Appel pour un comité de défense de la turbine à gaz dans le Territoire de Belfort

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


La vérité peu à peu se fait jour : non seulement le marché de la filière des turbines à gaz ne s'effondre pas, mais elle a un bel avenir, avec la montée en puissance des énergies renouvelables.

La décision de General Electric est motivée uniquement par l'exigence de rentabilité financière immédiate du fond d'investissement Trian qui en a pris le contrôle en 2016. Ce désengagement sur le territoire de Belfort est aussi l'occasion pour la multinationale de rapatrier quelques activités sur un site américain actuellement sans commandes, dans le cadre de la politique «America first» de Donald Trump.

Nous ne pouvons laisser détruire des vies, un territoire, une filière stratégique pour la France et l'Europe.

Nous ne pouvons nous en remettre aux promesses chimériques d'une diversification qui n'a pas la moindre perspective de réalisation à court terme.

Nous ne pouvons laisser les salariés et leurs syndicats seuls face à un gouvernement et une multinationale qui agissent actuellement main dans la main.

Mais tous ensemble, nous pouvons créer la force qui fasse respecter l'intérêt des salarié.e.s, des habitant.e.s du territoire de Belfort, de l’aire urbaine, et du pays tout entier.

Nous appelons à constituer un «Comité de défense de la turbine à gaz dans le territoire de Belfort », pour faire entendre la voix des citoyen.ne.s, agir collectivement et peser sur un avenir qui nous concerne tou.te.s.


Voulez-vous partager la pétition ?