Pour qu'il vive avec sa maman Hinda et son papa Nicolas, donnez un visa à Karama, 3 ans

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


20 novembre 2018, journée internationale des Droits de l'Enfant :  

 Karama a trois ans ; il a besoin de soins médicaux et grandit dans un orphelinat de Djibouti alors qu'il a été légalement adopté le 16 novembre 2016 par un couple français, Hinda et Nicolas Lagasse. Depuis que Karama dispose d'un passeport, son papa et sa maman luttent pour obtenir son visa afin qu'il entre en France et vive auprès d'eux.

L'adoption de Karama a été possible par Hinda et Nicolas car Hinda est franco-djiboutienne mais, suite à un imbroglio administratif, la France ne délivre toujours pas son visa à Karama. En effet, à plusieurs reprises, les parents adoptifs de Karama se sont vus opposer un refus de visa pour l’enfant. Or, la motivation de ce refus est factuellement infondée, voire ubuesque.

L'adoption plénière de Karama est prononcée par le tribunal civil de Djibouti le 3 Avril 2018. Cette décision est revêtue de l’autorité de la chose jugée et, contrairement à une adoption simple, l’adoption plénière est irrévocable.

Le fait de s'enliser dans une confusion et des retards administratifs constitue un déni manifeste de l'intérêt supérieur de l'enfant pourtant protégé par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. 

Chaque jour loin des siens est un jour volé à cet enfant, un jour volé à sa santé et à son développement psychoaffectif, un jour où il risque de mourir. Il doit être en sécurité, en France, auprès de ses parents avant que nous  le pleurions pour avoir attendu des jours devenus des semaines et des mois.

Trois ans ont déjà été volés à son enfance.

Faites en sorte que le jour de Noël 2018 ne soit pas aussi volé à Karama.

Si les reports d’audience, consécutifs, notamment, à un encombrement des juridictions, se comprennent aisément, il en va différemment de l’accord de visa à Karama. Rien ne s’oppose juridiquement à la légitimité de cette demande : il est temps qu’il l'obtienne, enfin ! 

De nombreuses personnalités soutiennent la demande de visa pour Karama ; citons entre autres Jean-Félix Acquaviva, Député, Eric Battistelli, photographe et lanceur d'alertes au Brésil et en France, Michel Castellani, Député, Jean-Marie Colombani, Auteur du Rapport de l'adoption parentale pour la France, Josette Dall'Ava Santucci, Professeur Emérite de L'université Paris 5, Présidente Honoraire de l’Association Française des femmes médecins, Frédéric Fappani von Lothringen, Président de l'ONG internationale CNRJ qui bénéficie d'un statut consultatif à l'ONU, Antonia Luciani, Vice-présidente de la Fondation Coppieters, Henri Malosse, Conseiller européen, 30ème Président du Comité Economique et Social, Wanda Mastor, Professeur agrégée de droit public à l'université Toulouse Capitole, Directrice du Centre de droit comparé, ancienne Directrice de l'European School of Law, Docteur Edmond Simeoni, Président de Corsica Diaspora et Amis de la Corse, Noëlle Vincensini, Ancienne déportée Résistante, Fondatrice et Présidente d'honneur du collectif corse antiraciste Avà Basta, Association Enfance et Famille d'Adoption 2B (EFA2B), Section corse de la Ligue de Droits de l'Homme (LDH Corsica)...
 

Pour bien comprendre :

https://cnrj.org/france-quand-ladministration-francaise-empeche-un-enfant-de-rentrer-sur-le-territoire-national-avec-ses-parents/

 Collectif Corse pour l'Adoption sans Racisme Institutionnel (C²ARI)



COLLECTIF CORSE compte sur vous aujourd'hui

COLLECTIF CORSE POUR L'ADOPTION SANS RACISME INSTITUTIONNEL a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: Pour qu'il vive avec sa maman Hinda et son papa Nicolas, donnez un visa à Karama, 3 ans”. Rejoignez COLLECTIF CORSE et 3 108 signataires.