Écoutons ! Protégeons ! Aidons nos enfants !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Papa boit et me tape tout le temps ! Maman n’arrête pas de me crier dessus ! Pépé me fait mal avec son zizi ! Personne ne m’écoute et tout le monde se tait… Pourquoi ?!

« Je m'appelle Véronique Cassante et je suis présidente de l'association EPA. J’ai survécu l’inceste et la maltraitance dans ma famille ! Je veux porter aujourd’hui la parole des enfants victimes auprès du président de la République et de la Justice !  Aidez-moi dans cette action : Signez cette pétition ! »

Nous parents, acteurs de la société, nous nous levons contre les violences de toute nature commises contre l’humanité rappelant ici :
La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (Art. 19) « Les États parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié »

C’est pourquoi, nous réclamons :

  • Que les pouvoirs publics donnent davantage de moyens financiers aux acteurs de la protection de l’enfance ainsi qu’à la justice. Qu’ils soient à la mesure de l’ampleur des violences physiques, sexuelles, psychologiques et émotionnelles faites aux enfants !
  • Que les enfants soient davantage protégés quels que soient les lieux qu’ils fréquentent !
  • Que les enfants soient davantage protégés lors de la séparation de leurs parents !
  • Que la parole de l’enfant victime soit ENTENDUE, ÉCOUTÉE, CONSIDÉRÉE ; rappelant que l’enfant n’est pas un adulte !
  • Que les conséquences psychologiques suites aux violences soient reconnues et que les enfants soient pris en charge par des professionnels adaptés !
  • L’organisation des assises de la protection de l’enfance pour un plan national de lutte contre les violences faites aux enfants.

Dans l’intérêt supérieur de l’enfant !
Retrouvons notre dignité et nos responsabilités, celles d’assurer des espaces, des lieux, une famille, sécurisants, sereins, bienveillants pour les enfants, nos enfants, le présent, le futur, le cœur de la communauté humaine !

Conformément au préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ».