English Follows

L’accident qui a eu lieu le samedi 28 avril 2012 dans le Vieux Montréal où une femme a été blessée et hospitalisée après que le cheval tirant la calèche dans laquelle elle prenait place ait paniqué, n’était pas surprenant. Dans la nature, les chevaux sont des proies – c’est pourquoi ils sont si facilement effrayés. Bien qu’imprévisible.

Il a déjà été proposé à Montréal dans les années 80 que les cochers qui souhaitent obtenir des permis devraient se soumettre à une évaluation théorique et pratique, planifiée et mise en œuvre par une autorité compétente; cependant, depuis rien n’a été fait. Presque trente ans plus tard, nous attendons toujours que des améliorations soient apportées. Majoritairement, les cochers et propriétaires de chevaux ne respectent pas la règlementation, et les inspecteurs ne veillent pas à ce qu’elle soit appliquée.

Nous avons atteint la limite de notre patience; il est grand temps de retirer les chevaux des rues de la ville, où ils n’auraient jamais dû se trouver de toute manière.

Voici une éloquente citation d’Elizabeth Forel, militante anti-calèches de la ville de New York : « Les chevaux ont toujours été des victimes. On les emmène tout bonnement à la guerre, ou on les tue au travail; on les utilise comme des jouets dans les rodéos, dans les courses ou dans l’industrie inhumaine des calèches urbaines. »

Toronto, Beijing, London, Reno, Santa Fe, Las Vegas, Palm Beach, Paris et d’autres grandes villes ont enrayé l’industrie des calèches dans les zones urbaines et celle-ci est dénoncée à plusieurs endroits dans le monde.

Cette industrie est absolument inhumaine et grandement dangereuse. L’heure est venue d’interdire l’usage des chevaux de calèche à Montréal.

***
On Saturday, April 28, 2012, a woman was injured and hospitalized after the horse pulling the caleche she was riding spooked and ran through the streets of Old Montreal with her in the carriage and no driver. As prey animals, horses spook easily, which makes their presence on city streets dangerous for both the animals and humans.

It was proposed in the 80s that the caleches drivers wishing to obtain a permit were to be subject to theory and practice evaluation organized and led by a competent body, but nothing has changed.
After almost 30 years we are still waiting for improvements which will never come. Horse-drawn carriage owners and drivers often do not comply with the regulations and inspectors fail to have them enforced.

It is time to stop being patient and to finally get the horses off the streets where they never belonged in the first place.

Elizabeth Forel, fellow campaigner in NYC, states "Horses have always been the innocent victims – whether taken to war without a choice and worked to death; or used in rodeos, horse racing or New York City’s inhumane horse-drawn carriage industry."

Toronto, Beijing, London, Reno Santa Fe, Las Vegas, Palm Beach and many other cities have eliminated the carriage trade in urban areas and it is being contested in many places around the world.

This trade is inherently inhumane and dangerous. The time has come to put a ban on the use of the horse-drawn carriages in Montréal.

***

For more information:

https://www.facebook.com/anticalechedefensecoalition

http://anti-calechedefensecoalition.blogspot.ca

Please also sign and share our other petition:

http://www.change.org/petitions/ask-nbc-today-show-to-broadcast-an-educational-episode-about-the-cal%C3%A8ches-in-montr%C3%A9al

 

Letter to
Tourism Montréal
Mayor of Montreal Denis Coderre
Chef de divison - Circulation et inspection du domaine public - Arrondissement de Ville-Marie Monsieur Driss Ezzaher
and 1 other
Ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation Pierre Paradis
I just signed the following petition addressed to: Mayor of Montréal and Executive Committee; Québec Ministry of Tourism.

----------------
Ban the carriage trade in Montreal - Regulate a humane horse disposition

English Follows

CONSIDÉRANT QUE :

Les chevaux sont facilement effrayés et peuvent potentiellement causer des accidents sérieux, des blessures et même la mort de d’autres chevaux ou d’êtres humains. Leur nature imprévisible et leur taille en font des menaces pour la circulation.
 
L’usure causée à leurs pattes et à leurs corps par la dureté des pavés tend à rendre les chevaux boîteux et ceux-ci doivent être sous médication pour travailler.
 
Les chevaux doivent souvent travailler dans une chaleur extrême, jusqu’à 30 degrés Celcius (sans tenir compte de l’humidité ambiante).
 
La congestion sur les rues causée par la surabondance de véhicules motorisés, particulièrement dans le secteur du Vieux Montréal, engendre des maladies respiratoires chez les chevaux. Des véhicules du 18ème siècle n’ont pas leur place dans une ville congestionnée du 21ème siècle, où il peut survenir divers accidents à tout moment.
 
 Les cochers les plus acharnés font le plus d’argent – plus d’heures le cheval travaille, plus il est rentable.

Les chevaux doivent tirer des charges très lourdes pendant de longues heures, car les cochers ne respectent pas la règlementation en vigueur et/ou, celle-ci n’est pas appliquée par la Ville de Montréal.
 
Aucune limite d’âge n’est imposée sur les chevaux de calèches.
 
