La liberté pour Ignace Sossou

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Il n'a fallu que quatre jours pour le condamner à 18 mois de prison et une amende de 200 000 francs. Son crime aura été selon la charge retenue contre lui, "d'avoir sorti les propos du procureur de son contexte" lors de l’atelier de lancement du projet Vérifox Afrique initié par Canal France International (CFI), le mercredi 18 décembre 2019.


Ignace Sossou a été interpellé à son domicile le vendredi 20 décembre et poursuivi pour harcèlement par les réseaux sociaux notamment Facebook visant le Procureur de la République Mario Métonou. Ses accusateurs se fendent d'un courrier à charge de CFI adressé à on ne sait qui et dont une copie s'est retrouvée sur les RS. Le même CFI qui a émis un communiqué dans la foulée pour fustiger l'arrestation du journaliste mis en cause. Un double jeu de cette Agence française de développement médias qui qualifie le mis en cause de "journaliste peu scrupuleux"avec qui elle a collaboré à plusieurs reprises et même l'a invité pour leur forum "Media et développement qui s'est tenu les 11 et 12 décembre 2019 à Paris.


Ignace Sossou a été condamné ce mardi 24 décembre par le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou lors d’une audience publique. Il ne reconnaît pas les faits mis à sa charge.

Libérez Ignace Sossou!
Oui à la liberté de presse!
Non à l'emprisonnement de journalistes!