Danger sur la santé des femmes : que les pouvoirs publics passent de la parole aux actes !

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Lettre à Agnès Buzin, Ministre de la Santé, à propos de la situation autour du dépistage du cancer du col de l'utérus en Ille-et-Vilaine

Madame la ministre de la Santé,
Monsieur le Premier ministre,

Le 26 mars dernier, lors de la présentation du plan santé "priorité prévention", vous avez annoncé la mise en place du dépistage organisé pour le cancer du col de l'utérus, mesure salutaire et attendue depuis de nombreuses années tant par les femmes, premières concernées, que par les professionnel.le.s de santé. En effet, selon l'Institut National du Cancer, 40 % des femmes ciblées par ce dépistage en France ne réalisent pas de frottis, ou pas régulièrement, notamment pour des raisons socio-économiques. Or, comme vous le rappelez, un repérage précoce permettrait d'éviter le développement des cancers du col de l'utérus. D’au moins 90 %.

C'est dans ce contexte cependant, qu’à Rennes, le laboratoire Atalante Pathologie a mis en place depuis le 01-02-2017 un dépassement d'honoraires sur l'analyse des frottis cervico-utérins (FCU). Alors qu'il analyse la grande majorité des FCU d'Ille-et-Vilaine, ce laboratoire a décidé d'augmenter de près de 50 % la tarification de cet acte (23€ au lieu de 15,40€). Si certaines mutuelles couvrent ce dépassement, d'autres ne le font pas. De plus, toutes les femmes ne bénéficient pas d’une complémentaire santé. En augmentant le reste à charge des femmes concernées, la décision du laboratoire constitue donc un frein supplémentaire au dépistage du cancer du col utérin.

En réaction à cette majoration, nous avons constitué un collectif de femmes pour défendre notre droit à un accès égal et solidaire à la santé.
Malgré plusieurs interpellations du laboratoire et de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie 35, il n'existe toujours pas de solutions pour que les femmes d'Ille-et-Vilaine puissent bénéficier d'un accès facilité, sans avoir à régler 7,60€ supplémentaires pour la réalisation de leur frottis.

La situation rennaise, n'est malheureusement pas isolée en France.
Nous nous sommes donc réjouies de l'annonce d'une prise à charge à 100% de ce dépistage.

Cependant, nous vous demandons Madame la Ministre, Monsieur le Premier Ministre :
- de clarifier au plus vite les mesures d'application du dépistage organisé du cancer du col de l'utérus afin que toutes les femmes puissent en bénéficier, sans conditions
- de garantir les moyens mis en place pour réaliser ce dépistage de façon juste et solidaire grâce à une prise en charge intégrale par l'Assurance Maladie Obligatoire,
- d'interdire les dépassements d'honoraires sur des actes de dépistage ; ces derniers aggravants les inégalités sociales de santé.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer Madame la Ministre, Monsieur le Premier Ministre, nos respectueuses salutations.

Le collectif L'Utéruse

avec le soutien de :
Planning Familial 35
Osez le féminisme 35
Questions d'égalité
Les Effronté·es Rennes
Si on s'alliait ?



Collectif l'Utéruse compte sur vous aujourd'hui

Collectif l'Utéruse a besoin de votre aide pour sa pétition “Danger sur la santé des femmes : que les pouvoirs publics passent de la parole aux actes !”. Rejoignez Collectif l'Utéruse et 323 signataires.