Justice pour Thomas emprisonné au Maroc

49,136
Supporters

Je suis Béatrice Gallay, la maman de Thomas, ingénieur français de 37 ans,   injustement emprisonné au Maroc depuis un an pour deux procès-verbaux en arabe qui lui ont été fait signer dans la tromperie et qui ne reposent sur aucun fait ni preuve. 

Tous les détails dans : http://soutien-thomas-gallay.com 

Des documents qui au lieu de retranscrire les réelles déclarations qu’il avait faites se sont avérés être une succession « d’aveux » fabriqués de toutes pièces. 

Par la signature de ces documents écrits dans une langue qu’il ne sait pas lire et sans avoir eu possibilité d’être assisté d’un traducteur indépendant ou d’un avocat pour les lui traduire au préalable, ses droits les plus fondamentaux ont été bafoués. 

Mais c’est pourtant sur la base de ces procès-verbaux falsifiés, à l’exclusion de tout fait ou preuve, que le Tribunal de 1ère instance l’a condamné en juillet dernier à 6 ans de prison. 

Dès octobre les 3 plus grandes ONG de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch, Amnesty International et la FIDH étaient intervenues à ce sujet auprès des autorités marocaines et françaises, en l’occurrence le Cabinet de M. Ayrault, Ministre des Affaires Etrangères.

 Frank Berton, son avocat, a lui aussi interpelé M. Ayrault et M. Urvoas, Ministre de la Justice, pour faire valoir que cette violation des droits les plus élémentaires de l’un de leurs concitoyens devait être dénoncée. 

M. Cazeneuve, Premier Ministre, est lui aussi informé de la situation de Thomas.  

Mais malgré son entière connaissance de tout ce dossier et sachant de surcroît que Thomas est innocent des accusations portées contre lui, que dit l’Etat français ?

Que dit-il alors qu’il y a urgence puisque la fin de son  procès en appel est prévue pour le 22 février, dans le doute évident que la Cour d’appel, comme elle en a en théorie le pouvoir, révisera cette procédure avant de rendre son verdict ? 
Il dit juste, comme il le fait depuis des mois, qu’il « suit de près » cette affaire, dans le « respect de l’indépendance de la justice marocaine ».
Mais qu’en est-il du respect des droits de ses compatriotes ?  
De quelle « ingérence » est-il question dans un tel cas ?   

Mme Taubira, ex-Ministre de la Justice, déclare pourtant elle-même: « Cela n’est pas acceptable. Thomas a droit, comme tout ressortissant français, aux protections fondamentales de l’Etat » et ajoute « Il ne s’agit aucunement d’ingérence, seulement de rappeler que le droit de se défendre est fondamental ».

« Les constitutions de nos deux pays exigent le respect des droits fondamentaux » et « l’exprimer ne constitue pas un impair diplomatique ». 

Le Ministère des Affaires Etrangères invoque aussi le fait que « les dossiers liés au terrorisme sont délicats »

Mais en quoi Thomas est-il concerné par le « terrorisme » ?
Expliquez-nous…. Est-ce de la lutte anti-terroriste que d’inventer une conversion à l’islam qui n’a jamais existé pour pouvoir fabriquer des accusations mensongères ? 

Ce même Ministère ajoute également qu’un dialogue avec les autorités marocaines est lui aussi délicat.
Mais pour quelles raisons ?

Ne lit-on pas dans les sites de notre gouvernement que les « relations bilatérales » franco-marocaines sont « traditionnellement excellentes » et qu’elles connaissent depuis début 2015 « un nouvel élan » ?
La France ne présente-t-elle pas toujours le Maroc comme un pays « ami » où,  rappelons-le, vivent plus de 51 000 français ainsi mis en confiance ?

 Y aurait-il dans les relations franco-marocaines quelque chose de caché dont Thomas, simple citoyen, ferait les frais ?

 Ou bien notre pays n’est-il simplement devenu, pour reprendre l’expression de Maître Berton, qu’un « pot de terre » ?

Celui des compromis et des silences qui ne sait plus que s’incliner en tout et devant toute chose ?

 Qu’en est–il des déclarations de M. François Hollande à l’ONU quand il dit : la France veut être « exemplaire pour porter les libertés fondamentales, c’est son combat, c’est aussi son honneur" ?

Et de celles de M. Ayrault : « La France ne se mettra pas du côté de ceux qui voudraient mettre les violations des droits de l’Homme et le droit humanitaire entre parenthèses, sous le tapis. Le choix n’est pas entre incantation et silence complice: entre les deux, il y a un espace pour l’action, et ce que je souhaite, c’est que la France l’occupe pleinement" ?

 MAIS C’EST TOUT CE QUE NOUS DEMANDONS !

Car c’est bien dans l’irrespect de ces plus simples droits humains que l’Etat français dit défendre que Thomas, votre propre concitoyen, vit depuis un an dans la souffrance et la dégradation humaine, enfermé au fond d’une cellule sordide dont on ne le sort que de 2 heures par jour et qui voit sa vie, son travail et tout son avenir mis en danger par cet emprisonnement injustifié.  

 Aussi bien les autorités françaises que marocaines savent qu’il n’est coupable en rien de ce dont on l’accuse.

 NOUS APPELONS DONC NOS RESPONSABLES POLITQUES A FAIRE LEUR DEVOIR EN SE RAPPROCHANT DE LEURS HOMOLOGUES MAROCAINS POUR TROUVER UNE ISSUE A CETTE IMPASSE JUDICIAIRE INTERMINABLE ET QUE THOMAS, QUI A DEJA PAYE LE LOURD TRIBUT D’UNE ANNE ENTIERE D’INCARCERATION, PUISSE, COMME IL LE MERITE, ETRE ENFIN LIBERE !

 SIGNEZ ET PARTAGEZ, PARTAGEZ, PARTAGEZ !!!!

This petition will be delivered to:
  • President of the French Republic
    François Hollande
  • Ministre des Affaires étrangères
    Jean Marc AYRAULT
  • Jean-Jacques Urvoas
  • Bernard CAZENEUVE


GALLAY BÉATRICE started this petition with a single signature, and now has 49,136 supporters. Start a petition today to change something you care about.