Demande d’indemnisation des usagers du réseau Paris-Est

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


« Les usagers ne méritent pas ça. Je comprends leur colère. Ce n'est pas acceptable. » Valérie Pécresse à propos du prolongement d’une semaine des travaux du RER E.

« La ligne P, moi j’en fais un symbole parce que globalement l’Etat s’en fout, et il s’en fout depuis des années. » Valérie Pécresse, 5 septembre 2019 (France Bleu Paris).

L’ensemble des collectifs des usagers de la ligne P du Transilien ainsi que le collectif des usagers du RER E s’associent afin de solliciter un dédommagement de deux mois du montant de la carte Navigo en raison des conditions éprouvantes de transport. Malgré nos implications aux différentes réunions proposées par les Directions EPT4 de la SNCF et IDFM, nous continuons de voyager dans des conditions indignes. Les usagers ont vu leurs conditions de transport se détériorer encore plus et leurs temps de trajet s'allonger au fil des mois. Depuis Janvier 2019, les sous-compositions, les suppressions, les problèmes de circulations quotidiens continuent de rythmer nos journées, impactant nos vies familiales, professionnelles, financières, et dégradant notre santé de plus en plus. Des difficultés supplémentaires avec les travaux d’été du RER E.

 

Collectif des usagers du RER E

Depuis le mois de juin 2019, s’est ajouté un nombre inquiétant de trains courts en circulation, en plus des suppressions et problèmes de circulation quotidiens.

A cela se sont ajoutés, des travaux dans le tunnel de Magenta qui ont eu pour conséquence de réduire de 50% le plan de transport sur le RER E. Le résultat pour les usagers a été critique :

·         Un non-respect du plan de transport durant les 7 semaines de travaux

·         Des circulations en sous-composition en heure de pointe malgré la suppression de 50% du trafic.

·         Une 7ème semaine de travaux non anticipée avec à nouveau la suppression de 50% du plan de transport.

Les conséquences : des retards quotidiens, des vies de familles chamboulées, des malaises voyageurs et de nombreuses tensions. De nombreux usagers adoptent désormais régulièrement un itinéraire bis, le plus souvent en empruntant le RER A.

 

Collectif des usagers de l’axe Paris-Est Meaux

Du 15 juillet au 1er septembre, les usagers de l’axe Paris Est - Meaux ont vu leurs conditions de transport se détériorer et leurs temps de trajet s'allonger (conséquences des travaux du RER E).

En un mois et demi, nous avons cumulé 8200 minutes de retard et 91 suppressions (complètes et partielles) de train sans compter les 204 suppressions automatiques liées aux travaux du RER E.

Nos trains ont été aussi une solution de « secours » pour les voyageurs du RER E à Chelles le matin. Le soir en heure de pointe et lors d’incidents, nos trains ont desservi les gares de Pantin à Meaux ajoutant aux retards, un allongement de trajet supplémentaire.

Nous avons juste le sentiment d’avoir servi de bouée de sauvetage.

La période n’étant pas encore assez compliquée pour les usagers devant ensuite emprunter la navette « Esbly – Crécy-la-Chapelle » pour rejoindre leur domicile, leurs mésaventures ne s’arrêtent pas là. Durant cette même période, la navette a subi également 257 suppressions avec des soirées ou journées complètes sans navette (pannes récurrentes et contraintes de production).

L’axe Esbly – Crécy-la-Chapelle est pourtant communiqué comme l’un des axes les plus fiables en termes de régularité….

 

Collectif des usagers de l’axe Paris-Est <-> Provins

L’axe de Provins a cumulé quant à lui 6 335 minutes de retards en juillet/Août, 25 suppressions complètes, 23 suppressions partielles, 52 sous-compositions (ne sont pas comptées l’interruption totale de circulation lors du fontis, les interruptions totales des week-ends travaux, les suppressions fixes quotidiennes ni l’interruption partielle de la ligne durant les 5 semaines des travaux de l’électrification). Nous avions été avertis que les travaux dégraderaient encore plus nos conditions de transport mais c’était sans compter les problèmes de dysfonctionnement des passages à niveau, les incidents techniques et mécaniques, les problèmes de signalisation et tant d’autres qui sont notre quotidien depuis des mois. Sans oublier, les sous-compositions récurrentes, laissant voyager les usagers dans des conditions déplorables. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes !

