NON au parc éolien à Our

NON au parc éolien à Our

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
NON au projet éolien à Our a lancé cette pétition adressée à Commune de Paliseul et à

En notre qualité de citoyens, riverains, touristes nous protestons contre le projet d’Engie qui vise l’implantation et l’exploitation d’un parc de 5 éoliennes de 180m de hauteur et d’une puissance de plus de 4 MW à Our, un des plus beaux villages de Wallonie, sur la commune de Paliseul.

1. L’endroit d’implantation du projet est incohérent :

-          Les 5 éoliennes se localisent dans une Zone de contrainte d’exclusion intégrale d’après la cartographie positive des zones favorables à l’implantation d’éoliennes et disposant d’un potentiel de vent suffisant par Gembloux Agro-Bio Tech de l’Université de Liège.

-          Le projet s’inscrit dans un paysage à protéger, comme défini par la Convention Européenne du Paysage (Florence,2000), en vigueur sur le territoire belge depuis 2005.

-          Présence d’habitation isolée. Des habitants d’Our sont installés à moins de 700m d’une des éoliennes projetées, 100% des habitations d’Our sont à moins de 1750m du projet.

-          Présence de proximité aux lisières de forêt, de peuplement de résineux et de feuillus.

-          L’implantation de la société Thomas & Piron aux alentours ne peut justifier le choix de cet endroit étant donné qu’il a été reconnu dans l’enquête d’incidence que la présence de l’entreprise « Thomas & Piron » ne dénature pas l’aspect calme et rural de l’entité d’Our.

-          Situation dans une zone d’exercices militaires à basse altitude.

-          19.1 km de tranchées et de câbles nécessaires pour effectuer la liaison électrique au poste de raccordement de Fays-les-Veneurs.

-          L’inter distance de 6km avec un projet éolien à proximité n’est pas respectée.

Ce projet de parc éolien apparaît discordant au sein d’un des plus beaux villages de Wallonie.

2. Destruction irréversible du magnifique paysage d’un des plus beaux villages de Wallonie : Our


-          Présence de plusieurs périmètres d’intérêt paysager ADESA de la Vallée de l’Our avec modification importante de ceux-ci.

-          Plusieurs points et lignes de vue remarquables seront modifiés de façon importante. Les principaux sont la vallée de l’Our et le village d’Opont.

-          Le cadre paysager autour du patrimoine monumental se verra modifié et plus particulièrement pour l’Eglise Saint Laurent à Our classée au patrimoine culturel et immobilier de la Wallonie qui se trouvera juste en face à la ligne d’éolienne.

Ce projet va à l’encontre du cadre de référence de la Région Wallonne qui attire l’attention sur « le maintien d’un cadre de vie de qualité et la protection de paysages remarquables », la « ressource favorable à l’activité économique et à la création d’emploi » et de la Convention Européenne du Paysage (Florence, 2000), en vigueur sur le territoire belge depuis 2005, afin de « promouvoir la protection des paysages ». Dans le cas qui nous occupe, le projet s’inscrit dans un paysage à protéger, la Vallée de l’Our sera modifiée de manière importante si le parc éolien y est implanté à 700m. L’impact de ce parc éolien est disproportionné en termes de qualité de vie, d’impact paysager et environnemental. Il va dénaturer et perturber la qualité du paysage de la Vallée de l’Our.

3. L’implantation et le fonctionnement de ce parc éolien causera des dommages irrémédiables à la biodiversité.


-          La zone du projet de parc éolien fait partie d’un couloir migratoire. Elle est caractérisée par un passage intensif avec de nombreux individus, pour une diversité d’espèces élevée dont plus d’une dizaine d’intérêt communautaire. Le site du projet est également très intéressant en ce qui concerne les haltes migratoires.

-          L’EIE reconnait un impact moyen en période de nidification sur l’Alouette des champs, la Buse variable, la Linotte mélodieuse, le Milan royal, la Pie-grièche écorcheur, le Pigeon ramier et les Strigiformes. Un impact moyen est également attendu sur la Grue cendrée et l’ensemble des oiseaux migrateurs en période migratoire. Un impact fort du projet est à prévoir sur la Pipistrelle commune, la Pipistrelle de Nathusius, la Noctule de Lesilier et la Noctule commune.

-          Le balisage diurne et nocturne, obligatoire (en raison de la situation du parc en zone d’exercices militaires aériens à basse altitude) augmentera l’attractivité de la zone du rotor pour certaines espèces attirées par les éclairages artificiels.

-          Leurs populations pourraient être réduite par la construction de ces 5 gigantesques éoliennes, ce qui, une fois de plus, est en contradiction avec le Cadre de référence de la Région Wallonne qui recommande de prendre en considération « le principe de précaution par rapport aux espèces protégées au sens des directives européennes »

-          L’EIE n’a pas réalisé d’étude sur les amphibiens, les invertébrés, les annélides, les insectes qui font l’objet d’une protection stricte en Wallonie.

