Appel pour une sortie de crise et la construction d'un idéal démocratique en Algérie

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Version en Arabe : نداء I Version en Français : Appel

Alger, 24.04.2019

APPEL

Pour une sortie de crise et la construction d’un idéal démocratique algérien

Dans la lignée des principes du Congrès de la Soummam et de la Déclaration du 1er novembre 1954 ;

Dans le respect des éléments fondateurs de l’Etat Algérien ;

Et dans l’esprit des marches historiques et pacifiques sur le territoire national depuis le 22 février 2019 ;

Nous, de simples patriotes, citoyennes et citoyens algériens, ne faisant allégeance à aucune main étrangère, infiltration partisane, syndicale, idéologique ou encore complotiste

Faisons le constat suivant :

·      24 millions d’algériennes et d’algériens sont sortis ces dernières semaines en Algérie et dans les capitales du monde : il s’agit bien d’une révolution pacifique dont l’ampleur et la diversité sont sans précédent (hommes, femmes, générations, catégories socio-professionnelles, villages, villes et régions) ;

·      Les aspirations majeures et transcendantes sont : 1) la rupture totale avec le système politique actuel, 2) la mise en place d’un état de droit, la lutte contre toute forme de corruption et l’indépendance de la justice, 3) la mise en place de mécanismes assurant la démocratie, les libertés et la représentativité, 4) le progrès social et économique, 5) le vivre ensemble 6) un système éducatif à la hauteur des défis du 21ème siècle 7) un système de santé digne d’un pays comme l’Algérie 8) la reconnaissance des talents avec un système méritocratique et la lutte contre les inégalités ;

·      La forte union et détermination du peuple algérien et l’absence de division ;

·      Le rejet de toute forme d’extrémisme et de haine : la Berbérité, l’Arabité et l’Islamité faisant partie d’un socle commun et qui ne sont la propriété d’aucun groupe ou parti de manière exclusive ;

·      L’absence d’une opposition politique crédible, forte et unie ;

·      La crise de confiance grandissante du politique et de toute forme de leadership nouveau qui peut prendre des tournures inquiétantes à long terme ;

·      La mise en place difficile et longue de mécanismes de représentativité purement démocratiques et transparents à échelle nationale ;

·      Le rejet de toute forme d’ingérence étrangère ;

·      Le climat psychologique instable renforcé par une guerre médiatique dangereuse, principalement pour notre jeunesse (euphorie conduisant parfois à une forme d’inquiétude voire de psychose) ;

·      Les tentatives de déstabilisation et risques d’infiltrations grandissants ;

·      L’urgence économique : réserves de changes, inflation, climat des affaires ;

·      L’avenir éducatif de notre jeunesse ;

·      L’Armée Nationale et Populaire aux côtés du peuple, sans intervenir dans le champ politique, qui continuera à assurer la stabilité de l’Etat, de nos frontières et des citoyens algériens sans omettre son rôle stabilisateur en ces temps de crise ;

·      Le pouvoir clanique toujours aux commandes, responsable de la situation catastrophique du pays tant sur le plan politique qu’économique et social ;

·      La Constitution caduque et le danger d’aller vers des élections dans le contexte juridique, social et psychologique actuel sans tenir compte de la souveraineté populaire et de la crise multidimensionnelle ;

·      Le rejet total de la transition amorcée par le système en place, totalement illégitime aux yeux de millions d’Algériens.

Tout en considérant :

·      L’importance de la légitimité, l’honnêteté, la sagesse : valeurs partagées par le peuple algérien ;

·      Les positions politiques affichées avant et pendant la révolution ;

·      La forte probabilité de consensus ;

·      Le sens du patriotisme ;

·      Les capacités nécessaires pour imposer les choix du peuple et ainsi se servir de réels médiateurs et organisateurs du terrain assaini pour la nouvelle Algérie ;

·      L’intérêt collectif et le rejet de toute forme de violence.

Lançons cet appel à :

·      Liamine Zeroual, ancien Président de la République

·      Ahmed Benbitour, ancien Chef du Gouvernement

·      Ahmed Taleb Ibrahimi, ancien Ministre

·      Nous lançons également cet appel à la Moudjahida Djamila Bouhired et au Moudjahid Lakhdar Bouregaa et à toute femme ou homme jouissant de la confiance du peuple et fidèle aux valeurs et aspirations ci-dessus mentionnées.