La période estivale a été marquée par 5 semaines d’interruption partielle de la ligne entre Provins et Nangis et de 2 week-ends d’interruption durant ces 5 semaines. La gestion des bus de substitution s’est révélée désastreuse au fil des jours : retards sur les horaires de prise en charge, bus en nombre insuffisant engendrant des trajets debout, bus absents, conduites à risques, arrêts non desservis, non-respect de l’itinéraire…

Nous avons appris par les médias que les usagers de la ligne Grand Est, également impactés par ces travaux, vont bénéficier d’un dédommagement pour cette période. Nous voulons que chaque ligne ayant subi cette gestion catastrophique des travaux de cet été puisse bénéficier d’un dédommagement et nous espérons vivement ne pas être les victimes d’une politique de différenciation basée sur la région concernée.

Depuis le début de l’année, l’axe de Provins connait des chiffres effarants, nous n’avions jamais cumulé autant de retard, de problèmes, de sous-compositions. Les travaux d’électrification ne peuvent pas justifier à eux-seuls tous ces problèmes. Nous voulons que ces conditions de transport dégradées soient reconnues dans leur globalité et non plus minimisées.

 

Collectif des usagers de l’axe Paris-Est <-> La Ferté-Milon

L’axe de La Ferté-Milon a cumulé pas de moins 8761 minutes de retard ! C'est le temps que nous, les usagers de la ligne P Paris-Meaux-La Ferté Milon avons perdu au cours de ces dix dernières semaines dans les trains, dans les gares ou sur les quais. 

Les retards, les temps d'attentes interminables, les dizaines de suppressions ont rythmé nos journées. Nos temps de trajet passés sur la ligne P entre les mois de juillet, août sont démesurés, et nous poursuivons sur cette lancée au mois de septembre.

Sur cette période, ce ne sont pas moins d'une trentaine d'incidents divers et variés ayant impactés la ligne P et ses usagers. Pannes matérielles, incidents électriques, prolongations des travaux, incendie.... Entre autres car la liste est bien longue…

Au cours de cette période estivale, les usagers de Milon en raison de la suppression des directs de 7h18 et 18h05 (soit un total de 58 suppressions « prévues » + 5 directs terminus Meaux), un test pour l’avenir semblerait-il, ont été contraints de se rabattre sur les trains de Château Thierry. Nous obligeant à nous organiser au mieux, à nous entasser dans des rames courtes non climatisées dans lesquelles il ne fait pas moins de 45 degrés, alors que le plan canicule de niveau 3 a été déclenché. Des conditions de transport plus que déplorables.

À tout cela s'ajoute une information voyageur loin d'être à la hauteur nous obligeant à aller en permanence à la recherche d'informations officielles.

Nous avons pourtant tous souscrit à un abonnement de transport (double peine pour les usagers des Hauts de France), nous permettant de nous déplacer, via les trains de la ligne P, de notre domicile jusqu'à notre lieu de travail (et inversement).

Cependant, force est de constater que ce service que nous payons chaque mois est loin d'être fonctionnel. Pour la plupart, tous ces incidents multiples et répétés, nous obligent à poser des jours de congés, à trouver d'autres solutions de transport engageant pour chacun des frais supplémentaires de carburant et/ou de parking... etc. Cette situation est inacceptable.

Nous en avons assez d’être continuellement la variable d’ajustement.

 

Collectif des usagers de l’axe Paris-Est <-> Coulommiers

L'axe de Coulommiers, axe considéré comme le plus stable et le plus fiable de tout le réseau Paris Est subit également de plus en plus de retard

Le mois de juillet affiche un cumul mensuel de retard le 2e plus important depuis le début de l'année avec 2240 min de perdus 9 suppressions et 15 sous-compositions qui ont rendues difficiles les conditions de transport avec le report prévu des voyageurs du RER E des gares de Val de Fontenay et Tournan

 

Collectif des usagers de l’axe Paris-Est <-> Château-Thierry

L’axe de Château-Thierry résumé en quelques nombres pour le seul mois de juillet : 5798 minutes de retards accumulés, 53 suppressions, 14 sous-compositions en pointe malgré le report des usagers d’autres axes impactés par les travaux du RER E. En pleine canicule, à cause de pannes répétées, les usagers ont subi pas moins de 8 heures d’attentes cumulées aux heures les plus chaudes de la journée, dont plusieurs à l’arrêt sur les voies en plein soleil dans des rames parfois courtes donc bondées. Beaucoup trop de temps perdu dans des conditions de transport à la limite de l’humainement supportable, malgré la distribution de bouteilles d’eau, il y a eu des malaises dus à la chaleur insoutenable dans les trains et c’est inacceptable ! Le manque cruel d’informations voyageur rend d’autant plus pénible le moindre incident sur cette ligne.

Pour finir, un dernier chiffre, 5, 5 jours (dont 3 dimanches) sans retard/suppression signalés sur les 31 jours que compte le mois de juillet.

 

Des heures et des journées perdues, les usagers subissent et n’en peuvent plus ! Les mois passent et les conditions inacceptables ne cessent de nous surprendre !