-          L’impact cumulatif avec d’autres parcs éoliens n’a pas encore été analysé.

-          Les informations sur l’impact de ces implantations sur la faune de nos forêts locales restent limitées. Il est tout de même admis qu’un impact lié au dérangement est possible. Aurons-nous encore la chance d’entendre le brâme du cerf, de photographier le gibier dans son espace naturel ?

-          Une plante rare et protégée est présente à deux endroits au sein du périmètre de 500m, l’Orobanche du genêt.

-          Nous déplorons également que si mesures conservatoires il y a, celles-ci ne seront pas appliquées dans le village d’Our. Ces dernières sont très légères par rapport aux espèces recensées dans la zone du projet.

4. Le bien-être et à la santé des habitants, des touristes et du personnel de l'entreprise toute proche (+- 400 personnes) sont mis en danger


           a. Les nuisances sonores
-          L’enquête d’incidence reconnait clairement que le projet de parc éolien s’inscrit dans un milieu très calme. Le village d’Our est situé à proximité du parc éolien projeté et sera directement concerné par les émissions sonores des éoliennes. Dans le périmètre d’étude, l’EIE mentionne que le bruit particulier des éoliennes sera perceptible, nettement perceptible et identifiable.

-          L’effet cuvette du village est ignoré dans l’étude. Cette configuration fait penser à un amphithéâtre. Les Romains de l’antiquité avaient bien compris comment l'exploiter pour ces propriétés acoustiques et de résonance.

-          Les bienfaits de notre nature et des « blues spaces » dont le village d’Our et ses environs regorgent sont compromis.

-          Aucune simulation artificielle et enregistrement n’a été effectué afin de faire prendre conscience aux habitants et touristes de l’impact réel du projet.

-          Les habitations rue de la Besace n’ont pas été testées durant l’étude alors qu’à quelques dizaines de mètres de là, les niveaux de bruit maximum attendus sont supérieurs aux valeurs limites.

-          Notons que pour l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé le sommeil est perturbé si le bruit ambiant dépasse 35dB. D’après les dernières informations communiquées par Engie, le bridage des éoliennes ne serait plus obligatoire dans le cadre de ce projet. Alors que les nuisances, elles sont bien réelles. La qualité de sommeil des habitants et des clients hôteliers est mise en péril !

-          L’EIE compare les infra sons que provoqueront les éoliennes à l’intérieur d’une voiture roulant à 130km/h.

           b. Les nuisances visuelles
-          Les 5 éoliennes ont une altitude plus haute que le centre du Village. La différence ajoutée aux 180m des éoliennes induira un effet de dominance des éoliennes dans le paysage.

-          De nombreux villages seront impactés au niveau visuel, d’autant plus que le balisage sera obligatoire de jour comme de nuit et renforcera la gêne occasionnée pour les riverains. Citons les principaux villages concernés : l’ensemble de Beth, Opont, Maissin, Villance, Redu, Naomé, Séchery, Anloy, Transinne, Porcheresse, Gembes, Frêne, Framont, Paliseul, Graide, Daverdisse, etc.

-          Les reportages et montages photographiques présentés ne reflètent en aucun cas la réalité. Nous déplorons les prises de vue limitées comme si l’être humain avait une vision statique lorsqu’il regarde un panorama.

-          La saisonnalité des paysages n’est pas prise en considération. Quelle sera cette visibilité en automne et en hiver lorsque les arbres seront dépourvus de feuillages ? Aucun impact à ce niveau n’a été évalué.

-          La végétation et les crêtes boisées qui pourraient aider à réduire la visibilité ne sont pas garanties dans le temps.

-          Le risque de saturation visuelle est bien présent pour certaines habitations du village d’Our. En effet, la notion d’encerclement est bien présente.

La défiguration du paysage, constitue, par son retentissement psychologique et la dévalorisation immobilière qu’elle entraîne une nuisance réelle.

           c. Les effets stroboscopiques
-          Les effets stroboscopiques seront bien présents pour une partie des habitants du village. De plus en plus d’études sont en train de s’intéresser à ces effets négatifs sur la santé de l’homme.

           d. Le balisage
-          L’enquête d’incidence révèle que « la visibilité sera accentuée par la présence d’un balisage de jour et de nuit en raison de la situation du parc en zone d’exercices militaires aériens à basse altitude. »

-       Chaque éolienne porterait deux sources de flashs, ils émettent 80 flashs par minute (2X40) visibles sur 360°, avec une portée d'environ 20km, ce qui fait une surface de plus de 1200km2 par machine

« Ce balisage renforcera la visibilité diurne des éoliennes. Il implique également une visibilité nocturne importante du fait du clignotement du feu rouge et provoquera une gêne pour les riverains dont les habitations sont orientées vers les éoliennes »

D’après l’EIE, les signaux lumineux périodiques tels que le balisage d’obstacles des éoliennes peuvent agir comme des facteurs de stress, en raison notamment de l’attraction visuelle qu’ils exercent.

