Corridas : Stop à la souffrance en 2018 !

0 a signé. Allez jusqu'à 150 000 !


Je m’appelle Christophe Thomas et je vis en Bretagne. Tout a commencé à l’âge de 7 ou 8 ans, après avoir vu un tapis-mural représentant une scène de corrida, et que je me sois fait une promesse de gosse, "un jour, je sauverai un taureau de corrida".

30 ans plus tard c'était chose faite avec l’acquisition de Fadjen, un taureau de combat espagnol. Après de longues recherches, le 10 mars 2010, un veau espagnol, Fadjen, quittait le Sud de la France pour la Bretagne. L’éleveur espagnol m’avait prévenu : “tu verras, si tu t’en occupes bien, il sera encore plus fidèle que ton chien”.

Il avait raison ! J’ai donné beaucoup d’amour à Fadjen et petit à petit, il m’a accordé sa confiance. Aujourd’hui, Fadjen est devenu un fidèle compagnon.

Où est “le fauve” dangereux qui ne pense qu'à tuer ? Où est l’animal sauvage qu’on ne peut pas approcher ? Le taureau n’est pas un animal dangereux, mais un animal qui ne demande que la compagnie et la présence de l’homme.

Aujourd'hui, j'ai décidé de me mobiliser pour sauver d'autres taureaux. Pour que le destin de Fadjen soit celui de tous les taureaux.

Pour cela c'est très simple : il suffirait de supprimer un tout petit alinéa dans l'article 521-1 du code pénal. Par la suppression de cet alinéas, les blessures et mises à mort ne pourront plus être pratiquées sur les taureaux lors des corridas.

La science nous a appris énormément de choses sur la capacité des animaux à sentir et ressentir les choses, il est donc anormal qu'en 2017 les corridas avec blessures et mises à mort des taureaux soit encore pratiquées sur le territoire français.

Cette nouvelle corrida sans effusion de sang peut être pratiquée dès la prochaine saison tauromachique de 2018.

Pour ce faire, il suffit de retirer le fer de la pique du picador, de retirer la partie métallique des banderilles et pour le troisième "tercio", simuler le faite de planter l'épée dans le corps de l'animal, utiliser le plat de la main comme lors de "l'indulto" (la grâce du taureau) comme c'est déjà pratiqué parfois en France.

Elle ne demande :

  1. aucun aménagement des établissements déjà existants.
  2. aucune formation des professionnels déjà existants.
  3. aucune subvention.

Signez la pétition et partagez la autour de vous pour mettre fin à la souffrance dans les corridas dès 2018 !



Christophe compte sur vous aujourd'hui

Christophe THOMAS a besoin de votre aide pour sa pétition “Corridas : Stop à la souffrance en 2018 ! #corrida”. Rejoignez Christophe et 105 049 signataires.