La fin de l'écriture inclusive et du politiquement correct

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


C'EST OFFICIEL, la langue française a trouvé ses destructeurs. 

Connaissez-vous 1984 de George ORWELL ? Si non, laissez-moi vous résumer ce livre. 1984 nous conte la vie des Hommes d'Oceania dans une société où tout est contrôlé, tout est surveillé, bref : s'inspirant du stalinisme et du nazisme qui étaient tous deux des régimes totalitaires, George ORWELL imagine un monde où les libertés d'expression et d'opinion sont supprimées. Si ce livre a mythifié "Big Brother is watching you !" ("Le grand frère vous regarde !"), il a aussi mis en avant un autre problème qui allait justement nous concerner : la "novlangue". 

Si vous ne savez pas ce qu'est la novlangue, pour vous la résumer, je dirais que c'est un nouveau moyen d'appauvrir une langue en lui supprimant énormément de mots. Aujourd'hui, cette définition est devenue plus large. En effet, la novlangue ne servirait pas qu'à appauvrir la langue, elle serait utilisée à des fins purement politiques et surtout pour ne pas discriminer les "minorités". Et que l'égalité la plus parfaite soit établie. Or, c'est là tout le nœud du problème. Cette novlangue, non seulement elle détruit notre belle langue française que le monde entier aime, mais elle rend "ignare" et "fasciste" tous ceux qui se mettent contre elle. Même ces "minorités" ont appris la langue française et l'aiment comme elle est, elle n'est en rien discriminante. 

Quand j'ai appris que des étudiants grenoblois allaient faire une assemblée générale pour défendre les dix-neuf bibliothèques universitaires de Grenoble, menacées de disparition pour être remplacées par des espaces numériques, j'étais d'accord avec eux. Quand j'ai appris que la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène SCHIAPPA, et la Ministre du Travail, Muriel PENICAUD, avaient mis en place un guide s'intitulant "Égalité hommes-femmes : mon entreprise s'engage", je me suis dis que c'était une bonne idée. Mais quand j'ai appris que l'éditeur Hatier avait publié un manuel pour les CE2 en 2015, quelle ne fût pas ma surprise de voir que l'éditeur semblait vouloir participer à la destruction de la langue française. Au profit d'associations féministes qui auraient perdu toute notion du vrai combat des droits de la femme : l'égalité hommes-femmes. Excusez-moi mais je ne préconise pas une égalité fondée sur la destruction d'une langue qui fait la richesse et la beauté de la France. Ce n'est pas mon point de vue et je suis sûr que beaucoup de Français, de francophiles, de francophones et d'étrangers pensent comme moi.

Que je m'explique : la langue française évolue et doit évoluer. Mais devons-nous la faire évoluer au nom d'une idéologie ? Une idéologie véhiculée et défendue par des associations féministes et même par le Haut Conseil à l'égalité (HCE) et qui semble "s'en foutre" (pardonnez-moi du terme) de ce que pensent la majorité des Français. C'est bien plus facile pour les féministes, les politiciens (LFI, PCF, etc...) ainsi que les associations étudiantes (UNEF, LICORNE, etc...) de détruire quelque chose que de s'investir dans de vrais combats comme les prix exhaustifs à l'université, les problèmes de propreté dans les universités (tags sur les murs, sur les tables, toilettes sales, etc...), l'égalité salariale entre les hommes et les femmes, etc... . De plus, c'est l'enquête de L'Express (numéro 3458 du 11 au 17 octobre 2017), ayant pour sujet "Les risques du politiquement correct", qui m'a donné une idée : si ces "défenseurs" mettaient autant d'énergie dans les vrais combats que dans ceux qui sont inutiles, les choses auraient changé en France. Même Le Point a fait une enquête sur cette nouvelle pratique (hebdomadaire numéro 2355 du jeudi 26 octobre 2017) et a fait remarquer que ce combat divisait jusque dans les rangs féministes. 

