Fibromyalgie : Pour le maintien de la kétamine dans les centres anti-douleurs

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Un anti- douleur supprimé : médecins et patients désemparés.

Utilisée depuis des années pour traiter la fibromyalgie et ses douleurs chroniques invalidantes et résistantes aux traitements antalgiques conventionnels, la kétamine est en train de disparaître de nos centres anti-douleurs français. Elle n’est désormais plus prescrite au centre anti-douleurs de Troyes, dans l’Aube. Le couperet est tombé brutalement en ce mois de septembre 2019. Une décision révoltante qui laisse les patients impuissants et sans équivalent de traitement.

En effet, la kétamine était un ultime recours pour ces patients lourdement handicapés par leurs douleurs rebelles, et pour qui toutes les alternatives thérapeutiques avaient échoué. Ce traitement leur permettait de retrouver une amélioration dans leur vie familiale, sociale et professionnelle et de réapprivoiser leur corps.

Malheureusement, les médecins du centre anti-douleurs de Troyes se sont vus rappelés à l’ordre par la CPAM de l’Aube quand à la prescription de ce produit et ne pourront plus proposer ce traitement à leurs patients. La CPAM justifie sa décision par le fait que l’autorisation de mise sur le marché l’est à titre de produit anesthésiant et non pas antalgique. L’équipe soignante avait pourtant vaillamment essayé de montrer que ce protocole a permis de sauver des malades désemparés et des familles qui ne pouvaient plus voir leurs mères/pères/sœurs/frères/enfants souffrir dans l’indifférence, mais leurs requêtes sont restées vaines.

Cette situation a déjà été vécue dans d’autres centres anti-douleurs auparavant et va se généraliser progressivement à toute la France. On estime que 2 à 5% de la population française souffre de fibromyalgie. Des milliers de patients souffrant de douleurs insupportables vont donc devoir subir un sevrage extrêmement rapide, en espérant trouver un autre traitement, si tant est qu’ils le supportent.

L’avenir des malades s’annonce sombre et incertain. Que vont-ils devenir ? Comment vont-ils gérer leurs douleurs ? Sans ce traitement, vont-ils supporter une vie qui n’en est plus une, et pour combien de temps ? Leur santé est en danger et toute leur vie remise en question, dans l’indifférence des autorités administratives. Que faire ?

En tant qu’association locale, nous sommes confrontés au désarroi de ces patients et nous tirons la sonnette d’alarme afin de les soutenir et de jouer notre rôle d’information et de sensibilisation.

L’équipe de l’Association Fibromyalgie Aube.