Juste reconnaissance pour TOUT le personnel du réseau de la santé et des services sociaux

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Dans l’actuelle lutte à la pandémie, la contribution de tous les acteurs du réseau de la santé et des services sociaux est régulièrement saluée, avec justesse. Toutefois, des milliers de travailleuses et de travailleurs absolument essentiels au bon déroulement des opérations demeurent dans l’ombre. C’est le cas notamment du personnel de bureau, des professionnel-les et des techniciennes et techniciens de l’administration. Méconnus du public, ignorés par les médias, oubliés par le gouvernement, ces femmes et ces hommes ne sont pas moins au front, chaque jour. Toutes courent des risques, chaque jour. Certaines ont des contacts au quotidien avec des personnes ou du matériel infectés par la COVID-19. Pourtant, elles n’ont pas droit aux mêmes primes que leurs collègues, malgré qu'elles partagent à leur façon les risques d'être infectés.

Depuis 20 ans, le personnel de l’administration du réseau public a subi lourdement les réformes centralisatrices et les politiques d’austérité. Première cible des coupes budgétaires, année après année, précisément parce que ce personnel œuvre dans l’ombre, elles sont aujourd’hui plus essoufflées que jamais. Pourtant, sans elles, il n’y a plus de rendez-vous, ni de suivi, ni de dossiers médicaux. Sans elles, il n’y a plus d’équipements, plus de locaux, ni d’appareils, ni de fournitures médicales, ni d'équipements de protection individuelle si précieux en ces circonstances de pandémie. Sans elles, il n’y a plus de planification, ni de paie, ni de comptabilité, ni de services informationnels. Sans elles, il n'y a personne pour accueillir la clientèle. Bref, sans elles, il n’y a plus de soins!

Notre santé publique, c’est une immense chaîne dont TOUS les maillons sont importants. Pour gagner la lutte contre la pandémie, nous avons besoin de reconnaître pleinement la contribution de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux. C’est pourquoi nous vous demandons d’instaurer une prime COVID-19 d’un montant fixe de 3$ l’heure pour toutes les travailleuses au front, y compris le personnel de l’administration et de 4 $ l’heure pour celles qui donnent davantage de disponibilité.