INTELLECTUELS, REFUSONS LA HAINE DE CLASSE ANTI-CGT attisée par les médias dominants

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Appel d’intellectuels français et étrangers contre la fascisante campagne anti-C.G.T.

« L’esprit critique, l’indépendance intellectuelle ne consistent pas à céder à la réaction, mais à ne pas lui céder ». Georges Politzer, philosophe, fusillé par les nazis en 1942.

Alors que – classe ouvrière en tête – la part la plus active du monde du travail et de la jeunesse est à l’offensive pour sauver un acquis fondamental, alors que la répression d’Etat et la violence policière s’abattent sur nombre de syndicalistes en résistance (Air France, Goodyear, etc.), une odieuse campagne de désinformation et de haine relevant d’un mépris de classe néo-versaillais vise la Confédération Générale du Travail et les autres syndicats d’étudiants et de salariés qui refusent l’ainsi-dite Loi Travail.

 Dans ces conditions, le rôle des intellectuels fidèles au devoir d’esprit critique n’est pas de hurler avec les loups, ni de tresser des louanges aux « syndicalistes » qui accompagnent ou précèdent le dé-tricotage des conquêtes sociales de notre peuple (retraites, sécurité sociale, service public, droit du travail, etc.). Ceux qui veulent rester fidèles aux Lumières doivent au contraire dénoncer la nocivité du projet dit « El Khomri », cette transposition en droit français de l’euro-diktat du 15 juillet 2015 qui prescrit la déréglementation du marché du travail en France, mais aussi en Belgique (Loi Peters) ou en Italie (le « Job Act » de Matteo Renzi). 

 Le rôle des intellectuels critiques est d’abord de lire la loi par eux-mêmes. Chacun verra alors que l’ « inversion de la hiérarchie des normes » du droit social dynamitera les salaires ; entreprise par entreprise, elle permettra aux patrons de combat de contourner les conventions collectives en faisant du chantage à l’emploi ; de cette manière, les rémunérations, les protections légales et les conditions de travail de tous seront tirées vers le bas, y compris pour finir dans la fonction publique. Il convient aussi de rappeler que le rôle d’une « gauche » digne de son nom n’est pas de rabougrir sans fin les conquêtes sociales au nom de la « modernité » en pavant la voie des « LR » et du FN.

 Il faut aussi redire que ce n’est pas la classe ouvrière qui bloque le pays : c’est le grand capital, le MEDEF, le CAC-40 (avec ses délocalisations et son « optimisation fiscale »), l’UE néolibérale et les gouvernements maastrichtiens successifs qui minent le développement de notre pays en détuisant les services publics et la protection sociale mis en place par le Front populaire et par le CNR. Ceux qui détruisent, non seulement « l’image de la France à l’étranger », mais la République française elle-même, ce sont ceux qui rampent devant les eurocrates de Bruxelles et Francfort, ceux qui négocient dans notre dos le funeste Traité transatlantique, ceux qui rallient les guerres impérialistes de l’OTAN, ceux qui imposent une austérité salariale sans fin pendant que les PDG du CAC-40 s’octroient des revenus indécents, ceux qui soumettent notre pays à une politique, à une langue, à une pensée et à une économie uniques.

 Quant à la violence, elle n’émane pas des militants qui font respecter les décisions majoritaires des ouvriers ou des étudiants en lutte, mais de ceux qui imposent une loi qui ne figurait nulle part dans le mandat présidentiel de François Hollande ; une loi que M. Valls impose au Parlement réticent au moyen du 49/3, sans parler des violences policières qui frappent d’honnêtes gens en lutte pendant que les méga-fraudeurs du Panama et des autres paradis fiscaux coulent des jours tranquilles.

 Intellectuels et travailleurs nous-mêmes, nous soutenons les salariés en lutte car si la loi scélérate passait, non seulement l’offensive thatchérienne tous azimuts qui suivrait très vite araserait l’héritage progressiste de notre pays, mais toutes les bases sur lesquelles repose l’activité sociale et civique des intellectuels (éducation, culture, recherche, santé, etc.) seraient encore plus gravement menacées qu’elles ne le sont déjà aujourd’hui.  C’est donc nous-mêmes, l’avenir du pays, l’esprit critique, la démocratie et le progrès social que nous défendons en appelant les intellectuels de progrès de notre pays à afficher une solidarité sans faille avec les courageux ouvriers des transports, de la chimie, de la métallurgie, de l’énergie, etc. qui bloquent les casseurs de France et qui défendent l’avenir de notre peuple et de sa jeunesse !

Premiers signataires :

