Justice pour Jack, un chien égorgé vivant !

0 a signé. Allez jusqu'à 150 000 !


Voici les faits dévoilant les horribles circonstances de la mort de notre chien de famille, Jack, 14 mois, berger belge malinois:

Le 8 Mars 2019, mon petit frère de 17 ans rentrait des cours lorsqu'il aperçoit un voisin, couteau à la main et sanguinolant, attendre près de notre portail. Il intercepta mon petit frère en lui expliquant que notre chien l'avait attaqué, qu'il l'a donc "tué". 

Mon frère se précipita dans notre jardin et trouva notre chien, Jack, la gorge tranchée, se vidant de son sang mais toujours vivant, on pouvait même apercevoir sa trachée !!! Le jardin était une véritable boucherie, il y avait énormément de traces de sang.Il contacta immédiatement mon grand frère qui vint aussitôt, enroula la gorge du chien dans son blouson et le transporta immédiatement chez le vétérinaire qui ne pouvait rien faire. Le chien est donc euthanasié, sa souffrance étant trop grande. 

Après le transport du chien, le voisin contacta la police et les pompiers. Après un examen des pompiers, il n'était pas nécessaire de le prendre en charge, n'ayant aucune blessure ou trace de morsure. Cependant, il attestait avoir fait cela car il s'était fait attaqué !!!

Selon le témoignage des voisins et de mon petit frère, l'homme possédait un couteau associé à un poing américain, permettant ainsi une bonne prise. Ce n'était donc pas une arme blanche anodine. 

Notre malinois était un jeune chien très joueur, agréable et très intelligent. Nous l'avions amené à des séances de dressage. Ainsi, il était bien éduqué. S'il avait réellement attaqué l'homme, les blessures auraient été graves. De plus, il était très apprécié des enfants de notre entourage et ceux du lotissement, qui attestent n'avoir eu aucune appréhension de laisser leurs enfants jouer avec le chien. 

Je tiens à préciser que le voisin habite à plusieurs maisons de la notre, que nous ne le connaissions pas et ne l'avions croisés que très rarement voire jamais pour certains membres de la famille. 

Le Dimanche 15 Mars, nous avons reçu un coup de fil indiquant que le voisin est relâché pour légitime défense et que si des représailles se produiraient, nous serions les premiers accusés. 

Le bilan des comptes est celui-ci: nous avons perdu notre chien, sauvagement assassiné, sommes traumatisés par la scène d'horreur dans notre jardin, avons du nettoyer le sang et, par dessus tout, croiser le meurtrier de notre chien dans le lotissement promener SON PROPRE CHIEN. 

Nous sommes attristés et traumatisés, la justice n'a pas été capable d'être juste, j'en fais donc appel aux cœurs des humains, et souhaite que cet homme soit jugé pour ce qu'il a fait.