Les oubliés du confinement ! parce que pour nous l’amour n’a pas de frontière.

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Depuis le 17 mars 2020 la France est entrée en confinement strict suite à la crise sanitaire du Covid_19.
Depuis cette date, certains d’entre nous se retrouvent séparés de leur conjoint qui n’habite pas sous le même toit et même habitant de l’autre côté de la frontière.
Pour des raisons personnelles, professionnelles ou matérielles nous avons fait le choix de vivre une relation sans être sous le même toit et qui plus est « transfrontalière ».
Depuis que le confinement a pris effet, nous sommes donc sans contact physique avec la personne qui partage notre vie. En Belgique les restrictions de confinement sont plus souples, il est possible de rendre visite à sa/son conjoint(e) si elle/il n’habite pas sous le même toit, peu importe la distance, l’important étant de continuer de respecter les règles de confinement chez l’un et chez l’autre, et le passage de la frontière est autorisé.
En France, nombre d’entre nous continuent de travailler et peuvent, après leur journée de travail, rejoindre leur famille, ou même faire la queue pendant des heures dehors ou en intérieur pour acheter du matériel de bricolage ou de jardinage, ou des produits essentiels, mais nous les couples frontaliers ne pouvons malheureusement pas nous rejoindre…
Cette situation engendre à elle seule une solitude et une détresse psychologique qui entraînent dépression et fatigue morale pour chacun d’entre nous.
Vous comprendrez bien que la situation est assez cocasse, nous demandons à avoir une dérogation pour pouvoir passer de notre maison confinée à celle de notre compagnon ou compagne qui est aussi en lieu confiné par le biais de notre véhicule personnel qui constitue lui même un endroit de confinement… sans que cela soit abusif, pour que nous puissions aussi vivre notre confinement dans de meilleures conditions.
Nous demandons donc par le biais de cette pétition, qu’une exception soit apportée aux attestations dérogatoires pour que, nous les couples frontaliers ou juste séparés par ce confinement, nous puissions rendre visite à nos conjoint(e)s en France ou dans le pays voisin ou vice versa.