Adressée à Directrice - Etsy Ireland UC Karen Mullane et 7 autres

100.000 personnes perdent brutalement leur boutique sur les MarketPlaces françaises d'ETSY

0

0 signature. Allez jusqu'à 1 500.

Lundi 3 juillet 2017, les plateformes françaises Alittlemercerie.com et Alittlemarket.com, appartenant au géant américain ETSY, ont annoncé leur fermeture définitive pour le 31 août prochain. Ce préavis de 2 mois est inacceptable. Cette décision brutale d'ETSY va plonger dans une grande précarité des milliers d'auto-entrepreneurs, d'indépendants mais aussi de travailleurs pauvres qui complétaient leurs revenus grâce à leur boutique. Nous exigeons des conditions décentes de fermeture de ces plateformes afin de leur permettre de trouver des solutions viables.

NOS REVENDICATIONS

  • Une augmentation de la durée de préavis. Les vendeurs doivent pouvoir continuer à utiliser leur outil de travail le temps d’écouler leurs stocks ou de trouver une solution alternative. Le délai imposé (moins de deux mois) contraint les vendeurs ALME/ALM à migrer sur ETSY sans pouvoir se laisser le temps de la réflexion. La date de fermeture des sitesALittleMercerie.com et ALittleMarket.com doit être repoussée au 20 février 2018 (fin de la période officielle des soldes d’hiver).
  • La possibilité, pour chaque boutique, de récupérer sur simple demande l’ensemble des données la concernant : historique des commandes, historique des commissions versées et coordonnées complètes de ses clients.
  • Des excuses publiques de la part de ETSY pour son attitude des derniers jours vis-à-vis des travailleurs indépendants qui ont œuvré à son enrichissement. Les vendeurs et clients des plateformes en cours de fermeture ne comprendraient pas qu’une entreprise prônant autant dans sa communication les valeurs humanistes et le commerce éthique puisse faire preuve d’un tel mépris. Nous ne pouvons pas remettre en cause les décisions prises mais la temporalité et le procédé de l’annonce écornent gravement l’image de l’entreprise.

Enfin, pour les vendeurs des sites ALM/ALME qui décideraient de faire migrer leur boutique sur ETSY, nous demandons :

  • Un délai plus long pour procéder à la migration (cf date de préavis ci-dessus)
  • L’intégration dans les nouvelles boutiques ETSY des évaluations clients reçues sur ALM/ALME
  • Un tarif préférentiel pour les boutiques transférées : exemption des frais de mise en ligne et de mise à jour des quantités, pour toute la durée de vie de la boutique. En effet, contrairement à ALME/ALM, ETSY prélève non seulement des commissions sur les ventes mais également sur la publication et la mise à jour des fiches articles. On comprendra donc que le passage d’un site à l’autre constituera à termes une importante augmentation des commissions globales prélevées par la plate-forme.

 

QUAND ETSY, LEADER DU COMMERCE ÉTHIQUE, PRATIQUE LE CAPITALISME DE LA TERRE-BRÛLÉE

Le modèle économique mis en œuvre par ETSY est le même que celui d’Uber : utiliser le travail de milliers d’indépendants pour assurer leur profit sous couvert de leur fournir un simple service de plate-forme. On pourrait rétorquer qu’il s’agit d’un simple contrat entre personnes volontaires. Mais, en réalité, c’est une relation asymétrique où le « client-vendeur » fournit un travail dont il perd au même moment la possession puisqu’il n’est ni le propriétaire de ses pages, ni de ses données numériques. Plus le « client-vendeur » s’investit dans sa boutique virtuelle, plus il valorise l’entreprise ETSY, plus il devient dépendant financièrement de ce site et plus il est soumis aux décisions d’ETSY et de ses actionnaires.
Aujourd’hui, nous demandons à ETSY d’adopter une attitude plus responsable vis-à-vis des personnes sans qui l’entreprise n’aurait jamais pu devenir un leader mondial.

UN HISTORIQUE

Entre 2007 et 2014, les sites ALittleMarket.com et ALittleMercerie.com ont connu en France un succès croissant. Ces deux sites sont alors exploités par la même entreprise et consistent en des places de marché en ligne dédiées au fait-main, à l’artisanat français et à la vente au détail de fournitures de loisirs créatifs. Ils hébergent – en échange de commissions sur les ventes réalisées – des milliers de boutiques elles-mêmes gérées par des vendeurs, travailleurs indépendants ou particuliers. Les fondateurs se sont vantés d’avoir atteint le chiffre de 100.000 boutiques hébergées !
source : http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/start-up/2016/08/29/32004-20160829ARTFIG00221-nicolas-d-audiffret-l-artisan-numerique.php


En juin 2014, au plus haut de leur succès, ces deux plateformes sont rachetées par leur équivalent américain Etsy.com, qui s’offre ainsi un quasi-monopole sur le marché du Do it Yourself. L’entrée en Bourse du groupe se fait au printemps 2015.
Le 3 juillet 2017 les vendeurs apprennent sur Facebook, en même temps que leur client, qu’ALittleMercerie.com et ALittleMarket.com fermeront définitivement le 31 août suivant. Les plus chanceux recevront un mail type.
Des milliers de personnes viennent de perdre l’outil de travail qui était pour certaines leur source de revenu principale et pour beaucoup d’autres un complément de revenu essentiel. Un outil dans lequel elles, une grande majorité de femmes aux revenus modestes, ont investi des milliers d’heures de travail au plus grand bénéfice du groupe etsy.com.
Le groupe ETSY accorde à ses vendeurs un préavis de moins de deux mois avant la fermeture des boutiques. Cette précipitation ne nous laisse ni le temps de prévoir une transition vers d’autres solutions de ventes, ni le temps d’écouler nos stocks en vue d’une cessation d’activité.
En compensation des préjudices occasionnés, le groupe Etsy s’est senti obligé d’offrir des mises en ventes gratuites pour convaincre les milliers de vendeurs de ALittleMercerie.com/ALittleMarket.com de transférer leur boutique vers la plate-forme ETSY. Mais, c’est là une bien maigre compensation pour toutes les pertes occasionnées : stocks invendus, manque à gagner induit par cette annonce qui a fait fuir nos clients au milieu des soldes, perte de notoriété sur la toile (référencement, réputation, évaluation des vendeurs par les clients), perte du contenu créatif des pages, perte des fichiers clients conservés par ETSY (alors que les vendeurs les avaient souvent amenés et fidélisés), etc.


Cette situation ne permet aux vendeurs de bénéficier ni des avantages d’un plan social, alors qu’ils perdent leur outil de travail, ni des avantages du statut d’indépendant puisqu’ils perdent tout le produit de leur travail.

Aidez-nous à réparer ces injustices en signant la pétition et en la partageant avec votre entourage. Merci.

Cette pétition sera remise à:
  • Directrice - Etsy Ireland UC
    Karen Mullane
  • Directrice - Etsy Ireland UC
    Nicole Vanderbilt
  • Directeur - ETSY Ireland UC
    Denny Price
  • Directeur - Etsy Ireland UC
    Angela Steen
  • Directeur - Etsy Ireland UC
    Ronan Davy
  • Emmanuel Macron
  • Ministre du travail
    Muriel Penicaud
  • Secrétaire d'Etat chargé du numérique
    Mounir Mahjoubi


Caroline BILLIET a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 002 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




Caroline compte sur vous aujourd'hui

Caroline BILLIET a besoin de votre aide pour sa pétition “100.000 personnes perdent brutalement leur boutique sur les MarketPlaces françaises d'ETSY”. Rejoignez Caroline et 1 001 signataires.