Non à la compromission ! La Ligue Islamique Mondiale (LIM) n’a rien à faire à Paris

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


La Ligue islamique mondiale n’a rien à faire à Paris et l’exécutif français ne doit pas légitimer le régime saoudien criminel 

Nous lançons un appel à chaque citoyen libre, soucieux des valeurs de la République française, respectueux de la mémoire des victimes du terrorisme, sensible au sort que réservent les islamistes aux femmes, aux minorités religieuses et sexuelles et solidaire avec les militantes et les militants saoudiens persécutés et torturés, afin qu’il interpelle le gouvernement français pour que celui-ci ne participe pas à légitimer les représentants du salafisme.

Le gouvernement français, à travers la Fondation de l’islam de France, dirigée par Ghaleb Bencheikh s’apprête à accueillir, le 17 septembre 2019, le Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM), vitrine religieuse de la monarchie criminelle d’Arabie Saoudite pour lui offrir une tribune visant à légitimer cette instance.
À travers cette organisation, l’Arabie Saoudite tente, en effet, de redorer son image, notamment après l’assassinat particulièrement sordide d’un journaliste, Jamal Khashoggi, dans une représentation diplomatique saoudienne en Turquie.
En instrumentalisation notamment le dialogue inter-religieux, l’Arabie Saoudite essaye de normaliser son image et faire oublier ce qui la caractérise.
Pour mener à bien cette entreprise scandaleuse, les autres communautés religieuses (juifs, catholiques, protestants) sont instrumentalisées à travers leurs représentants afin de faire croire que l’Arabie Saoudite serait partie prenante de ce dialogue et, par ailleurs, un partenaire sérieux pour la paix et le refus de l’extrémisme. Le soutien de cette ligue à la politique criminelle de Mohamed Ben Selmane, le prince héritier, que ce soit en interne, que ce soit dans sa guerre au Yémen n’est pas évoqué.

Qu’est-ce la Ligue islamique Mondiale ? Créée, au début des années 1960, conjointement avec plusieurs figures des Frères musulmans dont Said Ramadan, Abu Al Al-Mawdoudi ou Hadj Amine El-Husseïni, l’ancien allié d’Hitler, cette organisation saoudienne prosélyte a financé la diffusion du salafisme et du djihadisme durant les cinquante dernière années. Elle a dépensé, selon des estimations gouvernementales, près de 100 milliards de dollars en cinquante ans pour réislamiser les sociétés musulmanes et ainsi par prolongement les communautés installées en Occident et distiller le virus salafiste.
Pour comprendre la radicalisation des jeunes dans les quartiers européens, l’extrémisme qui ronge le monde arabo-musulman, l’intolérance, l’archaïsme, la banalisation du voile, la montée de l’antisémitisme et de l’homophobie, l’explosion du terrorisme à travers le monde depuis les années 1980, il faut revoir et comprendre à la fois l’histoire des Frères musulmans et celle de la LIM.
La présence du représentant de la LIM, Mohammed Al-Issa, dans une rencontre organisée sous l’égide de la France, dans un palais de la République française constitue un grave précédent. Nous ne sommes plus dans le pragmatisme diplomatique ou économique. Il s’agit désormais de compromission idéologique.
D’ailleurs un «mémorandum» sera signé à l’issue de la rencontre. Le grand rabbin de France, un Évêque et un représentant des protestants signeront pour leur «communauté» respective. Pour les musulmans de France c’est le secrétaire générale de la LIM qui apposera sa signature. Cette grave instrumentalisation des musulmans de France est elle-même un événement d’une extrême gravité. Comment peut-on prétendre vouloir couper les jeunes notamment de l’influence de ces théocraties et offrir une telle tribune au représentant du salafisme ?
Il est curieux que toutes les organisations dites « représentatives » de l’islam de France, à commencer par le CFCM, dont l’existence a été voulue et imposée pourtant par les pouvoirs publics, soient exclues de cette rencontre.

Par conséquent, nous demandons aux responsables français et aux représentants de tous les cultes de ne pas participer à cette rencontre, car la meilleure façon de créer un amalgame entre les musulmans et les salafistes est de faire croire que l’Arabie Saoudite serait, d’une manière ou d’une autre, représentative des Français musulmans.