M. le Président, agissez pour protéger les Ouïghours

0 a signé. Prochain objectif : 300 000 !


M. Le Président,

La France doit tout faire pour faire cesser le plus grand internement de masse du XXIe siècle. La France doit tout faire pour aider les millions de musulmans Ouïghours enfermés et torturés en Chine.

Sur le modèle de la résolution votée au Parlement européen le 12 décembre 2019, nous vous demandons d’exiger de la Chine la fermeture des camps de la région du Xinjiang :

1. En soutenant la mise en place de sanctions européennes ciblées contre les responsables de cette répression comme prévue dans la résolution du Parlement européen.

2. En imposant l’arrêt de toutes les exportations et de tous les transferts technologiques liés à des biens et services utilisés en Chine pour étendre la surveillance de masse et la répression.

3. En soutenant le projet de législation européenne sur le devoir de vigilance des entreprises, en exigeant la fin de toute coopération entre des entreprises européennes et l’appareil répressif chinois, sur le modèle des initiatives prises par la Chambre des représentants des États-Unis et en soutenant l'interdiction de toute importation de produits fabriqués par les esclaves Ouïghours. 

4. En poussant à l’ONU pour la mise en place d’une enquête internationale sur les crimes contre l’humanité commis au Xinjiang par le régime chinois.

Pour rappel :

En Chine, au moins 1,8 millions de Ouïghours et des membres d’autres ethnies musulmanes sont enfermés dans des camps. Cela constitue le plus grand internement de masse du XXIe siècle.

Mourir comme peuple pour pouvoir continuer à vivre, peut-être, en tant qu’individus: voilà le « choix » proposé aux Ouïghours.

Chaque matin, dans une sinistre cérémonie, les détenus des camps de la région du Xinjiang doivent renoncer à leur langue, leur culture, leur religion – l’islam. Ce processus d’abolition de soi est le cœur de la politique de « rééducation » menée par le Parti Communiste Chinois.

La terreur est sans limite. Les enfants Ouïghours sont séparés de leur famille, empêchés de parler leur langue, incités à dénoncer leurs propres parents. Pendant que leurs maris sont enfermés, les femmes sont obligées de partager le même lit que les émissaires du Parti communiste. Le gouvernement traque les Ouïghours jusque dans leurs tombes : les cimetières musulmans sont méthodiquement rasés par les bulldozers de Pékin. Le but est d’effacer l’histoire et la mémoire d’un peuple.

Un trou noir. Les Ouïghours sont tombés dans un immense trou noir.

Un trou noir légal, médiatique, politique. Un trou noir en Chine où ces camps échappent à tout cadre légal. Un trou noir dans le monde : les démocraties européennes sont longtemps restées silencieuses et les États musulmans ne disent rien, quand ils ne soutiennent pas officiellement la répression.

Ce silence tue. Et il est temps de le briser. La France doit être aux avant-postes du soutien international aux Ouïghours.