Toute la vérité sur le génocide des Tutsis

En 1994, plus d'un million de personnes ont été massacrées au Rwanda pour la seule raison qu’ils étaient Tsutis ou opposés au génocide. 

22 ans plus tard et malgré de nombreuses demandes et pétitions adressées au gouvernement, seule l’ouverture d’un lieu de commémoration a vu le jour (et dont l’inauguration a lieu ce 7 avril) et la déclassification de 80 documents « secret défense ». Qu’en est-il des éléments beaucoup plus essentiels à la mise en lumière des vérités sur ce génocide trop souvent minimisé et sur les bourreaux expatriés en France ? 

La lumière doit être faite sur la politique de la France au Rwanda

Depuis 20 ans, les travaux de nombreux chercheurs, journalistes, juristes, organisations de la société civile et des rescapés et de leurs familles, ont démontré l’implication française dans le dernier génocide du XXe siècle. Des procédures judiciaires sont en cours, mettant potentiellement en cause des Français (enquête sur l'attentat contre l'avion du président rwandais, plaintes de rescapé-e-s tutsi contre des militaires français, plainte contre Paul Barril ex-gendarme de l’Elysée). 

 
Mais l’Etat français continue de nier son rôle et met un frein à la justice, en dissimulant un grand nombre de documents officiels. Si les autorités politiques et militaires françaises n’avaient rien à se reprocher, comme elles ne cessent de l’affirmer, pourquoi refuseraient-elles de rendre publics ces documents ? 

 

  • Considérant qu’il est urgent et indispensable de faire avancer la justice, et que les citoyen-ne-s français-e-s, les rescapé-e-s et les familles des victimes ont le droit de connaître toute la vérité, nous demandons une fois de plus la déclassification et la publication de TOUS les documents se rapportant à l’action de la France au Rwanda de 1990 à 1994 dans ses volets diplomatiques, militaires, politiques, et financiers. Aujourd’hui, seuls 80 documents officiels classés « confidentiels défense » ont été rendus publiques. Nous attendons toujours l’ouverture des archives de l'Assemblée nationale, des ministères des Affaires étrangères ainsi que de la Défense. 

 

  • Il est par ailleurs essentiel de donner à la Justice, et notamment au pôle en charges des génocides ainsi qu’aux associations qualifiées (notamment le Comité des Parties Civiles sur le Rwanda) les moyens pour enquêter sur les présumés réfugiés génocidaires en France. En 20 ans un seul est passé en jugement sur plus de 35 dossiers soumis par le CPCR.

 

  •  Enfin, nous demandons la pleine reconnaissance du rôle du gouvernement de cohabitation dans ce génocide. 

En ces temps où la parole raciste se banalise, où les génocides sont trop souvent remis en question, et où les concitoyens doutent systématiquement des paroles institutionnelles, une plus grande transparence de la France et de son passé deviennent urgents.

Signez cette pétition et partagez nos publications si vous souhaitez que cette cause primordiale puisse exister dans le débat public. 

This petition will be delivered to:
  • President of the French Republic
    François Hollande
  • Président de la République
    Francois Hollande


    Association LICRA started this petition with a single signature, and now has 1,797 supporters. Start a petition today to change something you care about.