Pour la création d’un comité de sages d’une durée de huit (8) mois. Ce comité aura les prérogatives d’un comité présidentiel dont les missions principales sont expliquées ci-dessous.

En outre, il ne s’agit ni de cooptation ni de zaimisme, mais d’un appel patriote aux seules personnes pouvant servir de médiateurs et garantissant un vote de confiance consensuel. Une réponse à une réalité sociale, historique, économique et politique indiscutable. Les anarchistes irrationnels et intellectuels condescendants peuvent faire preuve de courage publiquement et aller récupérer eux-mêmes les clés d’El Mouradia.

Missions principales* :

·      Obtenir le départ immédiat et inconditionnel du système politique dirigeant ;

·      Garantir l’indépendance de la justice ;

·      Assurer la libéralisation du champ politique tout en assurant l’interdiction de toute forme d’extrémisme et de nuisance à l’intégrité du peuple algérien ;

·      Gérer les mécanismes de transition avec pour but final la mise en place d’élections libres et démocratiques (loi électorale, liste électorale, instance de surveillance indépendante et transparente, objectivité des médias) ;

·      Mise en place d’assises nationales sur le territoire national débouchant sur les premiers éléments fondateurs d’une nouvelle constitution ;

·      Ouvrir le débat sur la citoyenneté, le civisme, le pacifisme et le vivre ensemble ;

·      Renouer la confiance du politique avec les algériens en veillant à la transparence et à la fréquence dans la communication ainsi qu’au rapport régulier des activités liées à l’évolution de la transition ;

·      Nommer un gouvernement de transition composé de technocrates sélectionnés parmi l’élite algérienne en Algérie et à l’étranger dont la mission sera d’assurer les affaires courantes jusqu’aux prochaines élections ;

·      Assurer l’équilibre démocratique en reflétant l’ampleur et la diversité algérienne mentionnée plus haut ;

·      L’assemblée constituante sera mise en place à la suite du nouveau calendrier électoral et devra faire émerger toutes les aspirations légitimes du peuple.

Mécanisme d’induction du comité présidentiel :

·      Débat télévisé sur les chaînes nationales (et live sur les réseaux sociaux) où les personnes mentionnées ci-dessus proposeront leur feuille de route détaillée en adéquation avec les aspirations du peuple ;

·      Le débat sera mené par des journalistes neutres ayant activement participé à la révolution et en adéquation avec les principes déontologiques du journalisme ;

·      Les groupes politiques (excluant l’alliance présidentielle pour des raisons de neutralité), associatifs, corporatifs, estudiantins et de la société civile ayant émergé dans le cadre de la révolution et/ou bénéficiant des qualités et compétences requises (Mustapha Bouchachi, Zoubida Assoul, Karim Tabbou, Sofiane Djilalli, Fethi Gheras, Mokrane Ait Larbi, Fares Mesdour, Ferhat Ait Ali, Smail Lalmas, Fodil Boumala etc…) peuvent avoir les missions suivantes :

·      Soutenir l’idée de l’appel publiquement et rapidement

·      Prendre part au mécanisme d’induction/débat expliqué ci-dessus

·      Accompagner la transition en contribuant au gouvernement

·      Ou continuer à faire vivre la révolution, installer un débat démocratique, libre et sain et bénéficier du terrain neutre qui sera mis en place.

L’auto-organisation de la société civile se traduisant par les comités de quartier, les corporations, les groupes estudiantins doivent évidemment continuer à se construire afin de servir de réel contre-pouvoir et nourrir les aspirations politiques et sociales.

Nous, de simples patriotes, citoyennes et citoyens algériens sommes convaincus :

·      Qu’il est urgent de bâtir un terrain sain et transparent pour des élections libres et démocratiques et remettre l’Algérie sur le chemin du vivre ensemble et de la prospérité.

·      Qu’il existe un idéal démocratique algérien : un modèle que nous pouvons nous-mêmes construire grâce au potentiel qualitatif et quantitatif de notre pays.

·      Que le chemin est long mais que nous méritons cette Algérie. Nos enfants le méritent.

Gloire à nos martyrs d’hier et d’aujourd’hui, gloire au peuple algérien dans toutes ses composantes et vive l’Algérie.

*Les missions, prérogatives, noms de personnalités et intitulés sont des propositions à titre indicatif et devront être nuancés et/ou enrichis lors du débat télévisé de manière transparente.