#Environement :#Mobilité durable : Trotinettes, Gyroroues modifiez votre projet de loi !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Nous sommes nombreux à être utilisateurs de trottinettes électriques, gyroroues, skate électriques ou autres EDP, pour beaucoup d'entre nous comme solution de transport écologique en alternative aux véhicules thermiques. 

Face à l'urgence écologique,  soyons innovants pour la mobilité que ce soit dans les grandes métropoles, en zone péri-urbaine ou dans nos campagnes. 

Cependant, c’est avec surprise et inquiétude que nous accueillons le projet de décret qui vient à réglementer cet usage.

Beaucoup de mesures prises semblent exclusivement focalisées sur la résolution des problèmes liés à l’utilisation des trottinettes en libre service.

Une réglementation est nécessaire, mais ne doit pas se limiter à cet aspect. 

Selon nous un loi mobilité se doit de supporter les alternatives propres aux véhicules thermiques et permettre le développement responsable de nouveaux moyens de transports individuels, écologiques & légers 

Plusieurs points du projet de loi actuel  sont problématiques :

Nous sommes conscients de la nécessité d’un cadre réglementaire permettant un partage serein et responsable de l’espace public.

Nous nous étonnons de l’absence d’une obligation de port de casque pour les utilisateurs d’EDP circulant sur la chaussée.
 

La limitation à 25 km/h est justifiée pour les pistes cyclables, mais présente un danger certain sur les routes car elle obligera de nombreux automobilistes à nous dépasser avec les risques intrinsèques.
Nous souhaitons que cette limite existe pour les pistes cyclables, mais qu’une limite alternative soit fixée à 45km/h (comme les cyclomoteurs en Catégorie L1e du code la route) pour un usage sur la route, avec des contraintes et obligations différentes pour l’utilisateur dépassant les 25 km/h :
obligation d’être possesseur du Permis AM (BSR), permis A1 ou permis de conduire, port d'équipements de protections (gants, casques) obligatoires,
port d’éléments de visibilité (bandes réfléchissantes ou gilet jaune, et lumières avant et arrière) obligatoires.


L’usage d’un EDP pouvant atteindre cette vitesse devient une réelle alternative aux cyclomoteurs avec une énergie électrique et non polluante.

La limitation d’usage sur des axes routiers limités à 50 km/h est problématique car de nombreux utilisateurs n’habitent pas dans une agglomération ou doivent en sortir pour leurs déplacements. Le passage sur des axes au delà de 50 km/h et inférieur à 90 km/h est nécessaire dans de nombreux cas.

Les vélos et VAE (vélos à assistance électrique) n’ont pas cette limitation.
Nous souhaitons donc que cette limitation soit abandonnée, et soit équitable vis à vis des vélos et VAE.

De nombreux utilisateurs ne disposent pas de fonctionnalité pour brider la vitesse sur leurs EDP actuellement.
Nous souhaitons que la loi n’impose pas un bridage mécanique ou logicielle, mais que l’utilisateur puisse limiter lui même sa vitesse comme pour n’importe quel véhicule.
 

Quelques points positifs sont à souligner :

 L’obligation de souscrire une assurance apparaît nécessaire pour protéger les utilisateurs de véhicules électriques ainsi que les autres usagers de la route y compris par une assurance spécifique pour les engins dépassant les 25km/h.

Pour une loi mobilité qui propose des solutions pour tous, sur tous les territoires, nous restons prêts à dialoguer pour encourager les nouveaux usages responsables de déplacement. 

Enfin nous réclamons que les utilisateurs de ces moyens de transports soient consultés pour construire sur leur expérience, de nombreuses associations ou groupe d'usager des trottinette ou des gyroroues exsistent, aucun ne semble avoir été mis à contribution*.

Madame la ministre, monsieur le ministre laissez nous contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.