Non à l'interdiction du Bitcoin et des cryptomonnaies en Algérie

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


L'Assemblée populaire nationale (APN) algérienne considère, depuis quelques temps, une loi visant à interdire l'utilisation et jusqu'à la détention de monnaies virtuelles et des cryptomonnaies comme le Bitcoin. [1]

Leur argumentaire se base sur la prétendue interdiction de celles-ci par deux "puissances mondiales" (Corée du Sud et Chine, citent-ils). Or, la Corée du Sud reconnait le Bitcoin comme un bien (une commodité) et autorise son acquisition, sa détention et sa vente [2] (ce que la Corée du Sud a interdit récemment, et sur quoi l'APN aurait pu se méprendre, ce sont les levées de fond en cryptomonnaie, ou ICO [3]). La Chine, pour sa part, n'a jamais interdit l'utilisation de la cryptomonnaie, mais uniquement son échange sur les plateformes de change chinoises (échanges Bitcoin vers Yuan et inversement) [4]. Actuellement, la Chine essaie de réguler la cryptomonnaie et compte lever l’interdiction de ses échanges petit à petit [5].

De plus en plus de "puissances mondiales" reconnaissent la cryptomonnaie comme une monnaie alternative et, au lieu de la réguler avant de la comprendre, observent le marché et essaient de trouver une approche qui arrangerait la population au même temps que l'économie du pays.

Certains pays, comme le Japon et le Venezuela, considèrent la création d'une cryptomonnaie nationale afin de profiter de la protection contre la fraude et contre l'inflation, la traçabilité et la sécurité qu'offre la technologie Blockchain. Le Japon compte sortir le J-Coin avant les Jeux Olympiques de 2020 [6], et le Venezuela pourra enfin sortir de la crise grâce à la cryptomonnaie qui remplacerait totalement sa monnaie fiduciaire [7].

Le deuxième argument avancé par la proposition de loi est l'utilisation des cryptomonnaies (anonymes et immatérielles) pour des activités illégales (trafic de drogue et terrorisme). Pourtant, actuellement en Algérie, la majorité (si ce n'est la totalité) des transactions réalisées par la population se fait en cash (que ce soit pour payer le déjeuner ou pour acheter une voiture), et ceci offre un niveau d'anonymat qui – s'il n'est pas équivalent – dépasse celui qu'offrent certaines cryptomonnaies comme le Bitcoin (en effet, bien que les adresses Bitcoin puissent être anonymes, le Blockchain contient une trace indélébile de tout mouvement monétaire, ce qui n'est pas le cas des transactions en cash, qui, d'ailleurs, peuvent inclure l'utilisation de faux billets).

Le dernier argument avancé par la proposition de loi est la possible fuite des Algériens vers la cryptomonnaie en vue de l'inflation grandissante du dinar. L'inflation du dinar est elle-même le problème et l'interdiction de monnayer avec d'autres moyens n'aura pour conséquence que la création et l'effervescence des marchés alternatifs. En effet, nous assistons déjà à un cas similaire : l'Algérie, qui n'a jamais pu réguler les devises (comme l'Euro) et offrir à la population un moyen efficace de s'en procurer et d'en échanger, fait face à un marché parallèle de l'Euro fleurissant, qui a lieu au nez et à la barbe des forces de l'ordre, sur les places publiques et jusque dans la capitale algérienne (Alger).

La prohibition n'a jamais mené à autre chose qu'à la création de marchés parallèles et illégaux. L'Euro se monnaie désormais à 200 dinars / 1 € sur ce marché alors qu'il n'est affiché qu'à 134 dinars sur les panneaux d'information des banques, banques qui n'offrent aucun moyen de s'en procurer mais qui acceptent les dépôts dans cette devise.

Concernant la cryptomonnaie, les Algériens n'ont déjà pas d'autre moyens de s'en procurer à part le minage et les marchés de pair-à-pair en Tunisie ou dans d'autres pays. L'Algérien moyen n'a pas de compte en Euro, ni de carte de crédit et s'il a de l'Euro, c'est qu'il se l'est sûrement procuré par des voies proches de l'illégalité. Une interdiction de la cryptomonnaie pourrait encourager le marché tunisien. [8]

Le minage, pour sa part, consiste à aider le réseau (avec de la puissance de calcul) pour recevoir de la cryptomonnaie grâce à un matériel spécialisé. Cette valeur acquise n'est pas offerte et n'est créée qu'après investissement (matériel très coûteux) et frais (consommation électrique et entretien). Ce n'est donc pas un moyen de se procurer de l'argent gratuitement, mais une nouvelle sorte de travail, que la société algérienne ne comprend pas encore mais que d'autres pays acceptent, régulent et encouragent (plusieurs fermes de minage sont apparues en Chine, en Norvège, en Russie et un peu partout dans le monde).

