Interdire les thérapies de conversion envers les personnes LGBT+ en France

0 a signé. Allez jusqu'à 150 000 !


Depuis la nuit des temps, l’homosexualité a existé dans de très nombreuses régions du monde. Aujourd’hui, elle peine encore à être acceptée comme une chose normale et naturelle chez un être humain. Les sanctions vont aujourd’hui encore de la simple insulte, jusqu’à la peine de mort dans le pire des cas à travers le globe. L’Humanité a encore du mal à faire évoluer les croyances et les mentalités sur un sujet qui ne doit plus être tabou.

Comment l’homosexualité peut-elle encore être qualifiée comme un crime en 2019 ? 

Cela peut s’expliquer facilement par une raison principale : les croyances populaires. De nombreux pays aujourd’hui n’osent pas franchir le pas car leurs politiques dépendent pour la plupart de l’opinion du peuple qui ne souhaite pas accepter ces orientations et ces identités.

Malgré cela, un autre fléau, touchant toute la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) du monde, sévit presque partout car on en parle peu : les thérapies de conversion.

Ce sont des thérapies, dites de conversion, qui visent à changer l’orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne LGBT, via des traitement psychologiques et/ou médicaux, pour la plupart dangereux et traumatisants.

Même en France, aucune loi n’interdit cette pratique qui est pourtant condamnable. Seul Malte est devenu le premier pays européen à bannir cette pratique sur son sol. 

Personne ne doit être en mesure de changer une personne, pour la simple et bonne raison que son identité de genre, son orientation sexuelle, ainsi que son corps, lui appartiennent purement et simplement.

Aujourd’hui, peu de pays prévoient des mesures face à ce fléau.

La France a rejoint le cercle des pays très avancés sur la question LGBT en autorisant le mariage pour tous en 2013 et a fait un grand pas dans les droits humains. Mais elle ne doit pas s’arrêter que sur ce point. Elle peut encore davantage protéger les personnes LGBT en veillant à ce que personne ne les oblige à être soumis à des « examens psychologiques et médicaux » destinés à changer leurs orientations et/ou leurs genres.

Changer son identité de genre ou aimer une personne du même sexe que le nôtre n’est en aucun cas un acte d’impureté ou une erreur de la nature, mais tout simplement, un amour normal pour son corps ou envers son ou sa partenaire, comme il en existe partout dans le monde.

Personne ne doit nous dire comment on doit s’aimer soi-même ou aimer les autres, il y a que nous seul qui pouvons le savoir.

Ce ne sont pas aux autres de décider sur comment on doit vivre. Il n'y a que nous, individuellement, qui devons décider comment vivre nos vies.

Je vous invite à signer notre pétition, afin d’interdire les thérapies de conversion sur le territoire national et sanctionner au civil et/ou au pénal les personnes qui pratiqueront ces thérapies.

Je vous invite aussi à partager massivement notre pétition via les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram,..), à parler de cette action avec votre famille, vos amis et vos collègues afin qu’ils puissent eux aussi la signer, et interpellez enfin vos élus pour défendre cette cause à l’Assemblée Nationale et espérer qu’elle soit adoptée au plus vite !

Je vous remercie à toutes et tous !

Aurélien H.