Petition Closed
Petitioning SNCF and 3 others

Faites la transparence sur l'état du réseau SNCF #opendata

Le 12 juillet 2013, sept personnes trouvaient la mort à Brétigny-sur-Orge, lors du déraillement d'un des trains de la ligne Paris-Limoges. Cet accident, dont les causes sont encore à déterminer, relance le débat sur l'état des lignes SNCF que des millions de français empruntent chaque jour.

Neuf passagers sur dix empruntent le réseau secondaire, le plus vieillissant de la SNCF, dont la ligne Paris-Limoges fait partie. Et ces usagers devraient savoir sur quoi ils roulent.

Il est trop tôt pour établir tout lien entre l'état du réseau ferroviaire et ce qui s'est passé. Mais ce déraillement s'est produit dans un contexte de vétusté croissante du réseau : cet accident a eu lieu sur l'une des douze lignes malades de la SNCF, signalées par le président de la SNCF lui même, Guillaume Pepy, en janvier 2011.

Les annulations, les retards et certains accidents sont les symptômes de ces lignes malades et de ces "trains poubelles" dont nous dénonçons l'existence depuis des années, avec mon association d'usagers des chemins de fer. Ces lignes ont été abandonnées, n'ont pas été entretenues, n'ont pas reçu les investissements nécessaires. Voies, dallages, caténaires, électrifications, aiguillages, signalisations mais aussi matériel roulant (locomotives et wagons) : A-t-on tout mis en œuvre pour effectuer les travaux nécessaires ? C'est la question qui doit être posée, pour la sécurité de tous.

"La SNCF est responsable de la vie de ses clients et nous agissons en ce sens", a déclaré Guillaume Pepy au cours d'une conférence de presse, au lendemain de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge.

Cette volonté de transparence mise en avant par la SNCF depuis l'accident doit être prise au mot : la SNCF et Réseau Ferré de France doivent rendre publiques les informations dont ils disposent sur l'état du matériel roulant et des infrastructures; les usagers ne peuvent continuer à utiliser ces lignes sans savoir ce qui peut advenir.

Aujourd'hui, nous posons la question à la SNCF : est-elle en capacité de faire circuler ces trains en toute sécurité ?

Nous demandons à la SNCF d'aller jusqu'au bout sur la transparence : elle doit publier un rapport complet en "open data" sur l'état du réseau et du matériel SNCF.

Dans toutes les consciences, il y aura un avant et un après Brétigny. Faisons en sorte que cela soit vrai également sur les lignes et dans les trains que nous empruntons chaque jour.

Signez la pétition et partagez la autour de vous.

Willy Colin, Porte-parole de l'Association des Voyageurs Usagers des Chemins de Fer (AVUC)

Letter to
SNCF
Ministre des Transports Frédéric Cuvillier
Président de la SNCF Guillaume Pépy
and 1 other
Président de Réseau Ferré de France Jacques RAPOPORT
Le 12 juillet 2013, sept personnes trouvaient la mort à Brétigny-sur-Orge, lors du déraillement d'un des trains de la ligne Paris-Limoges. Cet accident, dont les causes sont encore à déterminer, relance le débat sur l'état des lignes SNCF que des millions de français empruntent chaque jour.
Neuf passagers sur dix empruntent le réseau secondaire, le plus vieillissant de la SNCF, dont la ligne Paris-Limoges fait partie. Et ces usagers devraient savoir sur quoi ils roulent.
Il est trop tôt pour établir tout lien entre l'état du réseau ferroviaire et ce qui s'est passé. Mais ce déraillement s'est produit dans un contexte de vétusté croissante du réseau : cet accident a eu lieu sur l'une des douze lignes malades de la SNCF, signalées par le président de la SNCF lui même, Guillaume Pepy, en janvier 2011.
Les annulation, les retards et certains accidents sont les symptômes de ces lignes malades et de ces "trains poubelles" que des association d'usagers des chemins de fer dénoncent depuis des années. Ces lignes ont été abandonnées, n'ont pas été entretenue, n'ont pas reçu les investissements nécessaires. Voies, dallages, caténaires, électrifications, aiguillages, signalisations, mais aussi matériel roulant (locomotives et wagons) : A-t-on tout mis en œuvre pour effectuer les travaux nécessaires ? C'est la question qui doit être posée, pour la sécurité de tous.
"La SNCF est responsable de la vie de ses clients et nous agissons en ce sens", a déclaré Guillaume Pepy au cours d'une conférence de presse, au lendemain de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge.
Cette volonté de transparence, mise en avant par la SNCF doit être prise au mot : Il faut que la SNCF et Réseau Ferré de France rendent publiques les informations dont ils disposent sur l'état du matériel roulant et des infrastructures. Les usagers ne peuvent continuer à utiliser ces lignes sans savoir ce qui peut advenir.
Aujourd'hui, nous posons la question à la SNCF : est-elle en capacité de faire circuler ces trains en toute sécurité ?

Nous vous demandons d'aller jusqu'au bout sur la transparence et de publier un rapport complet, accessible en "open data", sur l'état du réseau et du matériel SNCF.

Dans toutes les consciences, il y aura un avant et un après Brétigny. Faisons en sorte que cela soit aussi vrai sur les lignes et dans les trains que nous empruntons chaque jour.