Contre l'expulsion d'Amara, jeune apprenti maçon

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !


NOUS SOMMES DES HOMMES, IL FAUT AIDER LES HOMMES. AMARA A TOUTE NOTRE CONFIANCE.

A tous,

Nous sollicitons votre soutien pour aider Amara à rester en France afin de poursuivre ses études en BP maçonnerie.

Amara est arrivé en France le 24 décembre 2017 à l’âge de 16 ans. C’est un jeune ivoirien au parcours de vie chaotique. Il n’a pas connu sa mère et son père a été assassiné. C’est un ami de la famille qui a aidé Amara à fuir la Côte d’Ivoire où sa vie était également menacée. Après de multiples turbulences (traversée de multiples pays et de la Mer Méditerranée sur des embarcations de fortune), Amara est arrivé en Normandie avec beaucoup de courage.

 Il a été pris en charge par une association de l’aide Sociale à l’enfance qui lui a permis d’être hébergé et de suivre un CAP de maçonnerie qu’il a obtenu avec succès en Juin 2020 à l’EREA Yvonne Guegan à HEROUVILLE SAINT CLAIR.

Amara souhaite poursuivre ses études et se perfectionner dans le métier, en effectuant un BP Maçonnerie en apprentissage.

Nous l’avons rencontré fin mai 2020 accompagné de ses tuteurs. L’entretien a été très fructueux : nous avons découvert un garçon au profil humble et motivé, et qui avait envie de rejoindre l’équipe.

Très vite, nous nous sommes engagés à l’embaucher au mois de Septembre 2020, en CDD afin de l’aider à préparer son diplôme en alternance au CFA de Caen.

Afin de le mettre en situation avant la signature de ce contrat d’apprentissage, nous lui avons proposé de le prendre en contrat de travail temporaire dès le 3 Aout, et ce pendant tout le mois. Amara avait besoin de travailler et l’entreprise était en pénurie de main d’œuvre.

Ses débuts ont été très prometteurs. Amara a su faire valoir de ses qualités naturelles : la ponctualité, la motivation, le courage, l’esprit d’équipe avec ses collègues et surtout une grande motivation.

Mais le 6 Août 2020, tout s’écroule. Amara reçoit la notification d’un refus du renouvellement de sa carte de séjour et une obligation de quitter le territoire français.

Amara reçoit donc l’interdiction de travailler !

Nous, entreprise, à ce moment-là, avons des engagements et des obligations de résultats envers nos clients, même au mois d’Août lorsque la France est en vacances. Mais nous sommes privés d’une personne volontaire.

Amara, quant à lui, veut travailler. Il est motivé. Mais en attendant l’audience (car évidement il a fait un recours auprès du tribunal administratif afin d’annuler la décision d’expulsion), Amara se terre dans son foyer à ne rien faire.

Nous ne nous arrêterons pas sur les différents motifs qui ont permis de conclure à une telle décision de justice. Ce n’est pas notre métier. Allons à l’essentiel !

AMARA A BESOIN DE NOUS ! ET C’EST URGENT !

En effet, à compter du 31 mars 2021, Amara ne peut plus prétendre à ses aides financières qu’il possédait depuis son exil. Il se retrouvera certainement à la rue et sans argent. Quand nous voyons les yeux d’Amara aujourd’hui, nous y voyons beaucoup de désillusions mais heureusement une grande envie de vaincre. Amara porte beaucoup d’espoir en notre soutien collectif.

Nous, entrepreneurs, nous renouvelons toute la confiance que nous portons en Amara. Demain, avec le soutien du CFA, nous sommes en mesure de lui proposer un contrat d’apprentissage à la hauteur de ses attentes.

Nous sollicitons fortement votre aide, vos partages et vos signatures afin de permettre à AMARA de vivre des jours meilleurs.

Nous sommes dans l’espoir d’une décision anticipée, égalitaire, fraternelle dans un monde de liberté !