Pétition fermée
Adressée à Fédération Française des Echecs

Rendre mixtes les championnats de France d'échecs des jeunes

La mixité des championnats de France d'échecs des jeunes doit être un élément clef de la politique féminine aux échecs pour les raisons suivantes :

  • - Un argument de principe. Les filles doivent être autant encouragées et avoir autant l’opportunité d’obtenir des titres mixtes que les garçons or ce n’est à l’évidence pas le cas aujourd’hui. La grande majorité des intervenants auprès des jeunes joueuses (dirigeants de club, entraîneurs, personnel de la FFE, etc.) encourage au contraire les filles à briguer les titres et qualifications les plus faciles à obtenir, à savoir les féminins. Il faut également mettre fin à la tentation actuelle de présenter les titres mixtes et féminins comme équivalents : être championne de la moitié (en l’occurrence féminine) d’une population donnée ne pourra jamais être équivalent au fait d’être champion-ne de la totalité de la même population.
  • - Un argument pragmatique. Les filles doivent pouvoir autant progresser que les garçons à l’occasion des championnats de France jeunes. Les efforts, le travail et, partant, les résultats, sont d’autant plus importants que les objectifs sont ambitieux. Quand l’objectif est moindre (il n’est un secret pour personne que les championnats féminins sont considérablement moins relevés que les championnats mixtes), les performances ne peuvent qu’être moindres. Des championnats mixtes, nécessairement accompagnés de la poursuite des titres mixtes par les filles (qui doivent donc être encouragées en cela par leur entourage et par la FFE), sont un outil indispensable pour l’élévation du niveau féminin.
  • - Un argument psychologique. Comment nos jeunes joueuses peuvent-elles se construire comme les égales de leurs camarades masculins et comment peuvent-elles considérer qu’elles ont autant de potentiel qu’eux alors qu’on les oriente pendant des années vers des championnats séparés et de moindre force avec des titres séparés et de moindre importance ?
  • - Un argument de droit. S’il existe un championnat féminin, duquel le genre masculin est strictement exclu, son pendant exact devrait être un championnat masculin excluant strictement les femmes. Le système actuel est hybride, inéquitable et il est préjudiciable à la valorisation du championnat de France mixte, le seul qui devrait être accepté. Quant au demi-championnat qu'est le féminin, il est sportivement peu crédible.
  • - Un argument de communication. Comment peut-on justifier auprès de la population ou de sponsors qu’un sport intellectuel soit non mixte alors que l’école est obligatoirement mixte ?

 

Afin d’améliorer la portée des championnats jeunes actuels, nous proposons une politique alternative, fondée sur l’idée d’égalité entre joueurs et joueuses d’échecs :

  • - Championnats de France jeunes exclusivement mixtes.
  • - Qualifications aux championnats de France, d’Europe et du monde également réparties entre garçons et filles, avec l’affirmation du caractère provisoire de cette répartition qui n’aura plus lieu d’être quand le niveau des filles aura rejoint celui des garçons.
  • - Incitation faite aux filles d’avoir les mêmes objectifs sportifs que les garçons et particulièrement aux filles qualifiées de s’inscrire dans les championnats d’Europe et du monde mixtes plutôt que féminins, tout en leur laissant libre choix entre les deux championnats.
Cette pétition a été remise à:
  • Fédération Française des Echecs


    Isabelle Billard, Mathilde Congiu, AURÉLIE DACALOR, AUDE SOUBRIER a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 395 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Isabelle Billard, Mathilde Congiu, compte sur vous aujourd'hui

    Isabelle Billard, Mathilde Congiu, AURÉLIE DACALOR, AUDE SOUBRIER a besoin de votre aide pour sa pétition “Fédération Française des Echecs: Rendre mixtes les championnats de France d'échecs des jeunes”. Rejoignez Isabelle Billard, Mathilde Congiu, et 394 signataires.