Au moins dix directeurs d’hôpitaux dits morts dramatiquement en France entre 1949 et 1952

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Les oublier à jamais serait les faire mourir une seconde fois 

Pour une reconnaissance de l'ordre du mérite ou une marque mémorielle :

Le cas de Marcel Louis DURAND, 1er directeur en titre de l’hôpital de Cholet :

Engagé volontaire dans les blindés, pour la durée des hostilités dans la grande guerre, Marcel Louis DURAND, était parti sur le front en décembre 1916 et ne revint au pays qu'après la démobilisation de 1919. 

C’est comme clerc de notaire, puis employé de Mairie qu’il démarre sa carrière. A l’âge de 32 ans, il est nommé économe des Hospices de la ville de Cholet. 

Brillant gestionnaire à la personnalité discrète, il est promu directeur-économe de l’hôpital, rue Tournerit à Cholet en 1945, après avoir géré l’établissement au simple grade d’économe (pas de directeur en titre à cette époque), tout en servant de lien discret à la Résistance, durant toute la période difficile de l’occupation allemande. 

Le Maire de Cholet, Marie Joseph « Alphonse » DARMAILLACQ, suivant un document conservé aux Archives Nationale de Fontainebleau, lui rend hommage en ces termes : 

« Pendant l’occupation ennemie, Monsieur DURAND a toujours eu une attitude d’excellent Français. Par sa fermeté dans la discussion il a pu éviter, à plusieurs reprises et parfois au risque de compromettre sa liberté, la réquisition totale de l’établissement au profit de l’autorité allemande ». 

Comme l’écrit Xavier MAUDET dans un article du Courrier de l’ouest du 15.07.2017 : « Avec le docteur LANGERON dont on salue depuis des décennies les actes héroïques, Marcel DURAND prenait des décisions parfois audacieuses. Il s’emploiera ainsi à faire cohabiter dans l’hôpital les soldats allemands malades ou blessés, les Choletais, mais aussi des membres de la résistance ». 

Scarlett MARTIN, Présidente de la société savante de Cholet (SLA), rapporte parmi d'autres résistants, que Pierre GRABOR sera ainsi accueilli à l’hôpital avec tout son armement. 

Marcel DURAND en cette période aux restrictions alimentaires, allait lui-même à bicyclette, de ferme en ferme, négocier des produits de survie pour l’hôpital. 

Serviteur discret : Il dactylographiait toutes les émissions de Radio-Londres. Les feuillets étaient ensuite récupérés par la Résistance. 

Dans la limite de leurs possibilités le couple DURAND, comme beaucoup d’autres familles encore aujourd’hui méconnues, sera amené aussi à tenter de protéger une famille juive, notamment en cachant transitoirement un de ses membres au sein de l’hôpital. 

Au sortir de la guerre, dans cet établissement aux besoins croissants, toujours dans sa double fonction de directeur et d’économe, face à de nouvelles difficultés propres à tous les chefs d’établissements hospitaliers en France à l’époque : 

« D’une part, suivant les directives ministérielles : les Religieuses bénévoles, devaient être remplacées par des personnels hospitaliers non confessionnels; d’autre part les chefs de services et médecins, exprimaient des demandes de plus en plus pressantes en renouvellement d’équipement ». 

Après l'occupation, dans ce surcroît d’activité, lui en particulier, pris dans le piège de sa double charge de directeur et d’économe, malade, épuisé, isolé dans un hôtel, aurait mis fin à ses souffrances dès le soir de son arrivée à Vichy. En ce lieu chargé d’histoire, où le docteur LANGERON l’avait envoyé faire une cure. A l’annonce de cette dramatique nouvelle, son chef de service n'arrivant pas à contenir sa peine; sachant parfaitement de quoi il en était, confiera à Germaine TREPAGNE, l'épouse du défunt : « ...sa maladie et l'état dans lequel il se trouvait sont sans nul doute, aussi le fait de ses engagements et de tout ce dont à quoi il a dû faire face pendant la guerre, comme responsable de la gestion de l'hôpital... ». 

Pourtant, comme si la censure du régime avait encore cours en 1952, aucune archive de presse sur Vichy, n'a pu être retrouvée au sujet de ce drame. 

Sur Cholet on relève cette année-là : 

« Nous avons été consterné par cette nouvelle, nous disait hier soir, l'un des administrateurs de l'hôpital, et nous perdons en lui, en même temps qu'un ami, dévoué, un directeur avisé... » 

A ce prix, dès lors, deux personnes distinctes occuperont ses fonctions, à temps plein, en cet hôpital de Cholet : Un directeur, plus un économe ! 

Une chape de plomb s’abattant sur cette famille, gommera pendant 65 ans, Marcel DURAND de l’histoire locale (a) 

Comme le précisera le chef d’établissement thermal, bien conscient en l'énonçant, que cela n’aurait pas pour fonction à consoler, ni son épouse, ni sa filiation : « il sera le dixième directeur hospitalier à disparaître tragiquement dans ces conditions, en cette période de 1949 à 1952 ». 

