jugés en fonction de quand ils réconcilieront l'histoire du colonialisme et du racisme.

Nous tenons à vous soutenir et à vous aider pendant que vous prenez les mesures nécessaires pour assurer que toutes les personnes au Canada soient incluses, respectées et valorisées dans notre démocratie, sans distinction de race, d'identité de genre, d'orientation sexuelle, de classe, d'âge et de capacité.

Où allons-nous à partir d'ici?

Sincèrement,

Alfred Burgesson, Nancy Mitchell, Ashley Cummings et Jack Campbell avec et au nom des membres du Conseil des jeunes du Premier ministre.