COMMENT SAUVER LES BARS-CONCERTS?

COMMENT SAUVER LES BARS-CONCERTS?

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !
Quand elle atteindra 10 000 signatures, cette pétition aura plus de chance de recevoir de l'attention de la part du décisionnaire !
Pierrick BOURGAULT a lancé cette pétition adressée à Madame Roselyne Bachelot (Ministre de la culture) et à

Madame, Monsieur, 

Premier maillon de la diversité culturelle, les cafés et bistrots offrent un tremplin, une visibilité pour les talents de toutes origines, de tous âges et tous styles. Les musiciens et auteurs y trouvent le sens premier de leur travail: rencontrer un public et présenter leurs créations. Les habitants du quartier, les visiteurs, les touristes y découvrent des univers artistiques, un loisir abordable dans un lieu ouvert et convivial. Ancrées dans leur quartier, leur territoire, ces initiatives indépendantes constituent une richesse culturelle de proximité, le chaînon indispensable entre l’école de musique et les salles professionnelles.

Ces dernières années, un grand nombre de ces adresses consacrées à la chanson, au jazz, au rock ont été contraintes de cesser leur activité. Auteur des Guides Paris 200 bars-concerts, j’ai recensé une centaine de fermetures à Paris depuis 2010, pour diverses raisons : hausse de l’immobilier et des loyers, équilibre économique précaire, normes contraignantes, soucis avec le voisinage, la Préfecture de police, l’Urssaf, les administrations de plus en plus complexes… Les nouveaux lieux qui ont le courage d’ouvrir, à Paris et dans les régions, se heurtent aux mêmes difficultés.

L'épidémie de Covid fut une épreuve supplémentaire, car le virus affecte sélectivement les activités: il favorise le commerce numérique mais complique les échanges humains directs, la musique et le spectacle vivants.

Une leçon de la crise est pourtant de revenir aux produits locaux et aux circuits courts. Choisir des nourritures locales garantit fraîcheur et qualité, rémunère nos agriculteurs et assure notre approvisionnement de proximité. Les citoyens souhaitent relocaliser les fabrications vitales. De même, pour la culture, pour l'expression au sens large, ne laissons pas les multinationales du numérique formater les imaginaires, le spectacle, la musique, la chanson et choisir des héros de notre XXIe siècle. L’écran ne doit pas s’imposer en tant que passage obligé de la création. Autre risque de la raréfaction des bars-concerts : la multiplication d’événements improvisés dans des sites en déshérence, moins sécurisés qu'un café ou une salle de spectacle.

Les petites salles, bars-concerts et bistrots constituent un terreau fertile, un circuit court pour la culture vivante, des emplois, une visibilité pour nos territoires et nos créations dans le monde. Bref, un véritable service public. Leur intérêt est de rendre la musique accessible à tous, d'offrir aux artistes et aux spectateurs un cadre festif et convivial, un lien social. Les bars-concerts demandent juste de pouvoir continuer à travailler, une législation plus souple que les contraintes additionnées au fil des ans. Il faut protéger ces lieux aussi fragiles qu’indispensables, ces entreprises à valeur culturelle ajoutée, qui participent à l’âme de nos villes et nos campagnes.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez croire, Madame, Monsieur, en mes salutations distinguées,

Pierrick Bourgault, auteur des Guides Paris Bars Concerts, www.monbar.net

0 a signé. Prochain objectif : 10 000 !
Quand elle atteindra 10 000 signatures, cette pétition aura plus de chance de recevoir de l'attention de la part du décisionnaire !