Si un hommage mémoriel à Marcel Louis DURAND, semble ainsi apparaître naturel au niveau local, pour son exceptionnel dévouement et le service rendu à sa ville; comme représentant ces personnes de bonne volonté, cela devient dès lors aussi cause nationale :

L’histoire n'est-elle pas redevable d'une reconnaissance de l'ordre du "Mérite", à ces Directeurs d'hôpitaux, à qui on demandera toujours plus, avec des moyens économiques et structurels devenus, dans certains hôpitaux, largement inadaptés !?...


Le 12.11.2017 
Marie-Claire et Jean-Claude MICHON 

https://gw.geneanet.org/persocholet_w?iz=6329&n=durand&oc=0&p=marcel+louis

 
Les premiers soutiens :

Jean-Charles MICHON;  Louis Marie Durand; Christine MEUNIER; Sylvain MICHON; serge GOUFIER; Patrice BOCHEREAU; Monique FRESARD ; Jean-Marie GERME; Michel  BECQUART; Marie-Noëlle PILLET; Marie-Claire DURAND; Christine BELLANGER; Marie Josephe PACTEAU; Jack PICHON; Geneviève AMIRAULT-JOUVE; Jean Marie POINEL; Jean-Michel BARITEAU; MONTI; Anne-Marie VANTALON; Marie-Claude BERNARD; Henri MARY; Chritian BOISSEAU; Madeleine DORE; Jean-Luc LANGERON; Jean Paul DEVY; Eric LANGERON; Philippe LANDREAU; André LEMOINE; BEILLOUIN; Anny TENOT; Anne LANGERON; Mickael FOUCHE; Liliane BIRON; Jean-Louis ROBERT; Philippe CORCESSIN; Fabrice FERRAND; Bénédicte LALLEMENT; Alain BAZOT; Raymond POTET; Andrée TINELLE; Odile ROCHE; Yannick JUNAY; Eric LE SABAZEC; Guy PELE; Marie-Laure CANDELIER; Jean-Paul DUMONT; Jean-Paul DUMARTIN ; Alain CADIC; Jean MAUGEAIS; Thierry Paul VALETTE; Bruno RIVET; Marie-France TREMBLAY; Sylvine DERAMAIX; Annie PALOMO BEDES; Catherine RAVILLY; Yvette TOUTIN; Paul TOUTIN; Annette d'AMICO; Sylvie DELHOMMEAU; Nicole JOUANNEAU; Michel BIDET; Sylvette PAUVERT; Jean-Paul HUDON; Christophe MICHON; Rémy FONTENY; Guy CESBRON; Raymond DOUVILLE; Gilbert POIRAUDEAU; Patricia MOREAU; Véronique, MOTARD; MOUILLOT; Annette DUPIN; Monique SUPIOT; Nathalie GLARD; Myriam TANNHOF; Pascal TANNHOF; Jean-charles DURAND; Fabien TANNHOF; Pascale COURNUEJOULS; Christèle BRANQUART; Genevieve DURAND; Michèle GANDON; Corinne LABAT; Alaïa MICHON; Bastien LAPEYRE; Maïna MICHON; Marie-Elisabeth LANGERON; Adrien TANNHOF; Anne TANNHOF; Jacques et Rolande COCHARD; Vianney GERARD; Beatrice BORGET; Jean-Luc COURNUEJOULS; Gaelle SIGONNEAU; Valentin MICHON; Antoine MICHON; Raymond  PITAULT; Alain DURAND; Nathalie ROPERS; Lucette  GUILLOT; Nadine BRETAGNOLLE; Aurelie BORGET; Luc MESNARD; Olivier TOUTIN; Julien BOUVET; Albert BOYER; Gilbert CHAVANTRE; Claudine MASSIMI-DURAND; Lionel KERN; André LUCAS; Claude PARENT; Danielle LAGUILLON HENTATI; Colette THURIN; Michel BONHOMEAU; René REULIER; Suzette LEROY; Jacques LEROY; Daniel MAUCHAUFFEE; Michel DORBEAU; Jean-Jacques CHACUN; Christian GIRAULT; Michel BOISTEAUX; Gérard GUICHETAU; Jacques BRAU; Marie-France VIVIANO; Francis PECH; Jacqueline PROUX; Juliette COUE; Marie juliette TANGUY; Jean-Luc PAQUIER; Antoine MORANDI, Bernard BROSSET, Marie Claude NOUVION, Marie COULMY, Bruno GANDON, Françoise D....

http://petitionpublique.fr/PeticaoListaSignatarios.aspx?pi=P2017N49664



Jean-Claude compte sur vous aujourd'hui

Jean-Claude MICHON a besoin de votre aide pour sa pétition “Jean-Claude MICHON: Au moins dix directeurs d’hôpitaux dits morts dramatiquement en France entre 1949 et 1952”. Rejoignez Jean-Claude et 49 signataires.