De trop nombreux habitants vont être impactés par cette nuisance ! D’autant plus, que lors de la séance d’information donnée par Engie en date du 27/05/21, il a été notifié que la réduction du balisage n’existait pas sur les éoliennes de 180m.

Quelles sont les garanties que les seuils de tolérances soient respectés pour l’ensemble des habitants du village ? Avec autant de bridage à mettre en place, nous nous interrogeons sur le réel intérêt de la localisation du projet.

Nous estimons que le bien-être et la santé des habitants d’Our, du personnel de l'entreprise Thomas & Piron (nous parlons tout de même d’environ 250 travailleurs), des habitants des villages voisins et des touristes doivent passer avant toute autre considération.

Nous rappelons au passage que l’académie de médecine française demandait dans son rapport de 2006 « de suspendre à titre conservatoire la construction d’éoliennes d’une puissance supérieure à 2,5 MW à moins de 1500 mètres des habitations ».

5. Impact négatif sur le tourisme


-          La pollution sonore et visuelle nuit au tourisme, activité économique capitale du village d’Our et de ses villages avoisinants (Daverdisse, Lesse, Redu, Porcheresse, Maissin, Opont, etc). Notre région typique et rurale abrite de nombreux hôtels, gîtes, chambres d’hôtes et restaurants.

-          La Table de Maxime, restaurant doublement étoilé au guide Michelin fait partie du patrimoine belge. Les établissements de Maxime Collard se trouvent au cœur même du Village d’Our. Sa clientèle exigeante recherche le calme, la quiétude, l’exceptionnel milieu naturel qu’offre la vallée de l’Our.  La rivière se montre ici sous son plus beau jour et rend cet endroit comme l'un des plus paisibles de l'Ardenne. Les nuisances visuelles et encore plus sonores de jour comme de nuit auront un impact plus que négatif sur ses établissements !

-          Notons que l’EIE s’est basée sur des chiffres de 2008 pour réaliser son étude sur le plan socio-économique. Le tourisme des environs s’est réellement développé à partir de 2009. Cela représente un énorme biais dans cette étude.

-          De nombreuses balades pédestres et cyclables verront une modification importante de leur cadre paysager depuis leurs circuits : le Grand Roli, la Pichelotte, l'itinéraire GTA « la Transardennaise », le sentier de Grande Randonnée, etc.

Ce tourisme est important et fait vivre de nombreux habitants qui peuvent légitimement craindre une perte de revenus, des plaintes de clients, etc.  en cas de réalisation de ce projet.

Nous déplorons par conséquent une incompatibilité de l’implantation d’éoliennes avec le développement économique de la région fondé sur le tourisme (Our, plus beau village de Wallonie ; Les établissements de Maxime Collard, doublement étoilé au guide Michelin ; des secondes résidences du village et des villages avoisinants, Redu, village du livre, etc).

6. Dépréciation de la valeur des biens immobiliers de la région.


-          Il apparaît que les terrains et les maisons situés aux abords d’un parc éolien ont été dévalués de 10% à 30%. Une dépréciation moyenne de 20% a généralement été établie et acceptée par les observateurs neutres. Chaque bâtiment aurait une perte pouvant aller de 10% jusqu’à 50% en fonction de sa proximité avec les éoliennes.

7. Nombreux impacts pour les villages durant la phase de construction


-          Pic pouvant aller jusqu’à 60 camions par jour sur l’axe E411 – Libin – Villance – Maissin - Our

-          Nuisances conséquentes en termes d’émissions sonores et de vibrations pour les habitations situées le long de l’itinéraire.

-          Modification de la voirie publique

-          Aucune certitude sur l’impact du transport d’énergie (électrique, gaz, eau)

8. EIE montre de multiples incohérences, contradictions, incertitudes et questions sans réponse.


-          L’impact sur la télécommunication des riverains reste floue

-          Manque d’avis préalable officiel de l’ESA concernant l’implantation d’une nouvelle antenne Telenet (GSM + faisceau hertzien) au niveau de la tour de communication de l’ESA. Le faisceau réceptionné par cette antenne pointerait, au-delà de l’antenne, en direction du parc éolien en projet. Le risque serait que ces faisceaux soient renvoyés par les pales des éoliennes et perturbent les instruments de l’ESA.

-         Contradiction sur le bridage entre l’EIE et les informations données par Engie

-        ...

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !