Condamnation des destructeurs du dernier baraquement des US TANK CORPS (1917 - 1919)

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


Fin 2010 était créée l’association « Le Dernier Carré », association mémorielle de la Grande Guerre qui se fixait pour objectif le sauvetage et la réhabilitation dans un but culturel ou social du dernier baraquement du camp américain des US TANK CORPS de BOURG (Haute-Marne).

En dépit d’une première étude d’opportunité favorable réalisée en 2011 grâce à des financements régionaux,  le veto définitif de la  municipalité de Langres a condamné la poursuite du projet sur son emplacement actuel (emplacement recherché qui  fait l’objet de visées spéculatives d’urbanisme), et a donc amené la propriétaire du local à  envisager le démontage de cette belle ossature bois pour la donner à une association de mémoire, un écomusée….

Suite à des réclamations d’une voisine qui s’est laissé convaincre par un maçon incompétent que l’état de vétusté du chéneau de ce bâtiment avait entraîné des dégâts sur son mur, et qui a saisi  en 2014 le Tribunal de Grande Instance de Chaumont pour obtenir réparation,  l’expert désigné a conclu que l’unique cause en  était la non-conformité du dispositif de collecte des eaux de sa propre toiture (écoulement à l’air libre projetant de surcroît l’eau vers le pied de notre immeuble).

En conséquence, la voisine n’a pas jugé dans son intérêt de poursuivre son recours.

Ce qui n’a pas empêché une personne non autorisée de prendre de son propre chef, manifestement aiguillonnée par la partie adverse, et sans en référer à quiconque ayant droit décisionnel,  et aucunement au juge, de faire effondrer dès le matin du 23 décembre 2014 – soit moins de 20 h après l’expertise - le tiers arrière du bâtiment.  Les matériaux de charpente récupérables, des fenêtres et châssis d’origine ont disparu le même jour.

Plainte contre X pour dégradation volontaire du bien d’autrui (art 322-1 du Code pénal ; art  322-3, alinéa 1er, du même code) et vol  (art. 311-1 ; 311-4 alinéa 8 du même code) a été déposée auprès de Monsieur le Procureur de la République.

La Communauté de Communes du « Grand Langres », qui a depuis des années des visées sur l'emplacement pour ses projets d'urbanisme, mais ne peut pas arguer de l'intérêt général,  s’appuie abusivement sur cette très lourde  démolition (ce vandalisme !) pour asseoir son argumentaire en vue de faire abattre le reste de l’immeuble, ce qui ferait disparaître  opportunément les preuves avant que les constatations des actes que nous dénonçons ne soient faites.  Elle se refuse en outre à faire son devoir de police et à enquêter sur les circonstances de la destruction pénalement condamnable.

Un arrêté de péril ordinaire est en cours.

Les pétitionnaires demandent donc à Madame la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Monsieur le Ministre de l'Intérieur et Monsieur le Procureur de la République de CHAUMONT d’user de leur  pouvoir et autorité pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire, les responsables de cette révoltante dégradation identifiés et condamnés à réparation, les matériaux anciens retrouvés.

 

 

 

 

 



Association mémorielle de la Grande Guerre compte sur vous aujourd'hui

Association mémorielle de la Grande Guerre a besoin de votre aide pour sa pétition “À l'attention de : Madame la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Monsieur le Ministre de l'Intérieur et Monsieur Condamnation des destructeurs du dernier baraquement des US TANK CORPS (1917 - 1919)”. Rejoignez Association mémorielle de la Grande Guerre et 117 signataires.