Amnistie ! Justice ! Liberté !

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Depuis le printemps 2016, notre pays est confronté à une répression systématique d’une ampleur rarement vue. Cette répression est partie prenante d’une politique d’attaques contre les libertés individuelles et collectives de tou.te.s et de chacun.e. Le pouvoir veut, par tous les moyens possibles empêcher la population de défendre pacifiquement ses droits humains, sociaux et sa dignité.

Depuis novembre 2018, début du mouvement en gilets jaunes, cette politique répressive (augmentation de 203% des tirs au LBD et de 296% de l’utilisation des grenades de désencerclement) peut se lire sur le corps de certain.e.s d’entre nous et s’imprime subtilement dans le cerveau des autres : 307 blessures à la tête ; 24 éborgnements ; 5 mains arrachées ; 555 signalements à l’IGPN dont 265 enquêtes judiciaires ouvertes ; aucun policier poursuivi ni suspendu à ce jour ; 1800 interpellations par semaine en moyenne ; 1954 gilets jaunes condamnés dont 1578 (plus de 80% !) à une peine d’emprisonnement (876 avec sursis ; 752 à de la prison ferme dont 313 avec mandat de dépôt) ; 1755 « affaires » encore en attente de jugement !

 

Cette répression inouïe veut graver la peur dans les esprits, elle n'est que la partie visible de l'iceberg qui piétine nos libertés individuelles et collectives. C'est une politique réfléchie, une volonté politique de faire taire le peuple.

 

Nous attendons maintenant des représentant.e.s nationaux-nales de nos syndicats et des associations de défense des droits citoyens qu’ils-elles prennent fait et cause dans l’urgence pour :

  • l’interdiction des armes de type Lanceur de Balles dites « de Défense » et grenades dite « de désencerclement » de type GLFI-4 ;
  • l’amnistie de tous les manifestant.e.s gilets jaunes, jeunes et syndicalistes emprisonné.e.s et/ou poursuivi.e.s devant les tribunaux ;
  • la libération de tous les gilets jaunes et manifestant.e.s incarcéré.e.s ;
  • la juste indemnisation des blessé.e.s et mutilé.e.s lors des manifestations provoquées par une politique de violence sociale et verbale du pouvoir.

 

Halte à la violence d'État contre les manifestant.e.s et les journalistes-reporters !

Halte à l'impunité des policiers, auteurs de blessures volontaires !