Livres Hebdo en danger

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


La direction et la rédaction en chef de Livres Hebdo, magazine de référence du monde du livre, ont annoncé lundi 30 décembre - à l’occasion d’un CSE exceptionnel -  un « Projet de réorganisation de Livres Hebdo ». Ce dernier prévoit la suppression de 7 postes de journalistes sur les 14 postes que compte la rédaction et vise principalement les opérationnels. Quasiment tous les rédacteurs vont être licenciés (4 sur 6), les deux secrétaires de rédaction ainsi que la correctrice réviseuse. Cette décision sera mise en œuvre dès le mois de février.

Le démantèlement de Livres Hebdo

Après avoir placé dans le coma les éditions du Cercle de la Librairie, la direction de l’entreprise s’attaque au journal qui, depuis 40 ans, est le média de référence du monde du livre : éditeurs, libraires et bibliothécaires, journalistes, programmateurs d'émissions télé ou radio, et festivals littéraires. Le communiqué publié par la direction de Livres Hebdo présente le projet de restructuration sous un jour attractif en mettant en avant la dimension « tout numérique ». Au-delà de ses conséquences sociales, la réalité que recouvre ce projet est beaucoup moins reluisante.

 Le choix de l’information low cost 

A partir de septembre, le journal papier deviendra mensuel, l’essentiel de l’information sera publié en ligne. Pourquoi pas ? Mais en se débarrassant de ses journalistes au motif qu’ils sont « trop qualifiés pour intégrer la nouvelle formule du journal », la direction fait clairement le choix de l’information au rabais. Pour exemple, il n’y aura plus de rédacteurs dédiés à la librairie et aux bibliothèques au sein de la rédaction. Seuls deux postes de journalistes permanents seront maintenus auxquels s’ajouteront deux étudiants en contrat de professionnalisation. Les professionnels du livre auront-ils envie d’acheter un journal élaboré dans ces conditions, où la seule motivation est de produire à moindre coût au détriment de la qualité de l’offre fournie ?

Destruction de la valeur de Livres Hebdo

Il est à craindre que ce projet ne soit que la première étape du démantèlement de Livres Hebdo, dont la viabilité économique ne sera en rien renforcée, bien au contraire. Il s’agit d’une destruction de la valeur de la marque Livres Hebdo dont l’actionnaire devrait s’inquiéter. Croire résoudre le problème en proposant une info au rabais, aussi continue et immédiate soit-elle, c’est avoir un train de retard sur ce qui se fait actuellement dans la presse où les rares réussites sont celles de la qualité. Et c’est précipiter le magazine vers une mort certaine.

Vous êtes professionnels du livre — éditeurs, libraires, bibliothécaires, diffuseurs-distributeurs, attachés de presse…— auteurs, journalistes spécialisés (ou pas) dans l’univers du livre ou de la culture, ou attachés à la presse, nous vous invitons à signer cette pétition pour défendre votre droit à une information fiable et de qualité.

La Société des journalistes de Livres Hebdo et la section syndicale SNJ Electre/Livres Hebdo