Les écuries ne répondent pas aux normes minimales pour le bien-être des chevaux.

Il ne semble exister aucune règlementation en ce qui concerne les chevaux de calèche retraités; leur carrière se termine souvent à l’abattoir.

Toronto, Beijing, London, Reno, Santa Fe, Las Vegas, Palm Beach, Paris et plusieurs autres grandes villes du monde ont enrayé le commerce des calèches et celui-ci est fortement contesté partout dans le monde.
 
PAR CONSÉQUENT, nous, signataires de cette Pétition, exigeons que:
- le commerce des calèches soit interdit sur les rues de Montréal;
- il y a une reglementation pour la disposition humaine des chevaux de calèche retraités dans la manière suivante :

    A. Un avis de transfert de propriété ou toute autre revente d’un cheval sous licence doit être déposé dans les CINQ (5) jours suivant la transaction. Cet avis devra comprendre la date de la transaction, ainsi que les noms et coordonnées de l’acheteur et toute autre information susceptible d’être requise par les autorités policières.
     B. Tout cheval devra être revendu ou transféré avec compassion, ce qui implique, pour les besoins de ce sous-chapitre, qu’une des actions suivantes soit effectuée :
 1. Le propriétaire du cheval doit le revendre ou en faire don à une personne qui devra obligatoirement signer un acte selon lequel il ou elle s’engage à ne pas revendre ce même animal et qu’il sera gardé comme animal de compagnie, qu’il ne sera pas utilisé à des fins commerciales comme une autre entreprise de calèches urbaines, et qu’il sera entretenu avec compassion jusqu’à la fin de sa vie naturelle; ou
 2.  Le propriétaire du cheval devra le revendre ou en faire don à un refuge animal enregistré légalement dans la province de Québec, ou tout autre organisme de sauvegarde des animaux reconnu, dont le président ou directeur principal devra obligatoirement signer un acte selon lequel il ou elle s’engage à ne pas revendre ce même animal et qu’il sera gardé comme animal de compagnie, qu’il ne sera pas utilisé à des fins commerciales comme une autre entreprise de calèches urbaines, et qu’il sera entretenu avec compassion jusqu’à la fin de sa vie naturelle.
 3. Un dossier comprenant les noms, adresses et numéros de téléphone de la personne, de l’organisme ou du refuge enregistré légalement ayant acquis le cheval (par la revente, ou par le biais d’un don), ainsi que les actes mentionnés précédemment dûment signés devra être produit par le propriétaire original du cheval dans les cinq (5) jours suivant la transaction. Une copie conforme de ce dossier devra être conservée à l’écurie d’où provient le cheval et disponible pour consultation en tout temps.

***

WHEREAS:

Horses spook easily and become hazards causing serious accidents, injuries and deaths of horses and people.  Their unpredictable nature and size make them accidents waiting to happen. 
 
Continuous exposure to hard pavement is damaging to horses’ legs and feet, causing lameness and requiring pain medication
 
Horses work in excessive heat, up to 30 deg. Celsius (humidity not included)
 
Vehicle congestion, particularly in Old Montreal, is conducive to respiratory  illnesses in horses. 18th century carriages do not belong in a 21st century congested city where there accidents and emergencies of all kinds.
 
 A “hard driver” is a good cashier - the harder you work a horse the more money you make.

Horses pull heavy loads for long hours due to regulations either not being respected by calèches drivers or enforced by the City of Montreal
 
There is no age limit for working calèches horses
 
Stables are sub-standard

There seem to be no retirement plans for the horses that could unfortunately be sent to the slaughter auction.

Toronto, Beijing, London, Reno Santa Fe, Las Vegas, Palm Beach and many other cities have eliminated the carriage trade and it is being contested in many places around the world.
 
THEREFORE, we the Petitioners, strongly urge that
- the carriage trade be banned from the streets of Montreal.
- there be a humane disposition of the licensed horse as follows: 
 
    A. The transfer of ownership or other disposition of a licensed horse shall be notified within FIVE days thereafter.  Such notice shall include the date of disposition and the name and address of the buyer or other transferee  and such other information as the commissioner may prescribe.
     B. A horse shall be sold or disposed  of  in  a  humane manner,  which, for the purposes of this subchapter shall mean one of the following:
 1. The owner shall sell or donate the horse to a private individual who signs an assurance that the horse will not be sold and shall be kept solely as a companion animal and not employed in another horse drawn commercial urban carriage business and will be cared for humanely for the remainder of the horse's natural life; or
 2.  The  owner shall  sell or donate the horse to a duly incorporated animal sanctuary or duly  incorporated  animal  protection organization whose  president or executive director signs an assurance that the horse will not be sold and shall be kept solely as a companion animal and  not employed in another horse-drawn carriage business, will be cared for humanely for the remainder of the horse's natural life.
 3. Records indicating the name, address and telephone number of the private individual, duly incorporated animal sanctuary or duly incorpo rated animal protection organization to whom the horse  was sold ordonated together with the assurance specified above shall be provided by the owner within
five days after such sale or donation. A Copy of such record shall also be maintained at the stable.

----------------

Sincerely,