ZAD DE BEYNAC : C'EST REPARTI !

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


BIENVENUE A LA ZAD DE BEYNAC  (ZAD : Zone à défendre)

 La ZAD de Beynac est une bande de 15 hectares de terres agricoles et de zones naturelles, sur trois kilomètres de long, dans le triangle d’or du Périgord. Elle est située devant le village de Beynac et dominés par cinq châteaux : Beynac, Marqueyssac, Castelnaud, Fayrac et les Milandes. La ZAD est divisée en trois parties par la rivière Dordogne, chacune sur une commune : Vézac, Castelnaud-la Chapelle, Saint-Vincent de Cosse.

 La ZAD de Beynac appartient au Département de la Dordogne. Elle a été constituée pour réaliser un projet routier avec deux ponts sur la Dordogne, le contournement de Beynac. Un collectif d’associations a décidé de se substituer au Conseil départemental pour représenter directement les citoyens du département de la Dordogne. Ils ont exprimé largement leur refus du projet de contournement.

Le collectif s’engage à empêcher les travaux, et à gérer au mieux les terres agricoles, les zones naturelles et le patrimoine bâti de la ZAD, au profit du département de la Dordogne, jusqu’à ce que les travaux soient interdits par l’Etat, ou que le Conseil départemental y renonce quand il sera renouvelé en 2021.

Le collectif rendra compte aux citoyens et contribuables du département de sa gestion du patrimoine commun. Elle permettra au département de faire une économie de 32 millions (estimation du Conseil départemental) ; deux maisons vouées à la démolition par le Conseil départemental seront conservées dans le patrimoine public.

Après un premier camp installé du 17 février au 12 mai 2017 devant le château de Fayrac, la ZAD dispose depuis le 24 décembre 2017 d’un siège à la Barrière de Fayrac (commune de Castelnaud) et d’un point d’information à la poterie du port (commune de Vézac) sur la route de Castelnaud.

 

 La ZAD de Beynac n’est pas une zone de non-droit.

La ZAD est légitimée par la majorité des citoyens qui a refusé le contournement de Beynac lors de l’enquête publique de septembre et octobre 2017. Si le gouvernement d’Edouard Philippe respecte l’expression de cette majorité et rejette la demande d’autorisation de travaux déposée par le président du Conseil départemental Germinal Peiro, la ZAD sera dissoute.

 La ZAD est constituée :

- pour que soit respecté l’engagement international de la France envers l’UNESCO, qui a classé le cours de la Dordogne comme le cœur d’une « réserve de biosphère » dans lequel ne doivent être réalisés que des projets de développement durable ; le contournement de Beynac avec ses deux ponts n’en est pas un ;

- pour que soit respecté le code du patrimoine, qui protège les abords des monuments historiques ; les abords et les perspectives du château de Fayrac sont mutilées par le projet routier ;

 - pour que soit respectée la démocratie participative, telle qu’elle est établie par le code de l’environnement et la convention internationale d’Aarhus. Les enquêtes publiques successives depuis 1992, et notamment la dernière en 2017 (88% d’avis défavorables), ont toujours conduit à un rejet massif du projet par les citoyens ; l’avis de la commune de Beynac-et-Cazenac, la première concernée par le projet, n’a pas été pris en compte : il est défavorable ; 218 000 pétitionnaires ont signé sur place en donnant leur adresse pour que ce projet soit arrêté.

La ZAD est plus légitime que la majorité du Conseil départemental élue en 2015 qui a attribué des crédits considérables de son budget en détresse à un projet qui ne figurait pas à son programme électoral.

La ZAD est plus légitime que les participants à la manifestation « des écharpes en plastique » du 3 septembre 2017 à Vézac ; pour donner un semblant de légitimité au projet, des élus ont arboré des insignes républicains factices ; le président du département Germinal Peiro a usurpé l’écharpe de député de la quatrième circonscription de la Dordogne, alors qu’il ne l’était plus depuis trois mois et qu’il connaissait parfaitement l’opposition au projet portée par son successeur Jacqueline Dubois.

Elle est plus légitime que Jean-Jacques de Peretti, le Président de la communauté de communes de Sarlat et du Périgord noir qui, après avoir été sévèrement battu aux élections législatives, a changé d’opinion sur le contournement de Beynac, trahissant la commune de Beynac-et-Cazenac qui refuse depuis de siéger au conseil communautaire.

Elle est plus légitime qu’Alain Juppé qui, incité par le précédent, brade son autorité morale auprès du Premier ministre pour soutenir le projet, alors qu’il n’est que président de la Communauté urbaine de Bordeaux à 160 km de Beynac.



Sauvons la Vallée compte sur vous aujourd'hui

Sauvons la Vallée ASVD a besoin de votre aide pour sa pétition “de la Dordogne: ZAD DE BEYNAC : C'EST REPARTI !”. Rejoignez Sauvons la Vallée et 9 318 signataires.