Donnons à l'hôpital et aux soignants réunionnais les moyens de nous soigner ! 

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Le 25 mars 2020, à Mulhouse, le Président Emmanuel Macron a promis "un «plan massif d’investissement et de revalorisation des carrières» pour l’hôpital, à l'issue de la crise sanitaire que traverse notre pays.

La prise en compte du malaise qu'expriment les soignants depuis plusieurs mois est en effet indispensable.

A La Réunion, les parlementaires de toutes tendances politiques confondues ont porté à plusieurs reprises les demandes du secteur hospitalier local

De manière synthétique, l'Hôpital à La Réunion souffre d'une sous-dotation chronique, liée à un coefficient géographique qui s'établit à 31%. Ce niveau est insuffisant, comme l'ont indiqué plusieurs études indépendantes, pour compenser les surcoûts auxquels sont confrontés les hôpitaux de La Réunion. D'autant plus que le CHU de La Réunion est également le centre hospitalier de repli et de référence pour l'ensemble des îles voisines, notamment Mayotte, les Comores ou Madagascar.

La demande unanime est de porter le coefficient géographique à un niveau de 35%. Alors, les hôpitaux de La Réunion seraient à même de répondre aux besoins actuels et futurs de santé publique. Alors, ils seraient à même d'améliorer les conditions de travail des personnels hospitaliers, soignants comme administratifs. Alors, ils seraient à même d'améliorer les conditions d'accueil et de prise en charge des patients réunionnais.

La Réunion ne doit pas être oubliée du «plan massif d’investissement et de revalorisation des carrières» promis par le Président Emmanuel Macron. Aussi demandons-nous d'augmenter le coefficient géographique de 31 à 35% dans les meilleurs délais possibles, et au plus tard, dans la loi de financement de sécurité sociale de 2021.

Donnons à l'hôpital et aux soignants les moyens de nous soigner !