Non, à la fermeture de la Plage des Pauvres

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


La réserve nationale de la baie de Canche et sa plage des pauvres sont un problème récurrent depuis 30 ans.

En effet, un contentieux existe sur le découpage incohérent de cette réserve, qui comme beaucoup d'autres n'ont nullement tenu compte de l'histoire de ces milieux, mais surtout des utilisateurs séculaires de la nature, qui ont préservé, avec leur propre argent, ces joyaux de biodiversité.

Quelques coups de crayons par des technocrates ignorants, et on se retrouve avec des mares de hutte coupées en deux, ou des limites incompréhensibles, qui ne tiennent aucunement compte des chemins existants et des barrières naturelles.

Cela donne forcément un découpage farfelu qui s'aligne sur des clochers et des bouées en mer ; bref, un travail bâclé comme souvent quand on veut mettre sous cloche des territoires au nom d’une écologie dogmatique qui n’a rien à voir avec la défense de la biodiversité.

La plage des pauvres a toujours été le lieu privilégié des bottiers de l'association de chasse locale.
C’est aussi et surtout, comme son nom l'indique, un lieu libre pour tous les utilisateurs de la nature qui ne disposaient pas des moyens nécessaires pour vivre leur passion sur les plages très huppées du Touquet au début du siècle dernier.

Pêcheurs, chasseurs, ramasseurs de coquillages et autres promeneurs et baigneurs fréquentent donc ces lieux depuis des décennies.

Aujourd'hui, EDEN62, le gestionnaire de cette réserve, grâce à un arrêt du tribunal administratif dernièrement, a décidé d'interdire l'usage de ce lieu par la population locale.

Nous disons, STOP! Halte à la suppression de nos libertés.

Non, à la fermeture de la Plage des Pauvres!

Si vous souhaitez continuer à utiliser cet espace en toute liberté, rejoignez-nous! Signez!



Michael compte sur vous aujourd'hui

Michael VILLENEUVE a besoin de votre aide pour sa pétition “Amoureux de la baie de Canche : Non, à la fermeture de la Plages des Pauvres”. Rejoignez Michael et 5 494 signataires.