Le sport, grand oublié de la crise sanitaire

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !


Lors de l’allocution télévisée du Président de la République du 14 juin 2020, relative à la nouvelle phase du déconfinement suite à la crise sanitaire sans précédent que connait notre pays, les secteurs les plus touchés ont été énumérés. Nous avons conscience qu’il ne s’agissait pas de procéder à un inventaire à la Prévert. Nous nous permettons toutefois d’attirer votre attention sur un secteur lourdement touché par la crise et qui n’a pas été mentionné: celui du sport, et plus particulièrement celui de la course à pied.

Le sport et la pratique de la course à pied constitue un rempart essentiel dans la lutte contre les maladies liées à la sédentarité que sont les maladies cardiovasculaires et respiratoires, l’obésité, la dépression et bien d’autres encore. Ce rôle essentiel de santé publique n’est pas méconnu puisqu’il s’agissait de la seule activité physique et sportive en extérieur autorisée pendant la période la plus stricte de confinement.

L’appel de la course à pied n’est pas uniquement physique ou psychologique, c’est un appel du cœur qui conduit au dépassement et à l’épanouissement individuel et collectif.

Au-delà de cet aspect primordial de santé publique, nous nous permettons d’insister sur le poids économique et social représenté par notre sport. Le secteur de la course à pied, avec près de 14 millions de pratiquants occasionnels et réguliers, représente des milliers d’emplois. L’ensemble des acteurs de ce secteur, organisateurs de courses, structures associatives, équipementiers, médias, agents et agences, pratiquants, encadrants, participe de cette réussite.

C’est au nom de la multitude et de la multiplicité du monde du running que nous alertons, sur la nécessité de nous permettre de reprendre le cours normal de notre activité dans ses différentes dimensions.

La pratique de la course à pied, ne peut se résumer à une pratique individuelle ou collective à 10 personnes maximum avec 10m de distance entre chaque sportif.

L’ensemble des activités reprenant leur cours normal selon les recommandations sanitaires, le monde de la course à pied attend la possibilité de pouvoir se retrouver afin de célébrer à nouveau le plaisir du vivre ensemble et collectivement contribuer à la réussite individuelle.

Nous sommes évidemment conscients des contraintes sanitaires qui s’imposent à nous mais nous sommes convaincus qu’une reprise encadrée contribuera fortement à accompagner notre pays dans la voie du développement responsable et écologique.

Monsieur le Président de la République, Madame la Ministre des Sports, à l’heure où notre pays tout entier se mobilise pour les Jeux Olympiques de 2024, nous attendons votre implication pleine et entière pour agir sur :

  • La possibilité de pratiquer à nouveau la course à pied de manière collective
  • L’autorisation de la tenue de compétitions et événements sur route, sur les sentiers et dans les stades
  • L’aide aux associations et structures sportives mises en difficulté par la pandémie de Covid-19
  • L’accompagnement à la pratique de la course à pied pour les publics les plus en difficulté