Aide-soignant.e, un vrai métier.

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


J’avais écrit , il y a quelques temps, ce texte sur la condition d’acteurs de santé dont le métier est mal connu et reconnu, les aides-soignant.e.s. Mes mots ayant eu quelque succès auprès de mes collègues, j’aimerais maintenant, avec votre aide, les faire parvenir à madame la ministre des solidarités et de la santé. 

Merci à vous.

 

 « Ras le bol de ce boulot où on t'offre la reconnaissance d'un paquet de cacahuètes vide.
En trente ans, j'ai dû toucher à tous les fluides possibles pouvant sortir d'un corps humain que ce soit par des orifices naturels ou artificiels. J'ai vu la misère la plus noire, la mort de très prêt, et très souvent, des familles dans la pire détresse.
J'ai vu le dédain d'un encadrement de chefaillons digne de celui des anciennes filatures roubaisiennes.
J'ai vu des collègues sombrer dans la déprime la plus profonde et perdre toute confiance en elles jusqu'à changer de métier.
J'ai vu et su bien d'autres choses auxquelles tu ne croirais même pas.
Et il y a plein de gens qui croient que nous dormons sur nos heures de travail, la nuit.
Et tout ça pour un putain de salaire de misère qui suffit à peine à avoir une vie digne.
Et un statut social proche de celui de l'oursin commun.
J'ai un job qui n'existe pas dans l'esprit des gens.
Je suis aide-soignant. C'est à dire rien.
Ouais, ras le bol. »