Autorisez le choix du confinement pour les personnes handicapées en établissements

0 a signé. Prochain objectif : 500 !


Dans le contexte actuel d’épidémie de Covid-19, le gouvernement annonçait, le 16 mars 2020, les mesures prises afin de protéger les personnes en situation de handicap.

Dans les institut médico-éducatif (IME), en Hôpital psychiatrique, en foyer d’accueil médicalisé (FAM/MAS), certaines mesures prises par le gouvernement inquiètent aujourd’hui notre collectif : l’interdiction formelle des sorties collectives et individuelles (sauf pour nécessité médicale), et l’interdiction des visites au sein de ces structures. 

 L’interdiction pur et simple des visites et des sorties, concernant les personnes institutionnalisées, est une décision arbitraire du gouvernement qui viole les Conventions des droits de l’homme. En temps de guerre, les personnes restent égales face à la loi : c’est un droit non-dérogeable consacré dans l’article 16 du Pacte de l’ONU des Droits Civiques et Politiques (1966) et de la convention de l’ONU relatif aux droits des personnes handicapées.

En raison des risques potentiels que ces mesures, en rupture d’égalité avec le confinement des personnes valides, font courir aux autistes : https://cle-autistes.fr/coronavirus-urgence-sanitaire-droits-humains/

Les personnes en situation de handicap sont des sujets de droits, non des objets de soin.

Nous demandons au gouvernement, au Ministère de la Santé, à la Secrétaire d’État au handicap, le respect des droits humains pour les personnes institutionnalisées, en Hôpital psychiatrique et confinées à domicile. Soutenez :

  • Une consigne claire et commune pour un droit de sortir, en respectant les mesures de sécurité liées à la propagation du virus, égal pour toutes et tous. Les autorisations de sortie, sur dérogation et avec un accompagnant, ne peuvent se limiter aux terrains des institutions (cf Espagne). 
  • Une réduction de la densité en établissements/hôpitaux, en autorisant les retours au domicile si possible. Les personnes institutionnalisées doivent disposer du choix de leur lieu de confinement. 
  • Le déploiement de moyens de communications adaptés (visioconférences) pour maintenir le contact à distance et permettre aux proches d’apporter leur soutien. 
  • Le déploiement d’un service d’urgence d’assistance personnelle sécurisé et accessible pour les personnes handicapées confinées à leur domicile.
  • Le téléphone doit être autorisé en établissements psychiatriques, et le contact avec les juges de liberté et avocats maintenus par communications téléphoniques.