L'Europe doit autoriser les cépages résistants aux maladies, pour une viticulture durable

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


La viticulture est très souvent pointée du doigt pour les très nombreux produits chimiques et pesticides qu'elle utilise, au détriment de la santé humaine et de celle de notre environnement.

Or, des cépages résistants aux maladies existent, qui nécessitent peu voire pas de produits de traitement. Mais ils sont interdits à la production professionnelle...

Aujourd'hui, le règlement européen qui touche à la viticulture est en cours de négociation. C'est le moment où jamais pour exiger la possibilité de cultiver les cépages résistants aux maladies, pour stopper le désastre des pesticides !

Signez la pétition et écrivez à votre député-e pour lui demander d'influer pour l'autorisation des cépages résistants, pour l'essor d'une viticulture durable ! Nous vous proposons un modèle de lettre que vous pourrez personnaliser à votre guise. Voici la liste des e-mails des eurodéputé-es pour les joindre facilement. Vous pouvez également vous adresser à votre député local.

Il faut faire vite : la négociation au Parlement européen va débuter en janvier !

 

Résistants et interdits. Comment est-ce possible ?

Dans la 2è partie du 19è siècle, les maladies de la vigne apparaissent en Europe, du fait de la circulation des cépages entre l'Ancien et le Nouveau monde. Oïdium, mildiou, phylloxera mettent à mal la vigne européenne (Vitis vinifera), au point qu'elle risque de disparaître. C'est un drame car le vin est à l'époque un aliment de première importance. De nouveaux cépages sont alors créés en croisant la vigne européenne avec d'autres espèces de vignes nord-américaines puis asiatiques. Parmi les très nombreuses nouvelles variétés de raisins qui en sont issues, un grand nombre comporte bien la résistance des espèces étrangères. Le goût des raisins hybrides est sensiblement différent de celui de la vigne européenne.

Le vignoble européen se reconstitue donc en bonne partie avec ces nouvelles variétés hybrides de raisins, tandis que pour conserver nos variétés traditionnelles et leur goût, on les greffe sur des hybrides porte-greffe. Mais malgré ces porte-greffe qui permettent à la vigne européenne de survivre, cette dernière nécessite des traitements pour pouvoir assurer une récolte.

Avec ces solutions et les productions viticoles croissantes des colonies, la France connaît plusieurs crises de surproduction de vin. Il faut désigner des coupables et ce sont 6 cépages étrangers ou hybrides qui sont d'abord bannis en 1934 : Clinton, Noah, Isabelle, Othello, Herbemont et Jacquez, sous prétexte qu'ils ont mauvais goût. Mais les paysans n'obéissent pas aux injonctions d'arrachage et ce n'est qu'en professionnalisant la production de vin, en modifiant la règlementation et en dénigrant les cépages hybrides résistants aux maladies que l’État français se débarrasse progressivement de la quasi-totalité de ces cépages. Le même phénomène s'opère dans les autres pays de l'Union européenne et les restrictions règlementaires nationales s'inscrivent finalement dans un règlement européen.

Dans les campagnes, l'usage de ces cépages hybrides résistants perdure, avec la tradition du vin familial, mais s'éteint peu à peu. Quant aux nouvelles générations de vignerons, plus ouvertes à la diversité des goûts et à l'écologie, elles s'intéressent de près à ces anciens cépages résistants, mais n'ont pas le droit de les cultiver, à de trop rares exceptions près. Les vignerons créent également de nouveaux cépages résistants, au goût plus proche des cépages traditionnels européens, mais les autorités ne facilitent pas leur travail.

 

Une occasion d'autoriser les cépages résistants

Aujourd'hui, le règlement européen qui touche à la viticulture est en cours de négociation. C'est le moment où jamais pour exiger la possibilité de cultiver les cépages résistants aux maladies, qu'ils soient anciens ou nouveaux !

Fruits Oubliés Réseau se mobilise depuis longtemps pour la réhabilitation des cépages résistants. Vous retrouverez un résumé de cette histoire incroyable dans le dernier numéro de notre revue Fruits oubliés. De plus, un long-métrage auquel nous avons collaboré, dédié aux cépages résistants, sort très prochainement, démontrant de manière encore plus complète l'absurdité de l'interdiction de culture des cépages résistants.

Mais les habitudes ont la peau dure et des résistances au changement se font sentir au sein de la profession viticole, bien qu'elle ait tout à gagner à adopter des cépages résistants aux maladies. C'est pourquoi une mobilisation citoyenne est indispensable pour que l'intérêt général l'emporte !

Signez la pétition et écrivez à votre député-e pour lui demander d'influer pour l'autorisation des cépages résistants, pour l'essor d'une viticulture durable ! Nous vous proposons un modèle de lettre que vous pourrez personnaliser à votre guise. Voici la liste des e-mails des eurodéputé-es pour les joindre facilement.Vous pouvez également vous adresser à votre député local.

Il faut faire vite : la négociation au Parlement européen va débuter en janvier !

Merci d'avance de votre aide (informez-nous à contact(at)fruitsoublies.org quand vous avez sollicité vos député-e-s).

L'équipe de Fruits Oubliés Réseau.


Voulez-vous partager la pétition ?