Adressée à Aide une enfant

Pédocriminalité ; Une enfant de 5 ans en Danger ! Aidez-nous

1 736
signataires

Mesdames, Messieurs,

Je me tourne vers vous ce jour car ma fille L'Enfant*, âgée de 5 ans, a besoin de l’aide de toute la population.

L'Enfant* a été victime d’attouchements de la part de son père.

Reportage France TV Info, 1ere Martinique

En métropole, suite aux révélations de ma fille, j’ai porté plainte contre son père et décidé de partir en Martinique, auprès de mes parents, pour la protéger.

L'Enfant* était en situation de danger lorsqu’elle se rendait chez son père.

Tout a commencé en février 2014, lorsque à chaque retour de DVH, L'Enfant* avait les parties génitales rouge et ne voulait pas que l’on fasse sa toilette intime.

Elle se raidissait et ne voulait pas écarter les jambes.

Puis un jour, elle m’a montré son sexe en me disant « bobo, papa méchant » elle n’a pas fait que me le dire, elle l’a aussi dit à son papy et à sa mamie.

Cela m’a donc interpellée et j’ai saisi le JAF du tribunal de Grande Instance de Bobigny, dont je relevais, afin de protéger L'Enfant*. J’ai été déboutée.

Dès lors, les rougeurs ont cessé puis ont réapparu en novembre 2015.

L'Enfant* est revenue de chez son père avec des rougeurs et une odeur de petite fille mal lavée, mais je ne pouvais rien faire, ce n’étaient que des constatations personnelles qui me faisaient froid dans le dos.

Le lendemain, L'Enfant* courait toute nue dans la maison (je sais que c’est de son âge mais je souhaite lui poser un cadre et je lui ai dit de ne pas courir nue dans la maison et que cela ne se faisait pas).

Elle m’a alors dit qu’elle était nue chez son père et qu’elle dormait nue, sachant qu’à ce moment-là L'Enfant* n’acceptait pas de dormir seule dans sa chambre car son père lui avait dit qu’il y a des monstres dans sa chambre.

Je lui ai donc demandé « avec qui tu dors ? »

elle m’a répondu « avec papa, dans ses bras ».

Je lui ai demandé « et lui comment est-il ? »,

L'Enfant* : « eh ben tout nu ».

J’ai donc compris que ma fille dormait nue avec son père.

J’ai été porter plainte au commissariat de Coulommiers où ma fille a eu une audition filmée, audition lors de laquelle, impressionnée, elle n’a rien verbalisé.

Seule en métropole, désemparée, j’ai donc décidé de m’éloigner et d’aller chez mes parents en Martinique afin de protéger ma fille.

En prenant soin, bien sûr, avant de prendre l’avion de communiquer l’adresse de L'Enfant* à son père pour ne pas créer de rupture de lien.

Une fois en Martinique, L'Enfant* a verbalisé d’autres comportements inadaptés de la part de son père.

Elle a dit à sa mamie que son :

« père prend sa main, il met sa main sur ma cocotte et il prend ma main qu’il met sur sa cocotte ».

Elle le verbalise avec moi, elle me dit aussi que son père lui fait

« mal au cœur, il me tape dans le cœur », tout en me montrant sa poitrine.

Ce départ a conduit le "père" à demander le transfert de la résidence de L'Enfant* chez lui alors qu’il est hébergé par son père, où il a toujours vécu.

Un jugement, en date du 04 Mars 2016, statue en transférant la résidence de L'Enfant*, alors qu'elle a toujours vécu avec moi depuis sa naissance.

J’ai fait appel de cette décision.

En parallèle ma plainte pénale pour attouchements est pendante, L'Enfant* est examinée par deux experts, un gynécologue et une psychologue.

Depuis cette expertise, ma fille est suivie au Service d’Aide aux Mineurs Victimes d’Agression Sexuelle (SAMVAS).

J’ai appris que ma plainte pénale était classée sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée.

Mon avocat a donc demandé la copie du dossier afin de donner suite à cette affaire.

L’expertise psychologique demandée par le Tribunal confirme et appuie les dires de L'Enfant* et conclue que L'Enfant* a un syndrome de stress post-traumatique d’une enfant violentée, notamment sexuellement, explique que c’est en raison de la distance et de l’éloignement que L'Enfant* s’est autorisée à parler et qu’il n’y a pas de doute sur ce que dit L'Enfant*.

Le vendredi 2 septembre 2017, j’ai été auditionnée pendant 4 heures, dans le cadre d’une non représentation d’enfant.

Au cours de cette audition, le gendarme en chef m’informe que par ordre du procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Melun, je suis contrainte de renvoyer L'Enfant* chez son père (son agresseur) dans un délai d’une semaine et que si je fais obstruction à la loi, ce dernier doit me placer en garde à vue et utiliser les forces de l’ordre pour donner L'Enfant* à son agresseur.

Moi-même adulte, âgée de 38 ans, suis terrorisée par cet homme…

Comment voulez-vous qu’une petite fille, âgée de 5 ans, puisse se défendre face à lui, son agresseur.

Lorsque j’ai expliqué à L'Enfant* la situation, et l’ai informée de la demande du Procureur, moment difficile pour nous, après des éclats de pleurs et un retour au calme, voici les questions de L'Enfant* :

«Mais maman le Procureur, il ne sait pas que X me touche la cocotte ? » Je lui réponds « si, bien sûr »

« Alors pourquoi il veut me renvoyer ? Il veut que X me retouche la cocotte ? »

« Pourquoi les Procureurs ne vont pas chez les gens pour voir comment ils vivent et comme ça ils sauraient »

« c’est pas normal, normalement les méchants gagnent 1 fois et les gentils 2 fois… pourquoi là il gagne encore ? »

S’IL VOUS PLAIT, AIDEZ-MOI A SAUVER MA FILLE EN SIGNANT CETTE PETITION CAR J’AI ETE PUNIE PAR UN JUGE POUR L'AVOIR PROTEGEE et AUJOURD’HUI, ELLE COURT LE RISQUE D’ETRE LIVREE SANS AUCUNE PROTECTION A SON PERE QUI L’A AGRESSEE SEXUELLEMENT.

Article complet et preuves : Wanted-Pedo

* En France 95 % des plaintes pour agressions sexuelles sur mineurs sont classées sans suite : Source : L'association Mémoire Traumatique et Victimologie (2015)

*Le prénom de la petite fille a été changé

Cette pétition sera remise à:
  • Aide une enfant


    Aide UNE ENFANT a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 736 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Aide compte sur vous aujourd'hui

    Aide UNE ENFANT a besoin de votre aide pour sa pétition “Aide une enfant: Pédocriminalité ; Une enfant de 5 ans en Danger ! Aidez-nous”. Rejoignez Aide et 1 735 signataires.