Decision Maker Response

Najat Vallaud-Belkacem’s response

May 20, 2016 — Mesdames, Messieurs,

Vous avez été nombreux à apporter votre soutien à la pétition de Ruben FARHI demandant la diffusion du téléfilm "Ne m’abandonne pas" dans les lycées. Ce téléfilm, réalisé par Xavier Durringer et diffusé le 3 février dernier, par France Télévisions retrace le parcours d’une adolescente et son enrôlement dans le djihadisme. En présentant avec pédagogie l’impuissance des parents face au basculement de leur fille, "Ne m’abandonne pas" permet de faire comprendre aux téléspectateurs la complexité de la lutte contre la radicalisation des jeunes qui veulent rejoindre la Syrie.

J’ai tenu à apporter mon soutien à cette pétition. "Ne m’abandonne pas" (1) est aujourd’hui à la disposition des professeurs et CPE gratuitement grâce au réseau Canopé, opérateur du ministère et à la production du téléfilm. Des fiches accompagnent ce téléfilm et permettent une exploitation avec les lycéens. Il participe des ressources mises à disposition des personnels sur le site Les valeurs de la République (2) que j’ai voulu dans le cadre de la Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République.

J’assisterai à une projection de ce téléfilm mardi 24 mai à l’Assemblée nationale.

Face au phénomène de radicalisation, l’École doit être le garant de l’émancipation du jeune pour qu’il soit en mesure de discerner les dangers, pour lui-même et pour les autres des discours extrémistes.

La maîtrise de la langue française, l’enseignement de l’histoire, de la géographie des grands enjeux géopolitiques, mais aussi du nouvel enseignement moral et civique ou encore de l’éducation aux médias et à l’information jouent ce rôle. Le parcours citoyen renforce la transmission de la citoyenneté et la formation de l’esprit critique en mobilisant différents champs disciplinaires.

De même, nous avons produit et diffusé à tous les personnels un livret en ligne Prévenir la radicalisation des jeunes (3) en février 2015. Ce livret permet de lister des signaux faibles qui croisés et cumulés peuvent indiquer une situation de radicalisation. Il permet aux personnels de faire remonter au numéro vert Stop djihadisme (0 800 005 696) et à leurs inspecteurs d’académie les élèves qu’ils soupçonnent d’être en voie de radicalisation.

Les établissements scolaires assurent également un suivi des jeunes scolarisés en voie de radicalisation. Des cellules de veille dans les établissements sont mises en place au besoin. Pilotées par le chef d'établissement, elles travaillent en lien avec le référent académique "radicalisation" et les cellules de suivi préfectorales pour assurer une continuité scolaire et une réinsertion par l'école.

Enfin, ce phénomène de radicalisation étant évolutif, la formation est importante. Dans le cadre des formations nationales, chaque trimestre, les référents académiques "radicalisation" sont réunis. Aux échelles académique et départementale se développent de nombreuses formations organisées soit par l’Éducation nationale, soit par d’autres acteurs et nos personnels y sont conviés.

Bien cordialement,

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

(1) https://www.reseau-canope.fr/ne-mabandonne-pas/
(2) https://www.reseau-canope.fr/les-valeurs-de-la-republique.html
(3) http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Prevention_radicalisation/20/2/prevention_livret_567202.pdf