Contre les méthodes inadmissibles et l'enfermement abusif de l'hôpital Pierre Janet

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Je m'appelle Aude Chapelle (nom d'auteure). Il y a maintenant plus de 2 ans que je suis en dépression suite à un passé très douloureux : j'ai été frappée, violée, humiliée, salie par mon ex compagnon, mais aussi à cause du travail et des problèmes d'ordre privé. J'avais commencé en mi-mai 2016 à être suivi par un psychiatre qui travaille dans une clinique psychiatrique près d'Octeville Sur Mer, psychiatre qui a très mauvaise réputation auprès des patients et de certains médecins psychiatres et il m'a prise en grippe à partir de septembre 2016. Quand j'ai voulu changer de psychiatre, car j'étais hospitalisée dans cette clinique une première fois de mi-mai à fin juin 2016 et une deuxième fois de début septembre au 24 octobre 2016, il l'a mal pris et a pris la décision de me transférer à l'hôpital Pierre Janet au Havre où j'ai été victime d'un enfermement abusif. Les méthodes de cette hôpital sont inadmissibles et les conditions de vies honteuses. Je n'y avait pas ma place, j'ai vécu un véritable enfer, un véritable cauchemar, cela m'a profondément choquée. C'est un endroit carcéral, terrorisant et humiliant. Les psychiatres sont incompétents pour la plupart d'entre eux, car ils jugent les gens sans même prendre le temps de les connaître. Au début, je voyais chaque jour un psychiatre différent. Je me rappelle du premier que j'ai vu car il m'a dit ce jour là je cite "je ferais tout pour que vous ne sortiez jamais d'ici", il a déformé toutes les paroles que le psychiatre de la clinique lui avait dis et avait inventé des choses qui n'avais jamais été dites. Quand je suis arrivée, ils ont appelés le père de ma fille pour signer une feuille d'hospitalisation, et quand il est venu la signer ils lui ont cacher qu'en fait il signait une contrainte. Quand il l'a appris, lui et mes amis, ont tout tenter pour me faire sortir en vain, mon médecin traitant aussi, mais sachant qu'un médecin généraliste n'a pas de poids contre un psychiatre il ne pouvait rien faire. J'ai été transférée 3 fois de bâtiment, j'ai été en UP (unité protégée) dans ces 3 bâtiments. En UP, c'est toute la journée en pyjama bleu, enfermé dans les chambres, on vous ouvre la porte que pour manger, les médicaments et l'heure de la cigarette, pas le droit de prendre l'air frais, des conditions inhumaines. Entendre des patients avec de graves troubles psychiatriques tambouriner toute la journée à leur porte de chambre, pas le droit aux visites, ni au téléphone portable. Ils rajoutent des traitements sans même en parler aux patients. Après quand je suis sortie de l'UP, toujours pas le droit au téléphone portable. Privée de ma liberté et de ma fille. Toutes les pathologies sont mélangées car ils fonctionnent par secteur d'habitation. Quand je suis sortie le 5 janvier 2017 en contrat de soin, que je respectais d'ailleurs, je voyais un psychiatre à l'extérieur, je prenais mes traitements, mais pour eux je ne le respectais pas car je n'allais pas voir un psychiatre de chez eux, mais je ne pouvais pas remettre un pied dans cette hôpital car j'avais peur, j'ai été choquée et terrifiée et je faisais des cauchemars tout les jours. Ils m'avais jugée sans me connaître, sans connaître mon passé, mon histoire, mes coups durs et mes souffrances et ils se sont permis de m'inventer des pathologies sur le dos, ils disaient aussi que j'avais de graves troubles psychiatriques, donc ils m'ont harcelée de janvier à mi-mars 2017 en envoyant des infirmiers à mon domicile et aussi la police. Jusqu'au jour où ils ont réussis à me retrouver. Donc j'y suis retournée de force mi-mars 2017 et là je suis retournée en UP, mais il y avait un nouveau psychiatre, un remplaçant qui a su me donner confiance en lui et à qui j'ai pu me confier. Il a compris qui j'étais réellement, il a levé la contrainte et a contredit les diagnostics des autres psychiatres incompétents qui me jugeaient sans me connaître. Les infirmières ne sont jamais dans leurs bureaux. Donc j'ai pris la décision de faire cette pétition car je suis sûre que je ne suis pas la seule dans le même cas et je trouve inadmissible les conditions de vies et de soins de l'hôpital Pierre Janet au Havre. Ce qui devrait changer c'est : avoir plus de personnels (infirmières, aide-soignants), avoir des psychiatres compétents qui prennent le temps de connaître avant de juger les patients et de voir les patients tous les jours, car ce n'est pas en voyant un patient 2 ou 3 fois qu'un psychiatre peut connaître, arrêter de fonctionner par secteur d'habitation mais plutôt par pathologies, donner un peu plus de liberté aux patients qui ne sont pas un danger pour la société et améliorer les conditions de vie des patients. De mon côté je vais déposer plainte auprès du procureur de la république du Havre pour enfermement abusif et erreur médicale. Je continuerai à ma battre pour ça car d'avoir été enfermée abusivement dans cet endroit, au lieu de remonter la pente, cela me l'a fais redescendre encore plus. J'en fais toujours des cauchemars. Alors je vous demande, s'il vous plaît de bien vouloir signer cette pétition pour que tout cela change.



Aude compte sur vous aujourd'hui

Aude CHAPELLE a besoin de votre aide pour sa pétition “Contre les méthodes inadmissibles et l'enfermement abusif de l'hôpital Pierre Janet”. Rejoignez Aude et 483 signataires.