Si on impose le politiquement correct, la langue française deviendrait le nouveau morse avec tous les points qu'on devrait mettre pour "ne pas soutenir le sexisme et le machisme de la langue française". L'illustration de la couverture du Point illustre parfaitement le futur que veulent donner ces associations à notre langue. Les étrangers, les francophiles et les francophones finiront par la délaisser. Et au final, sous prétexte d'"égalité", la langue de Molière mourra. Je suis peut-être cataclysmique mais je pense comme les Académiciens de l'Académie Française, il ne faut pas changer (on ne parle pas d'évolution comme les associations le disent) notre langue selon ou pour une idéologie mais il faut la faire évoluer pour qu'elle reste vivante et encore plus belle à apprendre. N'oublions pas que la langue française est la deuxième langue la plus apprise dans le monde, est la langue des Jeux Olympiques, une des langues de la diplomatie, du luxe, de la beauté et de l'amour, de l'éducation, une des cinq langues de l'ONU et la seconde de l'UE. Et le français est l'une des principales langues pour les échanges commerciaux dans le monde. 

Je suis un étudiant en Histoire qui est un amoureux de la langue française. Alors je demande, en tant que simple citoyen français, à Emmanuel Macron (Président de la République Française), Muriel Pénicaud (Ministre du Travail), Marlène Schiappa (Secrétaire d'État chargée de l'égalité femmes-hommes) et Jean-Michel Blanquer (Ministre de l'Éducation Nationale) de retirer toutes ces transformations de notre langue française en langue du politiquement correct, de respecter notre langue qui fait partie de notre Histoire et de notre culture, de rediriger toute l'attention nécessaire des associations féministes et étudiantes vers de vrais sujets à traiter. Même si j'ai fortement applaudi la réponse du Ministre de l'Éducation Nationale à propos de l'écriture inclusive à l'école, je pense qu'il faut maintenant agir et demander la suppression du politiquement correct dans les manuels. Je demande aussi que les Ministres cités, ainsi que la secrétaire d'État et le Président de la République, redirigent toute l'énergie vers l'apprentissage du français (grammaire, conjugaison, orthographe) dans tous les établissements scolaires publics et privés, primaires, secondaires et supérieurs. Sachez que féminiser les métiers ne me dérange pas du tout. Mais vouloir effacer 

J'espère que vous prendrez en compte ma pétition et sachez que je suis peut-être un amoureux de la langue française, il m'arrive parfois de glisser deux ou trois erreurs de grammaire, d'orthographe et de conjugaison sans m'en rendre compte. 

Ce changement de notre langue n'est pas une priorité, il faut se recentrer sur les vrais problèmes. 

Cordialement, 

 

TORDJMAN Mickaël (L3 Histoire à l'Université Grenoble-Alpes)

 

Articles : 

- Marianne : https://www.marianne.net/societe/les-immortelles-pointent-le-peril-mortel-de-l-ecriture-inclusive

- Le Point : http://www.lepoint.fr/dossiers/societe/ecriture-inclusive-novlangue/#xtatc=INT-1176

- Le Point : http://www.lepoint.fr/culture/l-ecriture-inclusive-difficulte-de-plus-pour-les-dyslexiques-28-10-2017-2168130_3.php

- BFMTV : http://www.bfmtv.com/societe/schiappa-promeut-l-ecriture-inclusive-dans-les-pme-et-irrite-l-elysee-1278826.html

- BFMTV : http://www.bfmtv.com/societe/le-ministere-du-travail-recommande-l-emploi-de-l-ecriture-inclusive-en-entreprise-1275284.html#page/contribution/index

- Sud-Ouest : http://www.sudouest.fr/2017/10/12/qu-est-ce-que-l-ecriture-inclusive-et-pourquoi-pose-t-elle-probleme-3856018-4699.php

Vidéo : 

- Europe 1 : http://www.dailymotion.com/video/x620veq



Mickaël compte sur vous aujourd'hui

Mickaël TORDJMAN a besoin de votre aide pour sa pétition “Jean-Michel BLANQUER: La fin de l'écriture inclusive et du politiquement correct”. Rejoignez Mickaël et 563 signataires.