Appel Urgent Face à la Violation des Droits de L'homme en Colombie

Appel Urgent Face à la Violation des Droits de L'homme en Colombie

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Assemblée Citoyenne De Français et de Colombiens résidents en France a lancé cette pétition adressée à Cours européenne des droits de l'homme et à

Face à la gravité de la situation humanitaire dans le pays, nous, une assemblée citoyenne en France regroupant français et colombiens résidents en France, lançons un appel à tous.tes pour dénoncer les crimes contre l'humanité en cours en Colombie. 

Depuis le 28 avril 2021, en répondant à un appel à la Grève Nationale, les citoyen.ne.s colombien.ne.s manifestent contre les projets de loi de la réforme fiscale, de la réforme de santé publique et de la réforme des retraites, et exigent que soient suivis l’application des Accords de Paix signés en 2016. Le peuple dénonce avec force la corruption et les assassinats sélectifs en masse des leaders sociaux, opposants politiques, syndicalistes, activistes hommes et femmes, à travers tout le pays, en demandant que justice soit rendue.

Depuis lors, la seule réponse du gouvernement a été la répression violente pour faire taire la population, ainsi provoquant une vague de terreur sanglante. Cette escalade de violence gouvernementale évolue chaque jour et se dirige vers une violence extrême similaire aux situations de guerre que l’on a pu connaître par le passé. Violences au cours desquelles on a pu voir des images de groupes armés (paramilitaires) ou de police, menaçant, agressant et tuant la population civile.

La ville de Cali, qui est malheureusement l’emblème de cette violence d’Etat, où les forces de l’ordre y ont tué 31 personnes (71 personnes au total au niveau national, chiffres Indepaz au 31/05/2021). Bilan auquel il faut ajouter 10 membres des communautés indigènes, qui venaient dans la ville se joindre pacifiquement aux manifestations et qui ont été blessés par des « civils » lourdement armés, sous le regard complice de la police. Plusieurs dénonciations d’assassinats, de violence corporelle incluant de graves lésions oculaires, des disparition forcées, des viols, des tortures ont été émises par la communauté civil et ce dans tout le pays, envers les agents de la Police Nationale et de l’ESMAD (CRS colombiens). Pour le moment aucune enquête officielle n’est ouverte.

Dans ce sens, nous demandons au Gouvernement National et la Force Publique, dirigés par le président Iván Duque, que la sentence de tutelle de la Cour Suprême de septembre 2020 soit strictement accomplie : elle ordonne aux autorités d’adopter des protocoles pour s'abstenir de l’usage excessif (et illégitime) de la force contre le droit à la manifestation pacifique. Selon les standards internationaux, les institutions gouvernementales responsables de faire respecter la loi ont l’obligation de protéger la vie, en plus de garantir la sécurité de toutes les personnes dans le cadre d’une manifestation sociale.

Nous appelons à la démilitarisation des villes et à l’ouverture au dialogue pour que soit mené l’éclaircissement sur ces faits violents et inacceptables, que le gouvernement s’obstine à nier, alors que le monde entier en est témoin. Le gouvernement se doit de négocier avec tous les secteurs sociaux, sans exception, pour pouvoir sortir de cette crise humanitaire.

Nous appelons à l’aide internationale pour faire cesser cette terrible violation des droits humains. Nous demandons à l’ONU et ses différents organes, en particulier au Conseil de Sécurité, qu’ils interviennent en Colombie pour que cessent le massacre et l’évidente érosion de ses institutions.

Nous  demandons  aux  organisations  de  défense  de  droits  humains  et  aux  organisations  de coopération internationale françaises et européennes de s’adresser au gouvernement colombien afin d’exiger le respect de l’État de droit, des libertés publiques et individuelles et que les accords de paix soit respecté.

Nous sollicitons l’intervention des responsables politiques ainsi que les autorités du gouvernement français et européen pour demander à l’État colombien le respect des droits à la personne comme condition pour leur soutien économique. L’une des conditions de l'adhésion de la Colombie au sein de l'OCDE est l’amélioration des protections sociales, donc nous souhaitons que les évènements actuels remettent immédiatement en question le maintien de la Colombie dans cette organisation. Et que la Colombie soit retirée de la catégorie de partenaire (global partner) de l'OTAN.

Nous pensons que les droits humains doivent être au centre de la gestion de cette crise. Et nous espérons fortement pouvoir compter sur vous et votre soutien afin de contribuer à la résolution de cette crise en Colombie.  

Les membres d'une Assemblée citoyenne de Colombien.nes résidant en France et de leur amis Français.es.

Indepaz,

Reportage Vice (Sous titres Anglais)

Reportage Brut (Francais) 

Explication de la situation politique en Colombie par France Culture 

#soscolombia 

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !