Protégeons les femmes victimes de violences, création de structures dédiées et sécurisées.

540 000 femmes victimes de violences conjugales répertoriées sur 2 ans, 75 000 femmes violées par an, 1 femmes sur 3 est ou sera victimes de violences (viol, violences conjugales, harcèlement sexuel, agressions sexuels, insultes sexistes ...) en France.

Zéro structure d'hébergements spécifiques et dédiés dans le Puy de Dôme, comme dans d'autres départements, zones sinistrées sur la question de la prise en charge et de la protection des femmes victimes de violences.

Les femmes victimes de violences sont des femmes en sursis, en survie. Lorsqu'elles engagent des démarches pour quitter leur conjoint violent, la protection qui leur est due n'est pas assurée.

Les ordonnances de protection sont très peu prononcées sur le département.

Seul 3 téléphones grand danger ont été attribués, alors que 400 femmes sont suivies par l'association en charge de l'accompagnement de ces femme.

Quand une femme victime dépose plainte, le temps de l'instruction judiciaire, l'auteur des violences est très rarement, voire jamais incarcéré en préventive. Ce temps là, est une période à haut risque pour les femmes, preuve en est les 130 femmes qui meurent chaque année sous les coups de leur conjoint ou ex conjoint. Il n'est pas possible de dédier un policier à la protection de chacune de ces femmes. La seule solution pour leur protection est donc la mise à l'abri.

C'est pour cela que nous demandons la création de structures d'hébergements dédiés et sécurisés, dans lesquels les femmes victimes de violences pourraient bénéficier d'un soutien juridique, d'un accompagnement psychologique pour traiter en particulier le stress post-traumatique due aux violences, et d'un accompagnement à l'insertion professionnelles.

Ces lieux doivent s'envisager comme des SAS de reconstruction et de protection pour ces femmes et pour leurs enfants.

Depuis trop longtemps, nous nous satisfaisons de mesurettes qui ne constituent jamais une véritable protection pour les femmes victimes de violences.

Nous en avons assez du décompte macabre qui s'opère chaque année, il est temps que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités et dégagent des moyens dignes de ce nom pour la protection et l'accompagnement de femmes victimes de viols, violences physiques aggravées, tortures ...

Aujourd'hui, les pouvoirs publics se rendent coupable du délit de non assistance à femmes en danger !
Il faut que cela CHANGE !

This petition will be delivered to:
  • Préfet du Puy de Dome
    Madame Polve-Montmasson


    karine PLASSARD started this petition with a single signature, and now has 1,783 supporters. Start a petition today to change something you care about.