Aidez nous à rendre justice à Pitaya, tuée par deux dogues argentins dans notre jardin

0 a signé. Prochain objectif : 50 000 !


[TW violence animale]

Il y a quelques jours, nous sentant ma fille et moi-même à bout de force, anéanties par notre chagrin, comme on jette une bouteille à la mer, j'ai osé raconter notre histoire sur un groupe d’amoureux des chats.

    Je n'en reviens toujours pas ; c'est comme si des centaines de mains arrachaient le voile sombre et opaque qui nous enveloppait. Nous avons reçu tellement d'amour, tant de messages de soutien. La force insufflée par les membres du groupe et l'intelligence des solutions proposées nous permettent aujourd'hui de vous présenter cette pétition JUSTICE POUR PITAYA. 

   Laissez moi vous conter la belle vie de Pitaya.

    Pitaya est née à Chetumal au Mexique le 27 février 2019.
Ma fille et son amie Solène cherchaient à adopter un chaton, après cinq rencontres avec des piticha à l'adoption, elles ont découvert Pitaya, petite boule blonde et rousse au charme sans pareil. Mais que l'on ne s'y trompe pas, c'est Pitaya qui a choisi sa nouvelle famille en se nichant dans leurs bras et en enclenchant son moteur à ronrons. Leur histoire débutait. 

   Elles sont donc reparties pour Majahual, un trajet de deux heures en bus mexicain, Pitaya dans un sac de voyage, Sarah et Solène un peu inquiètes par ce long périple. Mais immédiatement, cette princesse a révélé son caractère docile ; sa petite tête hors du sac elle regardait défiler le paysage et semblait remercier ses nouvelles mamans pour cette aventure d'un regard débordant de tendresse. Elles ont passé cinq mois dans des cabanes face à la mer, inséparables, Pitaya les accompagnait partout tant que cela n'était pas dangereux pour elle. 

   Puis le stage de ma fille a pris fin, papiers en règle, elles ont voyagé toutes les deux en cabine direction le Québec ! Là encore Pitpit n'a pas bronché, calme, détendue, un Ange. Un changement radical, le froid, la neige, plus de sorties; qu'importe Mademoiselle respirait la joie de vivre, d'autant plus que sa deuxième maman Solène était également revenue du Mexique. 

   En décembre 2019, ma fille est venue me rejoindre en France, un autre voyage en cabine pour ce petit être, elle a ébloui tout le personnel navigant par son calme et sa douceur... 24h de voyage pour parvenir chez sa mamie, 24h durant lesquelles elle n'a jamais pleuré ni gratté pour sortir de son sac en dehors des moments où ma fille la sortait en laisse pour qu’elle se dégourdisse les patounes et se désaltère. Mes trois chats l'attendaient et lui ont fait le meilleur accueil possible, elle avait grandi depuis notre rencontre au Mexique. Elle a immédiatement trouvé ses marques et nous nagions tous dans un bonheur absolu. 

   Le 03 mai 2020, premier jour de beau temps après deux semaines de pluie, une si belle lumière. C'était un dimanche, nous profitions enfin de notre belle campagne au jardin. Mais le bonheur est si fragile.... 14h15, deux molosses ont surgi de nulle part, ont pénétré à  vive allure dans notre jardin, je me souviens de la stupeur et de ma peur en me trouvant face à l'un d'eux .

   Et puis l'horreur a débuté, le second avait saisi Pitaya dans sa gueule, j'ai su immédiatement qu'elle n'aurait aucune chance face à de tels monstres. Mes hurlements m'ont surpris, ils n'avaient rien d'humain. Je courais, tombais, me relevais, courais encore; les cris déchirants de ma fille se mêlaient aux miens...

   Pitaya était devenue une poupée de chiffon entre les crocs de ces deux chiens. L'un d'eux m'a bousculée, piétinée et celui qui tenait Pitaya s'est enfui en direction du village, ma fille courant désespérément derrière lui en hurlant.

   C'était cauchemardesque.

   Pitaya est morte ce dimanche 03 mai 2020, sous la violence de deux dogues argentins laissés en totale liberté dans la campagne par leur propriétaire, propriétaire qui nie toute part de responsabilité malgré le corps sans vie de Pitaya que nous lui avons présenté lorsqu’elle est venue récupérer ses chiens.

   En état de choc il m'a fallu plusieurs jours, jusqu'à ce que ma fille inquiète de voir mes difficultés à respirer, me conduise aux urgences, pour constater que ce chien m'avait fracturé la 6ème côte. 

   Le 16 mai 2020 ces deux chiens sont revenus, ont tenté de tuer le chien de nos voisins malgré les hauts murs qui entourent leur jardin et ont attaqué Blacknoze, mon chat, écrasement des tissus, une lourde opération a pu le sauver.


   Nous avons fait TOUTES les démarches nécessaires auprès des autorités de notre département pour que ces chiens soient déplacés. Les propriétaires nient tout en bloc malgré nos preuves et nos témoins. 

  Nous avons demandé de l’aide aux associations de protection animale qui ne peuvent malheureusement rien faire.


  La mort de Pitaya, la blessure de Blacknoze et mes blessures corporelles, sans parler de notre détresse psychologique ne suffisent pas......


   Qu'attendent les instances judiciaires pour intervenir dans notre dossier? LA MORT D’UN ENFANT?


Nous demandons #JusticePourPitaya !!!


● Nous demandons que la gendarmerie de Ribérac qui a enregistré nos deux plaintes répondent à nos appels. 

● Nous demandons que nos plaintes soient traitées et les responsables entendus.

● Nous demandons que les menaces écrites sur le mur Facebook de la propriétaire, à notre encontre, soient prises en considération. 

● Nous demandons un procès, pour que les propriétaires soient mis face à leurs responsabilités et comprennent la gravité des actes commis par leurs chiens.

● Nous demandons que notre sécurité soit garantie comme le prévoit la loi.

 

  Faut-il la mort d'un enfant pour que la gendarmerie réagisse et diligente enfin une enquête ?


  Aidez nous, s'il vous plaît, à rendre Justice pour Pitaya et à éviter un autre drame tout aussi cruel et injuste.