Abolir le Grindadrap sur les îles Féroé. (Massacre des dauphins)

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


 

Le Grindadrap, communément appelé le Grind, est une tradition des îles Féroé qui a pour but de ramener un groupe de dauphin, les globicéphales, vers une baie et les abattre. Cette tradition avait pour but de nourrir  l'archipel car elle est éloignée du reste du monde. Toutefois maintenant grâce au échange entre les pays, l'archipel n'est plus du tout en difficulté pour se nourrir. Mais les habitants veulent comme même perpétuer cette tradition, tous les ans. Ce qui cause la mort de centaine de cétacés.

Aujourd’hui le Danemark étant un des pays membres de l'Union Européenne, il doit se soumettre à la position de l’Union Européenne visant à « protéger les cétacés (les baleines, les dauphins, etc.) contre la chasse, la capture ou la détention » en condamnant le grindadrap (massacre de dauphins aux iles Féroé).

Mais les Iles Féroé ne faisant pas partie de l’Union Européenne, cet accord contraint le Danemark à ne pas violer ces accords de droit. Le Danemark transgresse la législation européenne en faisant en sorte d'assurer le bon déroulement des massacres au large des côtes féringiennes. Non seulement, il est le seul pays européen à ne pas respecter les lois mais en plus il viole plusieurs autres accords et conventions qu'il a ratifiés par l'intermédiaire de l'Union Européenne,comme l'accord ASCOBANS, la convention de Bonn, la convention de Berne et la CMS (Convention des espèces Migratrices appartenant à la faune sauvage).

Qui plus est, la chasse est encadrée par le gouvernement locale et, suite aux interventions de Sea Shepherd et d'autres activistes, les îles Féroé ont adapté leurs lois afin que toutes personnes s’opposant au Grind puisse être arrêtée et faire l’objet de poursuites judiciaires. Pire, toute personne voyant un groupe de globicéphales doit obligatoirement le signaler aux autorités féringiennes pour que le Grind s’organise.

 Ces mesures n’ont qu’un seul but : permettre aux Féringiens de perpétuer ces massacres en toute tranquillité, sans que personne ne puisse intervenir.

 Les îles Féroé affichent l'un des niveaux de vie les plus élevés d'Europe. Or, on sait aujourd'hui grâce à des médecins hygiénistes en chef des îles Pal Weihe et Hogni Joenen que la viande et la graisse de ces animaux contient des polluants (mercure, plomb, etc...) et des substances toxiques, dues à l'activité d'industries lourdes provenant d'autres pays, qui se sont accumulés dans les tissus des animaux via le processus de la bioaccumulation, ce qui rend la consommation de cette viande impropre entrainant des maladies comme des dommages au développement du fœtus, l'hypertension artérielle, et l’altération de l'immunité chez les enfants, ainsi que l'augmentation des taux de la maladie de Parkinson, les troubles circulatoires et éventuellement l'infertilité chez l'adulte.

 Sans parler de la pollution due aux cadavres et au millier de litre de sang déversé dans les mers.

Cependant les massacres perdurent ; par an, on estime qu'environ 800 à 900 globicéphales trouvent la mort sur les berges des îles Féroé parmi ces victimes on y trouve d’autre espèces dont certaines sont en voie d’extinction ( dauphin de Risso 21 tués en 2010) et il ne distingues pas les femelles en gestation (elles ne peuvent faire un petit que tous les 3 ans) ainsi que les juvéniles, plus d’ 1% de l'espèce de globicéphales est tué , ce qui est pour les scientifiques, considéré comme une situation  à préoccupation importante.

Bien qu'il y ait une nette diminution de ces baleines-pilotes tués grâce aux actions menées par Sea Shepherd et la fondation Brigitte Bardot associée à eux, mais malgré les interventions de ces ONG les massacres perdurent, ces interventions  ne pourront durées éternellement, vu que les Féroïen trouvent des solutions  pour les contrer.

Aux îles Féroé, quelques mesures ont été prises pour limiter les prises : seules 23 plages autorisent ce type de pêche. Amener les cétacés sur une autre plage est illégal

Le Grindadrap est aujourd'hui le plus grand massacre de mammifères marins d'Europe : plus de 1 500 cétacés y trouvent la mort dans plus d'une vingtaine de baies

Mieux que des mots, les chiffres parlent d'eux-mêmes. En 2013, alors qu'aucune force d'opposition n'était présente aux Féroé, 1306 cétacés ont été tués durant les mois de juillet, août et septembre... En 2014, grâce à la mobilisation des volontaires présents dans l'archipel, 53 victimes sont à déplorer et plusieurs massacres ont été évités.

Sachant que Les iles Féroé touchent des subventions de la part de l’Europe, il faut faire pression sur celles-ci afin que les Féroïens signent les conventions de Berne et de Bonn contre la chasse aux cétacés. En mettant en place une sensibilisation de la population sur les risques environnementaux, sanitaires causées par cette tradition en l’intégrant dans le programme des écoles,  dans les musées tout en respectant leurs coutumes pour qu'ils se fassent à l'idée.

https://www.youtube.com/watch?v=ep2-_ofP19Q&t=64s

A une époque c'était une tradition utile pour la survie des Féroïens mais aujourd'hui ce n'est ni plus ni moins qu’un rite du sang pour le plaisir.

 

 



MASSOT compte sur vous aujourd'hui

MASSOT MATHILDE a besoin de votre aide pour sa pétition “Abolir le Grindadrap sur les îles Féroé. (Massacre des dauphins)”. Rejoignez MASSOT et 4 024 signataires.