La technologie Blockchain, enfin, est aussi révolutionnaire que la création de l'ordinateur personnel ou l'avènement d'Internet [9]. La rejeter causerait un retard considérable au développement de l'Algérie, de son économie, de ses entreprises et de son adaptation au monde digital qui prend de plus en plus de place aujourd'hui. Interdire la cryptomonnaie, c'est aussi dissuader les développeurs de s'orienter vers la technologie Blockchain, de la comprendre et d'apprendre à l'intégrer. Ses applications sont nombreuses et peuvent aller du tracking de colis postaux (les services postaux algériens en auraient grand besoin) à la vérification de l'origine des métaux précieux comme l'or (pour éviter la fraude et le trafic). Certaines universités offrent même des cours de Blockchain et de cryptomonnaie, pour encourager le développement de la technologie et aider à cette révolution mondiale.

Interdire la cryptomonnaie aujourd'hui, en Algérie, aurait le même effet qu'une interdiction d'Internet au début des années 2000. Le pays accuserait un retard considérable face aux autres, qui embrassent cette révolution au lieu de la rejeté.

C'est pour tout cela que nous conseillons à l'Assemblée populaire nationale de reconsidérer ce projet de loi, de ne pas interdire ni essayer de réguler cette nouvelle technologie et ces nouvelles monnaies pour l'instant. Nous leur conseillons plutôt d’essayer de comprendre ces monnaies et leur technologie, d'observer le comportement du marché sur les années à venir, et de préparer un plan de régulation à long terme, qui, au lieu de freiner le développement, aiderait la finance et le peuple algériens.

Respectueusement,

Les signataires.

--------------------------------------------

Sources :

[1] PLF 2018: L'Algérie veut interdire le Bitcoin et les autres crypto-monnaies

http://www.huffpostmaghreb.com/2017/10/26/algerie-interdiction-bitc_n_18384452.html

[2] South Korea to Regulate Bitcoin as Commodity, Says Bank of Korea Governor

https://cointelegraph.com/news/south-korea-to-regulate-bitcoin-as-commodity-says-bank-of-korea-governor

[3] South Korea ICO ‘Ban’: Bitcoin Price, Ethereum Show Market Not Impressed

https://cointelegraph.com/news/south-korea-ico-ban-bitcoin-price-ethereum-show-market-not-impressed

[4] China Moves Towards Tougher Bitcoin Regulation, But Not to Outright Ban: Jihan Wu

https://cointelegraph.com/news/china-moves-towards-tougher-bitcoin-regulation-but-not-to-outright-ban-jihan-wu

[5] Chinese Might be Able to Trade Bitcoin Again Soon

https://cointelegraph.com/news/chinese-might-be-able-to-trade-bitcoin-again-soon

[6] Japan Considers Launching J-Coin, Eliminating Cash Before Tokyo 2020 Games

https://cointelegraph.com/news/japan-considers-launching-j-coin-eliminating-cash-before-tokyo-2020-games

[7] First Bitcoinization of a Sovereign State is Happening Now

https://cointelegraph.com/news/first-bitcoinization-of-a-sovereign-state-is-happening-now

[8] Économie : les monnaies virtuelles interdites à partir de 2018 (vidéo)

https://observalgerie.com/actualite-algerie/economie/video-economie-les-detenteurs-de-monnaies-virtuelles-seront-punis

[9] Apple Co-Founder Steve Wozniak Took Interest in Bitcoin When It Was Still Priced at $700

https://cointelegraph.com/news/apple-co-founder-steve-wozniak-took-interest-in-bitcoin-when-it-was-still-priced-at-700



Gwen compte sur vous aujourd'hui

Gwen N. a besoin de votre aide pour sa pétition “Assemblée populaire nationale algérienne: Contre l'interdiction des cryptomonnaies en Algérie”. Rejoignez Gwen et 2 711 signataires.