Signataires France : Georges Gastaud, philosophe (62), Annie Lacroix-Riz, chercheuse en histoire contemporaine, professeur émérite (Paris VII) ; Aymeric Monville, éditeur (92) ; Jean-François Dejours, professeur de philosophie (62) ; Aurélien Bernier, auteur (Poitiers) ; Antoine Manessis, anc. enseignant à l’Université P. Mendès-France (38) ; Gilda Landini, professeur agrégée d’histoire (78) ; Aurélien Djament, mathématicien, CNRS (44) ; Jean-Pierre Combe, ingénieur polytechnicien (19) ; Jean-Luc Pujo, écrivain, rédacteur en chef du site www.politique-actu.com ; Jean-Pierre Sienkiewicz, professeur agrégé de sciences physiques (24) ; Dominique Mutel, professeur agrégé d’anglais (62) ; Philippe Cadiou, professeur de philosophie (59) ; Rémy Herrera, économiste (75) ; Nicolas Desré, professeur de philosophie (Orléans) ; René Couke, psychanalyste (59) ; Fadi Kassem, professeur agrégé d’histoire (78) ; Jean-Claude Houseaux, médecin (84) ; Ivan Lavallée, professeur émérite des Universités (33) ; Salim Lamrani, maître de conférences à l’Université de La Réunion ;  Mireille Popelin, enseignante retraitée, auteur ; André Prone, environnementaliste, essayiste ; Christophe Coffinier, journaliste ; Marie-France Fovet, professeur de philosophie retraité ; Daniel Dubois, professeur de mathématiques à l’ESPE (59) ; Yves Letourneur, agrégé de philosophie ; Claude-Emile Tourné, docteur en médecine, ostéopathe-acupuncteur ; Francis Combes, poète ; Laurent Nardi, professeur de français (74) ; Jean Salem, philosophe, professeur à l’Université Paris-1 Sorbonne ; Marc-Olivier Gavois, professeur, rédacteur en chef de la revue Etincelles ; André Tosel, philosophe, prof. émérite Université de Nice ; Jacques Kmieciak, journaliste (62) ; Pierre Boismenu, psychanalyste et philosophe (86) ; Martine Bonnati-Gavois, professeur de Lettres classiques ; Raquel Becerril-Ortega, ingénieur, maître de conf. en Sciences de l’éducation, Lille I ;   Denis Lemercier, maître de conf. en psychologie, retraité (14) ; Rosa Caron, psychanalyste, MCF-HDF en psychopathologie clinique ; Olivier Long, chercheur en Arts plastiques, peintre, Paris I Panthéon-Sorbonne ; Romain Telliez, historien, MDC Paris-Sorbonne ; Pierre Cours-Salliès, prof. émérite, sociologue, Paris VIII ; Pascale Dubus, maître de conf., université Paris 1 ; Michel Barthélémy, sociologue, CNRS (75) ; Christophe Mileschi, professeur des Universités (études italiennes) Paris-Ouest Nanterre ; Caroline Zekri, MDC, Université Paris-Créteil (italien) ; Frédérique Longuet Marx, départ. Sociologie, Université de Caen ; Christian Lavault, professeur émérite de mathématiques, Université Paris 13/Villetaneuse,  Francine Mazière, professeur émérite, Paris XIII ; Pascal Lederer, physicien,  Directeur de recherche honoraire au CNRS ; Christophe Bonneuil, CNRS Paris ; Kenneth Larson, artiste peintre (92) ; Valentin Boris, professeur des Universités, Paris I, Raphaël Porteilla, MCF Sciences politiques, Univ. de Bourgogne, Nicolas Prokovas, MCF (Paris III) ; Vincent Millet, avocat, Paris ; Jean-François Dupeyron, maître de conférences en Philosophie, Université de Bordeaux. Michel Savaric, angliciste (25), Université de Besançon Franche-Comté ; Paul Monmaur, neurobiologiste, maître de Conférence, Paris VII, Dominique Mazuet, libraire (75) ; Jean-Pierre Kahane, mathématicienUniversité Paris-sud, Orsay, Danielle Bleitrach, sociologue, 13 ; Catherine Le Roux, pédopsychiatre (44) ; Nathalie Sage Pranchère, archiviste-paléographe, agrégée et docteure en histoire (75) ; Marc Brunet. professeur agrégé d'histoire-géographie. 84 ; Christophe Miqueu, Maître de conférences en philosophie, Université de Bordeaux - ESPE d'Aquitaine ; Georges Hallermayer, historien, journaliste (57) ; Cédric Falco, ingénieur universitaire, Perpignan ; Sébastien Charbonnier, MDC Lille III, philosophie ; Jean-Christophe Grellety, auteur (33) ; Benoit Foucambert, professeur d’histoire-géographie (81) ; Eric Ferrières, professeur de S.E.S. (62)

S’associent à cet appel : John Catalinotto, professeur de mathématiques à l’Université de New York –Ville ; Quim Boix, m. du Conseil présidentiel de la Fédération Syndicale mondiale ; Angeles Maestro, médecin en santé publique (Madrid) ; Carlos Frabetti, écrivain (Catalogne) ; Stefanio Russo, Rome ; Miguel Urbano Rodrigues, a. député portugais au Conseil de l’Europe, organisateur des Rencontres internationales de Serpa ; Jorge Beinstein, professeur émérite de l’Université nationale de La Plata, Argentine ; Maurizio Fratta, journaliste, Magione (Italie) ; Serge Deruette, professeur à l’Université de Mons (Belgique) ; Julio C. Gambina, directeur de l’Institut d’étude et de formation de la Centrale des Travailleurs d’Argentine, président de la Fondation pour les enquêtes sociales et politiques (FISYP), Argentine ; Guillermo Toledo, acteur (Madrid) ;  Jean Van Hees, animateur du Cercle Julien Lahaut (Bruxelles) ; Henrique Santos, professeur d’EPS, Portugal ; Barbara Y. Flamand, auteure, Bruxelles ; Maurizio Quattrochi, ingénieur, Rome, Joe Kaye, écrivain, New York City, Domenico Losurdo, philosophe (Italie) ;

 



Appel contre la haine de classe anti-CGT compte sur vous aujourd'hui

Appel contre la haine de classe anti-CGT a besoin de votre aide pour sa pétition “France: INTELLECTUELS, REFUSONS LA HAINE DE CLASSE ANTI-CGT attisée par les médias dominants”. Rejoignez Appel contre la haine de classe anti-CGT et 5 295 signataires.